Grande distribution : à quoi ressemblerait le panier "anti-inflation" du gouvernement ?

Publié le 16/01/2023 - 17:19
Mis à jour le 16/01/2023 - 16:06

En ce moment, le gouvernement travaille avec des acteurs de la grande distribution pour vendre une vingtaine de produits alimentaires et d’hygiène du quotidien presque à prix coutant. À quoi ressemblerait ce panier "anti-inflation" ?

Face au risque de flambée des prix qui s'annonce dès le mois de mars, le gouvernement travaille à un nouveau dispositif pour le pouvoir d'achat des Français : un "panier anti-inflation" composé d'une vingtaine de produits de grande consommation, a appris dimanche l'AFP. 

Parmi les pistes à l'étude pour amortir les effets de l'inflation, qui a renoué en 2022 avec des niveaux inédits depuis les années 1980, "l’une des possibilités, c’est d’avoir un panier de produits de première nécessité d’une vingtaine de produits, que la grande distribution s’engagerait à vendre presque à prix coûtant", a indiqué le ministère du Commerce. "L’idée, c’est d’avoir un socle de produits de première nécessité dont les prix sont les plus bas possibles", précise-t-on de même source.

Pâtes, riz, beurre, lait, couches…

"Ca va de l’hygiène bébé à l’hygiène adulte, aux produits laitiers, aux produits frais, aux pâtes...", énumère l'entourage de la ministre Olivia Grégoire. Mais "on est aux prémices des discussions", insiste le gouvernement, qui indique également que la mise en place du panier anti-inflation passera plutôt par des engagements volontaires des distributeurs que par des dispositions législatives ou réglementaires. 

S'il voit le jour, le dispositif s'appliquera à "une vingtaine de références sur 20.000 à 30.000 références en magasin", ce qui ne devrait pas pénaliser excessivement les marges des distributeurs, souligne le ministère.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Hausse des tarifs des autoroutes : risque d’un report massif du trafic des autoroutes vers les routes nationales

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.22
nuageux
le 04/02 à 21h00
Vent
2.39 m/s
Pression
1036 hPa
Humidité
94 %