Alerte Témoin

Hacking Health à Besançon : des défis lancés à résoudre en 48h chrono...

Publié le 20/09/2018 - 15:39
Mis à jour le 20/09/2018 - 15:59

L'événement Hacking Health revient pour une seconde édition du 19 au 21 octobre 2018 dans les locaux de l'hôpital Saint-Jacques de Besançon. Au programme, un marathon de l'innovation de 48h non-stop où une trentaine de problématiques seront exposées par des patients ou professionnels de santé qui seront aidés pour les résoudre. Autre point clé de cette édition 2018 : le showroom de l'innovation…  

Organisé par le Grand Besançon, le Pôle des Microtechniques et le Centre Hospitalier Universitaire, le concept Hacking Health est né au Canada et Besançon a suivi quelques grandes villes lors de son arrivée en France. "Le mouvement va s'amplifier, les fondateurs du Canada vont venir voir le Hacking Health de Besançon", précise Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Grand Besançon qui précise que cet événement s'inscrit dans la continuité du label la "French Tech" et de la Bio innovation en construction sur les Hauts-du-Chazal.

En quoi consiste le Hacking Health ?

Les porteurs de projets (patients du CHU ou autres professionnels de santé tels que les médecins, les infirmiers ou encore des étudiants en Master) exposent leur problématique (souvent une à laquelle ils ont été confrontés) et essaient de trouver des personnes lors du marathon pour la résoudre. Au total, sur 30 problématiques, 300 personnes se rendront sur le site afin de trouver une solution aux problèmes.

"Le Hacking Health de l'an dernier a été une réussite. Pour nous, c'est une opportunité extraordinaire. Le CHU s'est mis en quatre pour pouvoir adapter nos locaux au Hacking Health", explique Macha Woronoff-Lemsi, présidente DRCI et vice-présidente Recherche du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon,

Exemple de problématique exposée lors de la conférence du docteur Morel, directeur de l’Établissement Français du Sang Bourgogne-Franche-Comté : un plasma met 20 minutes à décongeler et lors d'un transfert, les secours présents dans l'hélicoptère doivent attendre sa décongélation pour partir. Il était donc nécessaire de gagner des minutes. Maintenant, une méthode a permis de réduire ce temps de décongélation à six minutes.

Quelles sont les problématiques exposées cette année ?

Ce 20 septembre, 17 problématiques sont déjà inscrites en ligne sur www.hh-besancon.fr . Au total, le Hacking Health 2018 devrait en compter une trentaine.
Macha Woronoff-Lemsi a notamment relevé quelques projets pour le moins insolites :

  • Boxe Addict avec Marie-Hélène Guyat. Le défi est d'élaborer un système, une application ou autre pour enregistrer et visualiser la corrélation entre la hausse de séances de boxe et la baisse de la consommation de produits psychoactives (cannabis).
  • Mieux préparer le passage à la chirurgie et donc à l'anesthésie grâce à l'hypnose (proposé par Audrey Amiotte)
  • La réanimation infantile : le défi est de créer un outil facilitant les calculs et permettant de stocker les algorithmes pour faciliter le travail des soignants.
  • Un test d'évaluation des patients pour devenir "acteur de son état de santé" pour les maladies chroniques (proposé par Bérenger Martin)
  • L'injection unique pour traiter le diabète (proposé par Elodie Bachraty)
  • Concernant l'autonomie et le handicap : le défi est de développer un dispositif souple et léger qui continue à l'autonomie dans ces mouvements de la vie quotidienne. Ou encore la motorisation amovible universelle pour fauteuils roulants manuels.

Du côté du pôle des microtechniques, Pierre Vivien, le directeur, se réjouit de l'ampleur du Hacking Health à Besançon et à souhaité rappeler l'importance du rôle des microtechniques : "L'innovation en matière de santé ne peut exister que par les microtechniques et les nanotechnologies et c'est toujours un peu masqué, car on ne les voit pas forcément. Nous avons un territoire d'excellence dans ce domaine-là. Une automobile sans capteurs est une traction des années 50. Le succès du Hacking Health compte cette année 13 sponsors et 13 entreprises qui se sont jointes à l'événement".

Une nouveauté cette année : le showroom et la couveuse

Une partie de l'événement Hacking Health sera ouverte au public cette année.

Le vendredi 19 octobre de 9h30 à 17h. Découvrez les pistes de travail des chercheurs, les prototypes des innovateurs…

  • 10h-11h : mini conférence des exposants
  • 11h15-12h : table-ronde : l'explosion des objets connectés en santé
  • 15h-16h : mini-conférence des exposants
  • 16h15-17h : table ronde : les enjeux de la télémédecine

Samedi 20 octobre de 9h30 à 18h:

  • 10h-11h : mini conférence des exposants
  • 11h15-12h : table ronde : le sport sur ordonnance
  • 15h-16h : mini-conférence des exposants
  • 16h15-17h : table ronde : est-il possible de se réparer soi-même ?
  • 15h : visite du musée de l'anesthésie (sur inscription)
  • 16h : visite de l'apothicairerie (sur inscription)
  • 17h : visite de l'apothicairerie (sur inscription)

La couveuse signifie que pendant trois mois, les projets présentés lors du Hacking Health seront accompagnés afin de connecter les interlocuteurs ensemble, précise Christophe Dollet, animateur-fondateur du Hacking Health.

Info +

En 2017, 18 problématiques avaient été exposées. 14 ont été résolus et 12 continuent à se développer. Une entreprise s'est créée : "Shine Medical" ainsi qu'une start-up.

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : l’Insee confirme une forte hausse des décès en Bourgogne Franche-Comté

La preuve par les chiffres • Entre le 11 mars et le 26 avril 2020, l’excédent de décès  a été le plus marqué en Bourgogne- Franche-Comté  avec 1.400 décès supplémentaires, "soit 36 % de plus que sur la moyenne des cinq dernières années" notent les auteurs d'une étude de l'Insee qui vient de paraitre.

Le Moustique-tigre sous surveillance en Bourgogne Franche-Comté

L'Aedes albopictus, dit moustique-tigre est présents dans trois départements de la région : en Saône-et-Loire, en Côte-d’Or et dans la Nièvre. Si la Franche-Comté est pour l''heure épargnée, l'agence régionale de santé invite à la vigilance et au signalement face à l'expansion de ce moustique depuis 2004 en métropole. De manière générale, il est recommandé de supprimer les petits réservoirs et les eaux stagnantes. 

Deux médecins du CHU reçoivent une bourse de recherche de l’association Le Don du Souffle

Chaque année depuis 2010, l'association Le Don du Souffle offre une bourse destinée à financer des projets de recherche dans ses domaines d'intérêts : pathologies aigues ou chroniques, maintien à domicile, interfaces ville-hôpital, qualité des soins. Son Comité d'étude et de réflexion scientifique et médicale (CERSM), présidé par le Professeur Georges Mantion, a attribué la bourse de recherche 2019 à deux médecins du CHU de Besançon : le docteur Romain Chopard et le docteur Nicolas Marh.

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     21.44
    ciel dégagé
    le 09/07 à 21h00
    Vent
    0.44 m/s
    Pression
    1014 hPa
    Humidité
    60 %

    Sondage