Grève à Noël : le gouvernement accroît la pression sur la SNCF

Publié le 22/12/2022 - 17:39
Mis à jour le 22/12/2022 - 14:35

Faire grève à la SNCF à Noël est "incompréhensible et injustifiable", a regretté jeudi 22 décembre 2022 le ministre des Transports, Clément Beaune, le gouvernement accroissant la pression pour trouver une solution au conflit, tout en écartant l'idée de réquisitions.

"Je pense que cette grève ne peut pas être justifiée, et cette grève ne peut pas être comprise par les Français", a déclaré M. Beaune sur Franceinfo. De son côté, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a exigé une solution "dans les prochaines heures" de la part de la direction de la SNCF pour qu'elle résolve la grève des contrôleurs qui a conduit à l'annulation de nombreux TGV durant le week-end de Noël. "C'est ça la responsabilité de la direction de la SNCF, elle a le soutien de l'Etat, elle doit trouver les voies et moyens de sortir de ce conflit", a-t-il dit sur Sud Radio.

M. Beaune a balayé l'idée d'une éventuelle réquisition du personnel de la SNCF. "Il ne faut pas vendre des illusions", les réquisitions étant "encadrées juridiquement et même constitutionnellement", a-t-il dit. "Le seul moyen de ne pas pénaliser les Français (...) c'est le dialogue social", a insisté le ministre des Transports, indiquant également que la grève va "coûter sans doute une centaine de millions d'euros" à la SNCF.

"Cela abîme le droit de grève"

La grève en cette période, "ce n'est pas digne" et "cela abîme le droit de grève", s'était également insurgé le ministre de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu sur France 2. "Je pense que décider de faire grève un 24 et un 25 décembre, cela abîme le droit de grève. Après les années que l'on a connues, il y a ce besoin de se retrouver. (...) 200.000 Français qui ne vont pas pouvoir prendre leur train pour passer Noël avec leurs proches, ce n'est pas digne", a-t-il déclaré.

"Travailler à la SNCF, ce n'est pas travailler n'importe où. Vous avez une responsabilité" vis-à-vis du public, a souligné M. Béchu, indiquant que le président de la SNCF "annoncera de nouvelles initiatives dans la matinée" sans donner plus de précisions. "C'est une situation perdante-perdante pour tout le monde. On a à la fois des Français qui vont être privés de trains, un mouvement qui n'est pas bon pour l'image de l'entreprise, mais qui n'est aussi pas bon pour les grévistes ni pour les revendications qu'ils portent".

Appeler les grévistes à la responsabilité

Alors que 2 TGV sur 5 devraient être annulés ce weekend, selon les prévisions de la SNCF, le gouvernement ne s'attend pas à une quelconque amélioration dans les prochaines heures et estime que l'enjeu "c'est maintenant de faire en sorte qu'on ne se retrouve pas avec le même scénario la semaine prochaine" pour le weekend du Nouvel An. "Mon message et celui de tout le gouvernement, il est très simple, c'est d'appeler les grévistes à la responsabilité (...) et en même temps un appel à la direction de la SNCF pour maintenir et renouer le dialogue", a martelé M. Béchu.

Depuis novembre, la SNCF peine à nouer le dialogue avec le collectif de contrôleurs à l'origine de ce mouvement social. Ils réclament une meilleure reconnaissance de la spécificité de leur métier et rejettent toute accointance avec les syndicats, même s'ils ont dû s'appuyer sur ces derniers pour déposer des préavis.

La direction a déjà proposé d'augmenter la "prime de travail" des chefs de bord (nom officiel des contrôleurs) de 600 euros par an, dont une partie intégrée au salaire en 2024, ainsi qu'une indemnité supplémentaire de 600 euros brut par an. Des propositions que les grévistes ont jugées insuffisantes.

(AFP)

1 Commentaire

c'est toujours les même NANTIS qui font le BUZZ et qui empêche les autres de travailler.
Publié le 4 janvier 2023 à 20h35 par robert macarena • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Politique

Meeting de soutien à Raphaël Glucksmann :”L’Europe est à un moment où elle doit se réveiller” (P. Jouvet)

Le Parti socialiste du Doubs et Place publique Franche-Comté ont organisé une réunion publique lundi 22 avril 2024 à 19h00 salle Proudhon à Besançon afin de soutenir Raphaël Glucksmann, candidat PS aux élections européennes. Environ 130 personnes ont répondu présentes.

Le Mouvement Franche-Comté veut “stopper” la Pive

Dans un communiqué du 20 avril 2024 intitulé "Stop Pive !", le Mouvement Franche-Comté, représenté par son président Jean-Philippe Allenbach, qualifie le rapport moral et financier 2023 de l’association La Pive (monnaie locale) de "désastreux" et souhaite l’arrêt des subventions publiques qui lui sont allouées.

Il y a 80 ans, les femmes obtenaient le droit de vote : l’hommage d’Aline Chassagne à Besançon

Il y a 80 ans, le 21 avril 1944, les femmes obtenaient le droit de vote en France. Aline Chassagne, adjointe à la maire de Besançon en charge de la culture et du patrimoine historique, a rendu hommage, samedi matin rue Gisèle Halimi, à celles qui se sont battues pour avoir ce droit. Elle a également appelé à "retourner aux urnes".

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.52
couvert
le 24/04 à 9h00
Vent
3.82 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
67 %