"Il faut donner un nouveau cap à l’élevage français" selon France nature environnement (FNE)

Publié le 22/07/2015 - 16:53
Mis à jour le 24/07/2015 - 09:14

Une partie de l’élevage français subit une nouvelle crise économique pendant cette période estivale 2015. François Hollande a appelé à acheter des "produits issus de l’élevage français". Un plan d’urgence doit être adopté ce mercredi 22 juillet 2015 par le Conseil des ministres. Pour l'association France Nature Envionnement (FNE), "il faut donner un nouveau cap à l’élevage français pour le sortir de la crise chronique dans laquelle il s’enlise".

capture_decran_2015-07-22_a_16.52.05.png
©FNE
PUBLICITÉ

Selon l'association, pour que le consommateur français privilégie la viande et le lait français, "il faut le convaincre de leur qualité". "La qualité provient de l’alimentation fournie aux animaux : la part de l’herbe, l’absence d’OGM, l’autonomie de l’élevage … La qualité c’est aussi le respect du bien-être animal (espace suffisant, accès au plein air…). Si l’élevage français affiche sa qualité, le consommateur lui donnera sa préférence et acceptera de payer ses produits un peu plus chers".

"Les Français ont le droit de savoir"

Dans la grande distribution, le lait et la viande "sont dévalorisés actuellement du fait de leur industrialisation" indique la FNE : "le consommateur n’est pas suffisamment informé sur leurs modes de production. Cette banalisation de la production issue du vivant est responsable en partie de la baisse des prix et de la perte de repères des consommateurs."

Pour Camille Dorioz, chargé de mission agriculture de FNE, "l faut retisser les liens entre l’élevage et le consommateur, mieux repartir l’élevage sur l’ensemble du territoire français. Il n’est pas raisonnable de faire supporter l’essentiel de l’effort d’élevage français au grand ouest (39% des bovins, 70% des porcs, 1er région pour les poulets de chair, poules pondeuse et dindes) D’un côté, le consommateur doit avoir accès à une viande et du lait de proximité et de qualité, qu’il peut facilement identifier. De l’autre, les éleveurs doivent pouvoir bénéficier d’une véritable plus-value sur leurs produits afin d’échapper à la course infernale à l’agrandissement et au productivisme. Leur activité doit être rémunératrice d’autant plus quand elle respecte la nature et l’environnement".

"Soutenir les alternatives à un modèle dans l’ornière"

Pour Jean-Claude Bévillard, en charge des questions agricoles pour FNE, "Nous ne pouvons pas laisser les éleveurs français dans cette situation ! Il faut rapidement les aider à changer leurs systèmes pour se tourner vers un modèle durable.  L’élevage doit se tourner dès maintenant vers l’agro écologie, à l’image de ce que plusieurs agriculteurs ont déjà engagé."

Pour Denez l’Hostis, président de FNE,"A l’aube de la COP 21, l’élevage, principal émetteur de gaz à effet de serre du secteur agricole, a un rôle important à jouer : d’une part en réduisant ses émissions via plus d’autonomie alimentaire et d’autre part en sauvegardant les prairies et en renforçant les éléments de biodiversité végétale, puits de carbone essentiel sur nos territoires. Les bénéfices de l’agro écologie s’étendent même au climat, nous avons tous à y gagner, de l’agriculteur aux consommateur en passant par les défenseurs de la nature et de l’environnement".

(Communiqué de la FNE)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Une convention pour définir les moyens des Chambres de commerce et d’industrie en Bourgogne Franche-Comté

Bernard Schmeltz, préfet de Bourgogne-Franche-Comté, préfet de Côte-d'Or, et Rémy Laurent, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bourgogne Franche-Comté, ont signé lundi 2 décembre 2019 une convention définissant les moyens alloués et les objectifs fixés aux CCI de Bourgogne Franche-Comté pour les trois prochaines années. Le tout, dans un contexte de baisse très importante de la ressource des CCI.

Municipale Besançon : les propositions de Karim Bouhassoun pour le développement économique

Karim Bouhassoun, du mouvement "Bisontines – Bisontins" a profité mardi 3 décembre 2019 de sa visite au sein de la manufacture horlogère Vuillemin de Franois afin de présenter son programme économique et industriel pour "l’attractivité économique et le développement des filières" du territoire du Grand Besançon Métropole.

Temporis, ‘‘LA’’ solution locale et indépendante en termes d’emploi

Publi-info • Vous cherchez un job ? Vous cherchez à recruter une comptable, un responsable de production et même un intérimaire pour un remplacement ? En Franche-Comté, Temporis (Intérim et recrutement) sait apporter une solution adaptée à vos besoins parce que les 11 collaborateurs de cette entreprise savent aller au-delà du traditionnel CV.

Toccata : un Bisontin lance la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l’aide à domicile et aidants familiaux

Thomas Balandret, un Bisontin jeune diplômé d'une grande céole de commerce parisienne, a fondé la première start-up de formation sur mobile pour les salariés de l'aide à domicile et aidants familiaux. Elle s'appelle Toccata. Au salon des Services à la personne qui s'est déroulé à Paris en novembre 2019, le créateur d'entreprise a remporté un franc succès avec ses solutions innovantes…
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.37
légère pluie
le 07/12 à 12h00
Vent
3.33 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
84 %

Sondage