Handicap : "La liberté d’aller et venir ne peut pas attendre 10 ans de plus"

Publié le 13/05/2014 - 17:59
Mis à jour le 14/05/2014 - 16:51

Ce mardi 13 mai 2014, une manifestation est partie à 14h30 de la place de la Révolution à Besançon, à l’appel de l’APF (Association de paralysés de France). En cause : la non-mise en application de la loi obligeant à l’accessibilité dans les commerces, lieux publics, chez les professionnels de la santé... des personnes en situation de handicap en France.

manifestation

"Ne pas pouvoir se rendre dans une boulangerie, une pharmacie, chez un médecin ; ne pas pouvoir aller au cinéma, voir une expo, prendre le bus ou le train, traverser la rue, aller à l'école… c'est le quotidien de millions de personnes en situation de handicap en France. C'est notre quotidien", indique l'APF dans un communiqué.
 
Or, depuis près de 40 ans, une loi a posé l'obligation d'accessibilité. En 2005, une autre loi a prévu l'accessibilité pour 2015. Certains se sont déjà mobilisés pour rendre leurs locaux accessibles dans les temps, mais c’est loin d’être le cas de tous.
 
"Aujourd'hui, nous sommes en colère face à tous les lobbies (fédérations et associations de professionnels de l'immobilier, du tourisme, de commerçants, d'architectes, de maires…) qui ont demandé un report du délai parce qu'ils trouvent que l'accessibilité c'est trop cher, trop compliqué, inutile… Et nous sommes aussi en colère face aux pouvoirs publics qui ont écouté ces lobbies et nous demandent ou plutôt veulent nous imposer d'attendre jusqu'à 10 ans de plus. Nous avons jusqu'à l'été pour agir avant l'adoption de textes définitifs sur l'accessibilité. Cette impossibilité d'aller et de venir librement et donc de vivre comme chaque citoyen depuis si longtemps est injuste et insupportable. La liberté, l'égalité, c'est-à-dire notre dignité, passent par l'accessibilité.  Celle-ci ne peut être possible qu'à condition d'encadrer sa mise en œuvre de contraintes et de délais vraiment resserrés", indique l’APF qui organisait ce mardi 13 mai une manifestation dans les rues bisontines.
Reportage photos : Alexane Alfaro
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Covid-19 : la Bourgogne Franche-Comté affiche le meilleur taux de vaccination en France

Selon les derniers chiffres en date du 21 janvier de CovidTracker, le Bourgogne Franche-Comté est la région où le taux de vaccination est le plus élevé en France avec 1,88% de sa population, soit 52.195 habitants vaccinés. Rappelons que notre région est l'une des plus impactées par l'épidémie.

Université de Franche-Comté : « une profonde inquiétude » de la part d’enseignants sur la réussite et la santé de leurs étudiants

Le Département de Mathématiques à l'université de Franche-Comté a adopté une motion faisant part de sa "profonde inquiétude concernant les conséquences de l'enseignement à distance" et demandant la réouverture de l'université aux étudiants, apprend-on dans un communiqué du 20 janvier 2021.

Plus de 4 % d’inflation en 2021 des complémentaires santé : l’UFC Que choisir demande au gouvernement d’agir

Alors que ce début d’année est marqué par le déploiement du 100 % santé aux audioprothèses, l’UFC-Que Choisir dénonce dans un communiqué du 21 janvier 2021 une nouvelle forte hausse des tarifs des complémentaires santé en 2021, "difficile à justifier alors que la crise sanitaire leur a paradoxalement été favorable". Pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de la résiliation à tout moment, l’association demande au gouvernement d’agir "pour améliorer la comparabilité des offres, toujours défaillante."

Stations de ski, étudiants : le statu-quo

Ni restrictions supplémentaires, ni allégements: la France choisit le statu-quo des mesures déjà en place pour freiner l'épidémie de Covid-19, au grand dam des stations de ski, qui ne rouvriront pas le 1er février, ou des étudiants, qui protestent contre leurs conditions de vie.

Les autocollants sur les plaques d’immatriculation, c’est interdit !

Vous avez un autocollant représentant votre département, votre club de foot, une carte miniature de votre département, le drapeau à tête de Maure, ou tout autre symbole de votre lieu d'immatriculation ? Vous devez le retirer parce que c'est contraire au Code de la route… C'est ce qu'a confirmé la Cour de cassation dans arrêt du 16 décembre 2020.
Web Tv 90
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.04
couvert
le 24/01 à 6h00
Vent
1.81 m/s
Pression
1003 hPa
Humidité
99 %

Sondage