Hacking Health : un radiophysicien veut créer un hologramme des patients atteints de cancers

Publié le 28/10/2017 - 09:16
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:35

Plus de 200 participants étaient présents lors des journées « Hacking Health » sur le site de Saint-Jacques à Besançon. Dix-huit projets ont été présentés par des professionnels de santé ou patients et 14 solutions viables ont été élaborées pour la médecine de demain. Florent Tochet, radiophysicien au CHU Jean-Minjoz, nous explique son projet en radiothérapie…

La radiothérapie est une méthode de traitement des cancers qui utilisent les radiations pour détruire ou bloquer les cellules cancéreuses. Pour ce faire, le patient doit être installé dans une position bien précise : "nous préparons le patient dans une certaine position. Il peut ensuite avoir jusqu'à 40 séances. Les manipulateurs radio vont alors réinstaller le patient sur la table de traitement en le plaçant le plus proche possible de la position définie lors de la préparation pour cibler la zone", nous explique Florent Tochet.

Aujourd'hui seules "des photos à la séance de préparation" permettent aux manipulateurs de replacer le patient, mais ce mode de fonctionnement à ses limites : " il peut y avoir des incertitudes".

Un hologramme du patient

Florent Tochet a été appelé par l'ISIFC (École d'ingénieurs en génie biomédical à Besançon) pour participer au programme "Hacking Health" et est accompagnée pendant deux ans par One Fit (Fournisseur de matériel médical et chirurgical à Besançon). Pour répondre au problème du repositionnement du patient lors de la radiothérapie, Florent Tochet a voulu chercher les réponses du côté des tablettes et des réalités augmentées comme l'utilisation d'hologramme : "le principe serait de visualiser un hologramme du patient directement dans la salle de préparation. Nous avons réussi à avoir un hologramme sur iphone", précise-t-il.

Pour parvenir à la réalisation du projet, des essais cliniques restent à faire ; il faudra ensuite qu'une société reprenne le projet pour sortir le produit commercialement.

Voici les récompensés lors du "Hacking Health" 2017 :

  • Prix du projet de plus prometteur : remis à Florent Tochet pour son "Augmented Pateint Setup" soit le repositionnement des patients
  • Prix One Fit : remis à Florent Tochet
  • Prix coup de cœur du jury : décongélation ultra rapide de plasma frai congelé, proté par Fanny Delettre de l'EFS
  • Meilleure solution patient (Prix France Asso Santé) : Création d'une chaise de massage pour les personnes handicapées, porté par René Poiffaut et Laurent Chevalot de l'association des maladies rares.
  • Prix du Pôle des microtechniques : une table de malade sans pied ni roulette, porté par Yves Ketterer.
  • Prix CPAM : Gluci Miam : application mobile pour aider les diabétiques de type 1, porté par Christine Kavan du CHU de Besançon.
  • Prix CHU et CIC : automatisation de la manipulation des produits issus des dons de sang, porté par Nadine Marpaux et Christine Naegelen de l'EFS.
  • Deux prix Onlineformapro : CYBelLe : formation à distance individualisée et validation des acquis, porté par Pierre-Yves Pezeux, Emilie Grandclément, Yovan Krtolitza et Belmiloudi Soufien du CHU de Besançon, et le mumérique en formation initiale pour les kinés, porté par Valérie Barthelet masseur kinésithérapeute.
  • Trois prix Numérica : Remot postoperative monitoring : création d'un dispositif agrégateur des informations d'un patient en phase post-opératoire, porté par Anthony Perignon de Biotika/Isifc. Créer une application smartphone autour du don du sang, porté par Marion Leblond et Christophe Barisien de l'EFS. Vasc Map, interface visuelle et d'aide au diagnostic, porté par Pierre-Robinson Debut et Stéphane Wichtdu CHU.

Vice-présidente à la recherche, le Professeur Macha Woronoff-Lemsi, a tenu à saluer les projets de créations en Franche-Comté qui sont "des forces incroyables et encourageantes pour le futur". Nicolas Bodin, Urbanisme et aménagement urbain et maître conférencier à l'ENSMM espère que "ce type de projet va redonner le goût aux jeunes pour les sciences de l'ingénieur car il manque des candidats", précise-t-il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Salon Bio&Co à Besançon : des voies s’élèvent face à des pratiques ”douteuses voire dangereuses”

Dans un communiqué du 25 mars 2024, le collectif ”à gauche citoyen !” souhaite mettre en garde la population contre la tenue du salon Bio&Co en avril prochain à Besançon. Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV Franche-Comté, dénonce également plusieurs pratiques. Pourquoi ?

Les étudiants en santé de l’Université de Franche-Comté soignent les nounours depuis 20 ans

L'Hôpital des Nounours accueille chaque année des enfants de moyenne et de grande section de maternelle, afin de leur faire découvrir le monde hospitalier et lutter contre l'effet blouse blanche et les craintes qui l’accompagnent. Cette année, cette action, fondée par l’ANEMF, est organisée par les étudiants en santé de l’université de Franche-Comté et fête ses 20 ans.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.27
couvert
le 16/04 à 6h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %