General Electric : "la vigilance" du comité de groupe Europe sur le rachat par EDF

Publié le 15/06/2022 - 16:03
Mis à jour le 15/06/2022 - 16:03

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric a partagé un avis sur le projet de rachat par EDF de la partie nucléaire, le 10 juin. Si le projet semble pertinent en termes industriels, le comité émet des doutes sur la vision, la place de l’usine indienne et le rôle de Rosatom. Il alerte aussi sur le manque d’investissements des dernières années.

 © Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
© Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort

Le comité de groupe Europe de la division Power de General Electric associe des représentants du personnels de tous les pays où est présent cette division du conglomérat américain en Europe. GE est présent dans 27 pays sur le vieux continent ; en septembre 2020, 57 200 personnes étaient employées par le géant américain.

Au mois de mars, une présentation a été faite par General Electric à ce comité du projet de vente de la partie nucléaire du business Steam power (lire notre article). Au niveau mondial, le rachat doit intégrer 3 400 personnes

"L’opération constitue un vrai sens industriel", écrit le comité dans son avis, même s’il remarque déjà la destruction des capacités en Europe, ces dernières années. "Les compétences au cœur des activités vapeur (STEAM) sont au cœur du mix énergétique actuel (fossile et nucléaire) mais aussi du mix énergétique futur (SMR, biomasse, traitement des déchets, géothermie, solaire par concentration), et également des process industriel (cogénération, production d’hydrogène, etc.)", rappelle l’avis. Il met en garde aussi sur "la stratégie de concentration sur le nucléaire". C’est un risque, notamment si le consensus autour de la relance du nucléaire s’estompe. Dès l’annonce du projet, en février, des représentants du personnel avaient émis des doutes similaires (lire notre article)

Quid de Rosatom dans le rachat ?

Le projet de rachat par EDF comprend le transfert industriel de Belfort, Rugby (Angleterre) et Sanaand (Inde). Ils ont un doute sur ce dernier site, "du fait du délai d’émergence des [small modular reactor] et de la nécessité? pour EDF de maintenir la charge de Sanaand d’ici a? 2030". "Si la capacité? de l’usine indienne a? concurrencer l’usine de Belfort sur les EPR peut sembler limiter, la question reste ouverte pour les activités de services", relève le document. L’avis évoque également la relation avec Rosatom, qui représente plus de 50 % du chiffre d’affaires de l’entité. La guerre en Ukraine rebat les cartes. "Les questions de partage de la propriété? intellectuelle semblent avoir été? structurées pour permettre un bon fonctionnement des entités autonomes. On notera, cependant, l’absence d’accord de collaboration pour permettre un développement des technologies a? l’exception des SMR", ajoute le document, que Le Trois a consulté.

Le comité rappelle que le rachat s’inscrit "dans une dynamique de manque d’investissement sur les dernières années". Et d’énumérer : "C’est le cas sur les usines notamment en termes de de?penses obligatoires, c’est le cas sur les syste?mes d’information et c’est le cas sur la R&D." Le comité se questionne enfin sur "la strate?gie envisage?e pour maintenir et de?velopper les compe?tences, les technologies et les moyens de production ne?cessaires au futur marche? des SMR". Il regret un manque d’anticipation. Le comité sera "extrêmement vigilant" sur la mise en œuvre.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Nouveau resto, nouveaux dinos… Le Dino Zoo entre dans une nouvelle ère

Après une saison 2022 record avec 134.200 visiteurs, le parc Dino-Zoo à Étalans et ses célèbres dinosaures vont faire écaille neuve en 2023. Un chantier d’envergure et des investissements conséquents qui vont permettre au célèbre parc du Doubs, d’entrer dans une nouvelle ère et de rivaliser avec les grands sites touristiques nationaux…

Rejets dans les milieux naturels : dans le Doubs, 9 fromageries sur 10 respectent désormais la réglementation

Annoncé et signé à l’automne 2022, à l’initiative de Jean-François Colombet, préfet du Doubs, et de Christine Bouquin, présidente du conseil départemental du Doubs, le plan rivières karstiques 2022 - 2027 est une démarche de reconquête de la qualité de l’eau des rivières du Doubs, regroupant l’ensemble des partenaires publics du département.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.31
partiellement nuageux
le 28/01 à 3h00
Vent
3.07 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %