General Electric : "la vigilance" du comité de groupe Europe sur le rachat par EDF

Publié le 15/06/2022 - 16:03
Mis à jour le 15/06/2022 - 16:03

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric a partagé un avis sur le projet de rachat par EDF de la partie nucléaire, le 10 juin. Si le projet semble pertinent en termes industriels, le comité émet des doutes sur la vision, la place de l’usine indienne et le rôle de Rosatom. Il alerte aussi sur le manque d’investissements des dernières années.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric associe des représentants du personnels de tous les pays où est présent cette division du conglomérat américain en Europe. GE est présent dans 27 pays sur le vieux continent ; en septembre 2020, 57 200 personnes étaient employées par le géant américain.

Au mois de mars, une présentation a été faite par General Electric à ce comité du projet de vente de la partie nucléaire du business Steam power (lire notre article). Au niveau mondial, le rachat doit intégrer 3 400 personnes

"L’opération constitue un vrai sens industriel", écrit le comité dans son avis, même s’il remarque déjà la destruction des capacités en Europe, ces dernières années. "Les compétences au cœur des activités vapeur (STEAM) sont au cœur du mix énergétique actuel (fossile et nucléaire) mais aussi du mix énergétique futur (SMR, biomasse, traitement des déchets, géothermie, solaire par concentration), et également des process industriel (cogénération, production d’hydrogène, etc.)", rappelle l’avis. Il met en garde aussi sur "la stratégie de concentration sur le nucléaire". C’est un risque, notamment si le consensus autour de la relance du nucléaire s’estompe. Dès l’annonce du projet, en février, des représentants du personnel avaient émis des doutes similaires (lire notre article)

Quid de Rosatom dans le rachat ?

Le projet de rachat par EDF comprend le transfert industriel de Belfort, Rugby (Angleterre) et Sanaand (Inde). Ils ont un doute sur ce dernier site, "du fait du délai d’émergence des [small modular reactor] et de la nécessité? pour EDF de maintenir la charge de Sanaand d’ici a? 2030". "Si la capacité? de l’usine indienne a? concurrencer l’usine de Belfort sur les EPR peut sembler limiter, la question reste ouverte pour les activités de services", relève le document. L’avis évoque également la relation avec Rosatom, qui représente plus de 50 % du chiffre d’affaires de l’entité. La guerre en Ukraine rebat les cartes. "Les questions de partage de la propriété? intellectuelle semblent avoir été? structurées pour permettre un bon fonctionnement des entités autonomes. On notera, cependant, l’absence d’accord de collaboration pour permettre un développement des technologies a? l’exception des SMR", ajoute le document, que Le Trois a consulté.

Le comité rappelle que le rachat s’inscrit "dans une dynamique de manque d’investissement sur les dernières années". Et d’énumérer : "C’est le cas sur les usines notamment en termes de de?penses obligatoires, c’est le cas sur les syste?mes d’information et c’est le cas sur la R&D." Le comité se questionne enfin sur "la strate?gie envisage?e pour maintenir et de?velopper les compe?tences, les technologies et les moyens de production ne?cessaires au futur marche? des SMR". Il regret un manque d’anticipation. Le comité sera "extrêmement vigilant" sur la mise en œuvre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Après l’effondrement karstique, des commerçants de la rue de Vesoul impactés par les travaux de la piste cyclable…

C’en est trop pour plusieurs commerçants de la rue de Vesoul à Besançon ce lundi 22 juillet 2024… Une tranchée a été creusée pour créer la voie cyclable mais condamne l’accès à plusieurs magasins de la zone… Pour rappel, la rue a rouvert le 28 juin après quatre mois de fermeture suite à l’effondrement karstique.

Sirops et limonades Rième, quoi de neuf pour l’été 2024 ?

QUOI DE 9 ? • Un siècle après la création, dans les montagnes du Haut-doubs, la Maison Rième n’a pas pris une ride. C’est avant l’arrivée des colas que Marcel-Alcide Rième invente dans les années 20 la pétillante "Mortuacienne". Elle a beaucoup voyagé jusqu’en 2024, accompagnée de sirops, y compris bio et gourmands.

Tiny Houses, tentes XXL, espace snaking… Le nouveau visage du camping Chalezeule

Installée depuis un mois, les 10 tiny houses (…) et les 5 tentes familiales complètent désormais l’offre du camping de Chalezeule qui comptait déjà (et encore) des espaces dédiés aux campeurs sous une tente personnelle. Repensé l’espace snacking a également été officiellement inauguré vendredi 19 juillet 2024.

Les Barbiers by l’Atelier, le nouveau salon de la rue de Belfort

À Besançon, le salon de coiffure L’Atelier, situé rue de Belfort a fait le choix de scinder sa clientèle autrefois mixte, pour désormais accueillir ces messieurs à quelques pas, au 63 de la rue de Belfort. Ouvert depuis le 2 juillet 2024, Les Barbiers by l’Atelier propose des prestations pour hommes dans un cadre masculin et élégant. 

Véhicules électriques : 50 points de recharge publics dans le Grand Besançon

Marie Zéhaf, vice-présidente de Grand Besançon Métropole chargée des mobilités, Catherine Barthelet, vice-présidente en charge des projets de territoire, Marie-Jeanne Bernabeu, maire d’Avanne-Aveney et conseillère communautaire déléguée à la commande publique ainsi que Nicolas Bardou, directeur général de la société Easy Charge Services, ont inauguré mercredi 17 juillet 2024, l’un des 50 points de recharge électrique actuellement disponibles dans le réseau public dans le Grand Besançon.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.66
nuageux
le 25/07 à 06h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
91 %