Technologie : la start-up de Besançon Metabsorber signe un contrat de licence avec l'entreprise Sayens

Publié le 11/01/2021 - 12:02
Mis à jour le 28/01/2021 - 15:40

Société d’Accélération du Transfert de Technologie, la Satt Sayens a annoncé le 4 janvier 2021 la signature d’un contrat de licence avec la start-up née à Besançon Metabsorber spécialisée en ingénierie des métamatériaux appliqué au traitement acoustique.

Jeune start-up bisontine créée en 2020, Metabsorber commercialise un concept innovant de contrôle des ondes sonores et de réduction du bruit grâce au design. Invention brevetée issue de l’Institut FEMTO-ST (CNRS/Université de Franche-Comté/École Nationale Supérieure de Mécanique et des Microtechniques/Université de technologie de Belfort Montbéliard) à Besançon, elle permet de transformer n’importe quel matériau en absorbant sonore grâce au design et à l’ingénierie des métamatériaux acoustiques.

"Les nuisances sonores envahissent notre quotidien. Le coût de leur impact sur notre santé est estimé à 57 milliards d’euros par an, rien qu’en France. C’est pour répondre à cet enjeu de santé publique que nous avons créé Metabsorber" explique Dr. Aliyasin El Ayouch, co-fondateur et CEO de la société.

La capacité inédite de Metabsorber à dépasser les limites des matériaux conventionnels, est applicable à tous les objets qui nous entourent et à de nombreux secteurs comme le bâtiment (traitement acoustique des espaces de vie, bureaux et open-space...), les transports (isolation de moteurs, d’habitacle, insonorisation du système d’échappement...), ou encore l’industrie (confinement de machines bruyantes...). "Jusqu’à présent, pour traiter un lieu phoniquement, nous utilisions des matériaux qui absorbent le bruit comme la laine de roche ou la mousse. Avec notre technologie, il est possible de réduire l’épaisseur de l’absorbant et de moduler les performances d’absorption du bruit" ajoute le Dr. Aliyasin El Ayouch.

Une technologie innovante 100% bisontine issue de la recherche publique

Cette technologie de rupture a été mise au point par l’équipe du Pr. Abdelkrim Khelif, directeur de recherche CNRS à l’Institut FEMTO-ST.

Son origine est étroitement liée à l’arrivée du Tramway dans la Ville de Besançon, dont les travaux de construction ont constitué une source de nuisances sonores pour les habitants. Face à cette problématique, l’ancienne Région Franche-Comté avait alors soutenu les travaux de recherche sur le sujet au travers d’une thèse réalisée par Aliyasin El Ayouch, alors chercheur-doctorant, sous la direction du Pr. Abdelkrim Khelif. Par la suite, un programme de pré-maturation avec le CNRS avait permis de déterminer les verrous techniques à lever pour la mise en œuvre du projet.

La Satt Sayens a ensuite accompagné l’équipe de recherche dans la valorisation technologique de ses travaux de recherche au travers d’un programme de maturation dédié, de la protection des résultats jusqu’à leur transfert à la spin-off créée à cet effet. Baptisée Metabsorber et accompagnée en parallèle par l’incubateur régional DECA-BFC, la start-up est portée par Aliyasin El Ayouch aux côtés du Dr. Mahmoud Addouche, maître de conférences au sein de l’Université de Franche-Comté, et conseiller scientifique de la start-up.

"Véritable travail collaboratif au niveau régional, Metabsorber met en lumière l’excellence scientifique de la recherche publique en matière d’innovation technologique. Promise à de belles perspectives de développement, nous restons à ses côtés pour lui apporter le support en matière de valorisation dont elle peut avoir besoin pour son évolution" souligne Catherine Guillemin, présidente de Sayens.

Infos +

A l’heure actuelle, Metabsorber met en œuvre la technologie dans le secteur du bâtiment, notamment auprès d’écoles de la Métropole du Grand Besançon, pour fournir un mobilier acoustique (tables, séparateurs de classes) aux classes et cantines scolaires. Pour l’avenir, la start-up a pour objectif de développer des solutions pour le secteur de l’industrie et du transport où les exigences techniques sont un vrai challenge (aéronautique, ferroviaire automobile, design attrayant, isolation phonique respectueuse de la santé et de l’environnement...).

A propos de Sayens

Société d’Accélération du Transfert de Technologies, SAYENS fait émerger les résultats scientifiques prometteurs, les transforme en innovations qui répondent aux besoins des entreprises et du marché, sources de croissance et de création d’emplois.

Engagée aux côtés des chercheurs et des entreprises pour faire de la science le futur de l’innovation, SAYENS a accès aux compétences de 6500 chercheurs, 4000 doctorants issus des 140 laboratoires de la recherche publique répartis sur les régions Grand Est (Lorraine et Sud Champagne Ardenne - Troyes) et Bourgogne Franche-Comte?.

www.sayens.fr - @SATT_SAYENS - Rapport d’activite? 2019

Actionnaires : AgroSup Dijon, Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et Microtechniques - ENSMM, l’Université de Franche-Comté, l’Université de Lorraine, l’Université de Bourgogne, l’Université de Technologie Belfort-Montbéliard, l’Université de Technologies de Troyes, CNRS, INSERM, l’Etat opéré par Bpifrance.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Camaïeu met définitivement la clé sous la porte

Ce mercredi 28 septembre, le tribunal commercial de Lille a prononcé la liquidation judiciaire de Camaïeu. 514 magasins vont donc mettre la clé sous la porte et 2.600 emplois seront supprimés. Une dizaine de magasins en Franche-Comté et quatre dans le Grand Besançon sont concernés.

Quatorze PME intègrent la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté 

La Région Bourgogne-Franche-Comté et Bpifrance ont donné le coup d’envoi de la troisième promotion de l’Accélérateur PME Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 septembre à la Tonnellerie Rousseau à Gevrey-Chambertin en Côte-d'Or. Ce programme d'accompagnement personnalisé d’une durée de 24 mois compte 14 nouvelles PME à fort potentiel cette année.

Yann Le Guilloux nommé au directoire de la Caisse d’Épargne de Bourgogne Franche-Comté

Le Conseil d’orientation et de surveillance (COS) de la Caisse d'Épargne de Bourgogne Franche-Comté a nommé, sur proposition de Jérôme Ballet, président du directoire, et Eric Fougère, président du COS, Yann Le Guilloux, en qualité de membre du directoire en charge du Pôle Banque de Détail (BDD). 

Burger King ouvre à Valdahon

Le fast-food ouvrira ses portes et ses grills jeudi 29 septembre 2022 dans la commune de Valdahon. Malgré des difficulté d’embauche de son personnel, Burger King est finalement parvenu à trouver du personnel "nombreux issus de la ville et des communes alentour".

Camaïeu joue sa survie devant le tribunal de commerce : trois boutiques menacées à Besançon

Camaieu et ses 2.600 salariés sur le fil : deux ans après un premier sauvetage, le géant nordiste du prêt-à-porter féminin va tenter mercredi 28 septembre de convaincre le tribunal de commerce de Lille qu'il peut échapper à la liquidation, mais les syndicats craignent le pire. Besançon et le Grand Besançon comptent trois boutiques de l'enseigne.

16e édition du concours régional de l’économie sociale et solidaire : les inscriptions sont ouvertes

Cette année, pour la 16e édition, la Région Bourgogne-Franche-Comté organise le concours régional de l'économie sociale et solidaire. Vous êtes une association, une entreprise et vous portez un projet ou une initiative conforme aux valeurs de l'économie sociale et solidaire ? Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 5 octobre !

Considérez-vous votre emploi comme un « travail-plaisir » ou comme un « travail alimentaire » ?

À la suite du premier confinement en raison de la crise de la Covid-19, nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se sont posés des questions sur leur vie professionnelle. En France, la pandémie a bouleversé le marché de l’emploi. Les démissions, y compris de postes en CDI, ont été particulièrement nombreuses ces derniers mois pour un changement de vie, d'activité, etc. Et vous, comment considérez-vous votre emploi comme un "travail plaisir" ou comme un "travail alimentaire" ?

Crise énergétique : la Ville de Besançon va devoir faire des coupes budgétaires, mais lesquelles ?

La maire de Besançon, accompagnée de 11 membres de la majorité municipales, a convié les médias locaux à une conférence de presse sur la forte augmentation du prix de l’énergie et ses conséquences sur le service public. À ce jour, la Ville de Besançon doit trouver des solutions pour économiser 8 millions d’euros sur sa facture de 2023. Quoi qu’il en soit, comme dans d’autres communes, des coupes budgétaires seront envisagées, mais lesquelles ? Fermeture des musées plusieurs jours par semaine ? Un marché de Noël annulé ou plus sobre ? Des extinctions de l’éclairage des équipements sportifs ?

Salon Cap vers l’Emploi le 30 septembre à Besançon : plus de 1.000 postes à pourvoir !

PUBLI-INFO • Grand Besançon Métropole organise depuis plusieurs années, des évènements en faveur de l’emploi tels que les Rendez-vous de l’emploi au Palais des Sports. Cette année, l’événement change de nom et de lieu et se déroulera vendredi 30 septembre à Microplis : Cap vers l’emploi.  À cette occasion, les personnes en recherche d’emploi pourront rencontrer des entreprises qui recrutent sur le territoire. Plus de 1.000 offres d’emploi seront proposées.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.31
légère pluie
le 29/09 à 9h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1002 hPa
Humidité
96 %

Sondage