GE Belfort : le blocage continue avant une réunion avec la direction

Publié le 10/10/2019 - 14:38
Mis à jour le 10/10/2019 - 14:38

Le blocage de l'activité gazière des sites de General Electric à Belfort et Bourogne (Territoire de Belfort), visés par un vaste plan social, continuait jeudi, les syndicats attendant une rencontre avec la direction pour l'étendre ou l'alléger, ont-ils indiqué à la mi-journée.

General electric Belfort
Le 8 octobre 2019 ©CGT General Electric/Facebook
PUBLICITÉ

"Cet après-midi, nous rencontrons un certain nombre de responsables de services que nous n'avons pas encore rencontrés jusqu'à maintenant. Nous avons l'occasion de discuter du fond de notre projet alternatif (au plan social, NDLR) avec les personnes qui sont sur le terrain, les opérationnels", a expliqué à l'AFP l'élu Sud, Alexis Sesmat. "On comprend bien qu'on ne pourra pas renverser complètement la vapeur, que le groupe est dans une démarche de restructuration assez profonde. Ce qu'on met sur la table, c'est un plan de départs volontaires, un plan 'seniors' à 36 mois qu'on évalue à 200 personnes, plus un certain nombre de volontaires", a-t-il indiqué.

Les demandes des syndicats

L'intersyndicale souhaite qu'un effectif minimal de 1.500 personnes soit maintenu, un "seuil critique" selon M. Sesmat pour pérenniser l'activité gazière de GE. Elle demande également le maintien à Belfort des centres de décision pour les turbines 50 Hz, conformément à l'accord signé en 2014 entre l'Etat français et GE. Le groupe américain, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l'unité qui fabrique les turbines à gaz, a annoncé en mai un plan de restructuration prévoyant la suppression de près de 1.050 postes en France, dont 792 dans le site belfortain.

La direction de GE à Belfort s'est dite toutefois "disposée" à réduire de 150 au maximum le nombre de postes supprimés dans ce site, "sous réserve" de discussions formelles avec les instances représentatives du personnel.

"Tous les ateliers de production à Belfort sont occupés"

Jeudi matin, environ 500 à 600 personnes ont participé, selon les syndicats, à une assemblée générale à Belfort, alors que la réunion avec les responsables de service doit se tenir à 15H00. Le blocage de la production avait débuté mardi matin. Près de 300 salariés, selon les syndicats, avaient alors paralysé le processus de production d'une turbine à gaz 9HA, la plus puissante du monde, pour protester contre le plan de la direction. Ce mouvement s'était ensuite étendu aux autres ateliers de fabrication des turbines à gaz à Belfort et Bourogne.

Jeudi, "tous les ateliers de production à Belfort sont occupés et à Borogne le site est inaccessible, aux entrées comme aux sorties", a indiqué le délégué CGT, Cyril Caritey.

Une grande manifestation de soutien aux salariés de GE est annoncée le samedi 19 octobre à Belfort.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le député européen et conseiller départemental Christophe Grudler obtient 600 000 euros de l’État pour le Grand Belfort

Depuis 2016 le fonds de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) comprend une garantie de sortie dégressive pour les territoires qui cessent d’être éligibles. Ce dispositif arrive à échéance l’année prochaine et conduira 175 territoires bénéficiaires d’une garantie de sortie en 2019 à ne plus rien percevoir en 2020. "C’est la situation dans laquelle aurait dû se retrouver la Communauté d’Agglomération du Grand Belfort pour l’année à venir" constate Christophe Grudler, député européen et conseiller départemental du Territoire de Belfort.

L’hiver approche, et c’est toujours le bon moment pour acheter son vélo chez Proxy-Cycle !

PUBLI-INFO • La période hivernale est en effet une belle occasion de parcourir les magasins et de chercher son futur moyen de transport, de se faire plaisir pour noël ou bien encore de chercher la bonne affaire. Le fabricant et vendeur de vélos électriques bisontin Proxy-Cycle propose des promotions ainsi que des nouveautés toujours plus pratiques et tendance dès maintenant ! Rendez-vous dans les magasins Proxy Cycle en Franche-Comté…

Étude sur l'état de la pauvreté : qui sont les plus impactés en Franche-Comté ?

Depuis 20 ans, le Secours catholique mène une étude statistique annuelle sur l'état de la pauvreté en France. Ce 7 novembre 2019, l'organisation met en lumière la situation de précarité des migrants, des femmes seules et des enfants… Nous avons rencontré Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.51
couvert
le 15/11 à 0h00
Vent
1.46 m/s
Pression
996 hPa
Humidité
94 %

Sondage