Hôpitaux sous tension : "pas un problème de salaires" mais "d'organisation" dit Olivier Véran

Publié le 12/05/2022 - 14:29
Mis à jour le 12/05/2022 - 14:29

Le manque de soignants, qui entraîne fermetures de lits et de services hospitaliers, ne découle « pas d’un problème de salaires » mais « d’organisation », notamment à cause du « manque de médecins » libéraux, a estimé jeudi 12 mai 2022 le ministre de la Santé, Olivier Véran.

archives  © O Veran
archives © O Veran

"Beaucoup d'hôpitaux ont un ou des services restreints ou fermés", a reconnu M. Véran sur RMC et BFMTV, alors que les fermetures ponctuelles se multiplient ces dernières semaines, en particulier dans les services d'urgences, faute de soignants en nombre suffisant.

Pourtant "il y a des postes, il y a des budgets, il y a de l'argent, il y a des salaires qui ont été augmentés pour recruter ces soignants", a-t-il affirmé, rappelant que le "Ségur de la santé" a "amélioré les conditions de travail" avec des augmentations d'au moins 200 euros par mois, ce qui "n'est pas rien".

Si ces revalorisations n'ont pas enrayé la crise de l'hôpital, "je ne crois pas que ce soit un problème de salaire", a-t-il déclaré, pointant plutôt "un problème d'organisation, de bureaucratie, de charge administrative".

Il y a aussi "un problème de fatigue" après deux années de "surcharge très importante" due à la pandémie et "il faut aussi laisser passer ce côté post-vague Covid", a-t-il ajouté.

Le Covid-19 continue de peser sur l'activité des hôpitaux, qui accueillent encore plus de 20.000 patients infectés, ce qui accroît les "difficultés à trouver des lits d'aval" pour les malades admis aux urgences.

Et en amont "les déserts médicaux se sont creusés dans notre pays" a cause du numerus clausus - supprimé durant le quinquennat - qui a réduit le nombre de praticiens libéraux et entraîné "un report plus important sur les urgences", a-t-il expliqué.

Malgré ce "cumul de tensions", M. Véran a assuré que "tous les Français qui doivent accéder à des soins d'urgences (y) accèdent" et que "la qualité et la sécurité des soins est au rendez-vous", même si "les conditions d'accueil ne sont pas idéales".

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

L’Assemblée vote l' "accès direct " des patients à des infirmiers : " un retour au XIXe siècle " selon des médecins à Besançon

L'Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi l'ouverture d'un "accès direct" des patients aux infirmiers en pratique avancée (IPA), l'une des mesures d'une proposition de loi sur l'accès aux soins vivement critiquée notamment par le collectif Médecin pour demain à Besançon.

L’œil de la Diet : la galette de riz, est-elle si bonne pour la santé ?

CONTRIBUTION • On la croyait bonne, quoiqu'un peu "polystyrèné", on la croyait top pour la santé et la perte de poids, on la croyait efficace... Ce mois de janvier 2023, Valentine Caput, diététicienne à Besançon, nous parle de la galette de riz, ce trophée de l’innovation à la sauce… supercherie.

Hiver très doux : Atmo Bourgogne Franche-Comté commence déjà ses prélèvements polliniques dans l’air !

En raison d’un hiver particulièrement doux, certains arbres ont déjà démarré leur période de pollinisation en Bourgogne-Franche-Comté. Les premiers prélèvements pollinique ont donc démarré plus tôt que d’habitude pour Atmo BFC, avec la remise en service des capteurs le lundi 9 janvier dernier. Les premiers résultats sont attendus pour ce vendredi 20 janvier.

En BFC, les chutes des personnes âgées représentent près de 8.000 hospitalisations et 600 décès par an

L’Agence Régionale de Santé, le Pôle de gérontologie et d’innovation (PGI) Bourgogne-Franche-Comté et la Carsat sont mobilisés dans le plan antichute des personnes âgées, lancé officiellement à l’échelle régionale, ce jeudi 12 janvier 2023 à Dijon.

Médecins libéraux : la grève continue en cette " semaine du burn out "

La grève des médecins portée par le collectif Médecins pour Demain continue, selon un communiqué du 9 janvier 2023, sous la forme d'une grève de la PDSA (permanence des soins ou grève des gardes), dont on a moins parlé que la fermeture des cabinets. Elle dure depuis le début du mois de décembre 2022 et sollicite les services de l'Etat dans des processus de réquisition quotidiens.

Les arrêts maladie Covid sans jour de carence prolongés jusqu’à fin 2023

Les salariés positifs à la Covid-19 et qui ne peuvent pas télétravailler peuvent bénéficier d'arrêts maladie indemnisés sans vérification des conditions d'ouverture de droits et sans délai de carence. Les indemnités journalières pour ces salariés ainsi que pour les agents publics malades de la Covid-19 sont versées dès le premier jour d'arrêt et jusqu'au 31 décembre 2023 au plus tard.

Bourgogne Franche-Comté : le Covid se replie, la grippe et la bronchiolite restent en phase épidémique

Si le Covid, la grippe et les bronchiolites amorcent un ralentissement dans la région en cette première semaine de l'année 2023, le niveau de circulation de ces virus reste élevé. Dans un communiqué du 6 janvier, l'ARS Bourgogne Franche-Comté appelle la population à contribuer à réduire la pression sur le système de santé, "avec les gestes simples de la vie quotidienne et la vaccination".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 0.87
couvert
le 28/01 à 18h00
Vent
3.91 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
75 %