Gilets jaunes… : une commerçante du centre-ville de Besançon exprime sa détresse sur les réseaux sociaux

Publié le 09/01/2019 - 18:08
Mis à jour le 09/01/2019 - 18:09

Un appel au secours • Sophie, gérante du salon de thé Cake and the City Grande rue à Besançon, a publié mardi 8 janvier 2019 sur Facebook, une déclaration demandant notamment aux Gilets jaunes de ne pas manifester samedi prochain. Depuis le 17 novembre, son entreprise « ne tourne plus » malgré ses 66 heures de travail hebdomadaire. Elle lance une cagnotte pour tenter de renflouer sa trésorerie…

©Alexane Alfaro
©Alexane Alfaro
PUBLICITÉ

Pour de nombreux commerces indépendants au centre-ville de Besançon, la période de Noël a été catastrophique pour plusieurs raisons dont le mouvement des Gilets jaunes, l’attentat de Strasbourg, des achats de Noël sur internet… (et le pouvoir d’achat des Bisontin-e-s ?)

Si certains commerçants souffrent en silence, d’autres s’expriment notamment sur les réseaux sociaux comme Sophie, la gérante de Cake and the City, ce salon de thé où il est possible de déjeuner, bruncher, goûter dans un lieu charmant et bien placé en ville. Des rendez-vous, elle en organise quand elle le peut. Des pâtisseries, elle en confectionne 22 variétés différentes chaque jour. De la publicité sur Facebook, elle en fait quotidiennement (sans pour autant harceler les internautes). De la gentillesse, elle en a à revendre. Et malgré tout, les clients n’ont pas afflué autant qu’elle ne l’espérait en novembre et décembre 2018. Elle a constaté une baisse de « 55% de son chiffre d’affaires » par rapport à Noël 2017. « Nos mois d’hiver qui sont censés nous aider à garder le cap toute l’année partent en fumée. On ne sait même plus comment payer nos factures, nos RSI, nos impôts, nos loyers », souligne Sophie.

« Toi petit gilet jaune qui va manifester samedi encore, je t’entends, mais moi je ne peux pas venir te rejoindre, parce que si je ne travaille pas, je ferme. »

Dans sa publication, la gérante de Cake and the City demande solennellement aux Gilets jaunes de ne pas manifester au centre-ville de Besançon le 12 janvier, premier samedi des soldes d’hiver, soit une première occasion d’attirer les clients et de renflouer les caisses.

« Toi petit gilet jaune qui va manifester samedi encore, je t’entends, mais moi je ne peux pas venir te rejoindre, parce que si je ne travaille pas, je ferme. Petit gilet jaune, tu ne veux pas aller manifester là où les commerçants ne vont pas mourir ? Et je te demande à toi petit client, viens s’il te plaît, viens quand même, aide-nous et rappelle-toi que sans toi, nous ne sommes rien. Rappelle-toi que tout ce qu’on donne c’est pour toi. Rappelle-toi que pour nous, tu es important » déclare-t-elle.

Une cagnotte motivée par les clients

Si Sophie ne souhaitait pas lancer de cagnotte participative pour se donner un coup de pouce, des clients ayant commenté sa publication l’ont convaincue. « Un boxeur obtient une cagnotte de plus de 100 000 euros, et tout le monde trouve ça normal apparemment, alors pourquoi pas vous ? Continuez ce que vous faites !!! » peut-on lire dans les commentaires.

C’est ainsi que la gérante a publié le lien de la cagnotte mercredi 9 janvier au matin « après avoir cogité toute la nuit ». Chacun peut l’aider à ressortir la tête de l’eau en lui adressant un don sur www.leetchi.com/c/cake-and-the-city-cest-vous

Infos +

Sophie organise un « apéro-idée » chez Cake and the City jeudi 17 janvier de 19h à 20h30 avec les personnes qui le souhaitent dans le but de récolter « des idées, des connaissances en entrepreneuriat ou dans le commerce ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Prime Macron : les salariés francs-comtois parmi les moins gâtés en France

L’Urssaf Franche-Comté dresse un premier bilan de la prime exceptionnelle versée par les entreprises en décembre 2018 et janvier 2019. 15,3 millions d’euros ont été versés à près de 32 000 salariés en Franche-Comté (soit 11,1 % des salariés et 53% des salariés des établissements versant la prime). Voici le détail...

GE Belfort : « Etudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l’emploi » (Le Maire)

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a affirmé ce vendredi 22 mars 2019 qu'il allait "étudier toutes les pistes industrielles possibles pour maintenir l'emploi" à Belfort, alors que les syndicats de l'usine General Electric (GE) s'inquiètent de l'annonce prochaine d'un vaste plan de suppressions de postes.

PSA « ne peut pas laisser tomber » le site d’Hérimoncourt, estime Le Maire

Le groupe automobile PSA "ne peut pas laisser tomber" son usine historique à Hérimoncourt (Doubs), menacée par un transfert d'activités vers Vesoul, et doit "trouver une nouvelle activité" pour les salariés du site, a estimé ce vendredi 22 mars 2019 le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Le prix de l’eau va-t-il augmenter dans ma commune et pourquoi ?

Thème : l'eau #2 • Du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2017, le prix de l'eau et de l'assainissement vont fluctuer dans le Grand Besançon selon les communes. Une harmonisation  pour arriver progressivement en 2028 et pour tous les habitants de l'agglomération à un prix  de 3,30 € TTC (hors inflation). Quel est le prix de l'eau dans les 73 communes du Grand Besançon. Va-t-il augmenter dans votre commune ? Pourquoi ?  Réponses.

Marie-Guite Dufay souhaite implanter la production de « batteries électriques » dans la région

Marie Guite Dufay, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, souhaite avec 50 signataires (élus, industriels, chercheurs et constructeur) accueillir la première usine de batterie "made in France". Pour cela, la présidente a exposé ses arguments ce 18 mars 2019 dans une lettre destinée au chef de l'État.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.26
ciel dégagé
le 23/03 à 3h00
Vent
1.32 m/s
Pression
1029.88 hPa
Humidité
78 %

Sondage