Grippe aviaire H5N8 : quelles conséquences en Franche-Comté ?

Publié le 06/12/2016 - 16:12
Mis à jour le 06/12/2016 - 17:01

À la suite de la découverte de plusieurs foyers dans des élevages du Sud-Ouest et dans la faune sauvage dans le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie, la France a relevé ce mardi 6 décembre le niveau de risque de grippe aviaire de "modéré" à "élevé" sur l’ensemble du territoire métropolitain. Quelles sont les mesures prises localement ?

PUBLICITÉ

Ce mardi 6 décembre 2016, le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a décidé de relever le niveau de risque vis-à-vis de la maladie au niveau « élevé » sur l’ensemble du territoire national. Plusieurs foyers d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 ont en effet été découverts dans le Sud-Ouest, le Pas-de-Calais et la Haute-Savoie.

Dans un communiqué, le ministère explique que « ce choix a été motivé par l’évolution rapide de la situation sanitaire en France et dans plusieurs pays d’Europe et par la découverte de foyers en dehors des zones à risque particulier (zones d’arrêt sur la route des oiseaux migrateurs). »

Le risque « élevé » entraîne la mise en place de mesures de protection renforcées, concernant notamment les élevages commerciaux de volailles, les basses-cours, et la chasse.

  • En Franche-Comté, comme dans le reste du territoire, les élevages de volailles et les basses-cours doivent être confinées pour empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages.
  • Tout rassemblement de volailles vivantes est interdit, en particulier les marchés de volailles vivantes (dérogations possibles suivant certaines dispositions).
  • Interdiction de lâchers de gibiers à plume

Pour le département, les demandes de dérogations sont à adresser à la DDCSPP du Doubs, 11 bis rue Nicolas Bruand, 25043 BESANCON cedex (ddcspp@doubs.gouv.fr.)

La préfecture du Doubs rappelle « qu’en parallèle de ces dispositions, des mesures de biosécurité strictes doivent être respectées dans toutes les exploitations de volailles et par toutes les personnes susceptibles de rentrer dans les élevages de volailles du territoire national. Toute mortalité anormale doit être signalée à votre vétérinaire ou à la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations du Doubs. La gestion de ce nouvel épisode d’influenza aviaire dépend de la mobilisation et l’engagement de tous les acteurs du secteur.« 

Les mesures et les dérogations sont détaillées à l’adresse suivante: http://agriculture.gouv.fr/les-mesures-et-indemnisations, dans la rubrique Gestion des nouveaux cas H5N8

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.38
légère pluie
le 24/05 à 18h00
Vent
4.13 m/s
Pression
1013.28 hPa
Humidité
83 %

Sondage