Installation d'une diététicienne spécialiste de la micronutrition à Mamirolle

Publié le 02/05/2022 - 16:02
Mis à jour le 05/05/2022 - 16:25

Dans son nouveau cabinet de Mamirolle, Pauline Toitot, diététicienne libérale depuis un an est spécialisée dans la nutrition pour les sportifs, amateurs ou non, ainsi que dans la micronutrition.

Diététicienne nutritionniste installée à Mamirolle, Pauline Toitot s'est spécialisée dans  l'alimentation pour les sportifs, professionnels ou non comme pour les enfants, adolescents et adultes. Avec sa méthode nutritionnelle, elle apprend à "gérer ses courses, ses menus, créer des recettes à partir de ce que l’on a dans les placards", le tout de "manière ludique pour ne pas perdre le patient à faire que du blabla pendant  une heure car l'on apprend mieux en s’amusant !" 

Qui êtes-vous ?

Pauline Toitot : "Je suis Pauline Toitot, j’ai 25 ans et j’ai fait un BTS Diététique. Je suis formé à la nutrition et à la micronutrition du sportif, pour pouvoir accompagner les sportifs dans l’amélioration de leurs performances. Je suis diététicienne libérale depuis un an car la diététique, étant définie comme une science qui permet d’améliorer la santé, j’ai plus de champs d’action possible qu’en structure hospitalière. Mon souhait est de toucher plusieurs types de personnes, pas que des personnes avec des problèmes de poids, mais plutôt avec des problématiques nouvelles comme des pathologies chroniques, où l’alimentation peut réduire certains symptômes".

Qu’est-ce que la micronutrition ? Quelle différence avec la nutrition "de base" ?

Pauline Toitot : "La micronutrition touche aux micro-nutriments. On connaît les macronutriments qui sont les protéines, les lipides et les glucides, mais les micro-nutriments, ce sont les vitamines, minéraux, oligoéléments, les fibres, les omégas 3, les antioxydants, etc. En fait, ce sont des éléments qui ne vont pas apporter d’énergie à l’organisme mais qui vont être indispensables à son bon fonctionnement. On travaille plus sur des déséquilibres alimentaires, sur des carences, pour permettre d’améliorer la qualité de vie. Encore une fois, ça peut être axé sur des troubles digestifs, cutanés, hormonaux. On va dire que ça touche moins à l’assiette alimentaire, mais plus à l’alimentation en lien avec la santé".

La micronutrition est un aspect que l’on connaît peu du métier de diététicien, est-ce une spécialisation ?

Pauline Toitot : "Oui c’est une spécialisation, c’est essentiel pour les sportifs pour aller plus loin dans la prise en charge sur le plan alimentaire et aujourd’hui, j’envisage de me spécialiser dans la micronutrition pour vraiment toucher tout le monde".

Pourquoi s’être spécialisé dans la nutrition sportive ?

Pauline Toitot : "Parce que je suis sportive et j’ai moi-même fait le constat qu’en fonction de mon alimentation, mes performances n’étaient pas les mêmes, ma récupération n’était pas la même. On peut voir selon le résultat de certaines études qu’un marathonien sera plus performant avec une meilleure alimentation. L’accompagnement par l’alimentation c’est quelque chose de très important qui vient compléter la prise en charge des entraînements sportifs".

Qui peut venir vous consulter ? Quelles sont leurs attentes ?

Pauline Toitot : "Les sportifs, amateurs et professionnels, pour des sports individuels, collectifs, de force, d’endurance… vraiment tous les types de sportifs. Des enfants, des adolescents des adultes. Et après je fais plus de la diététique classique avec le poids, les maladies chroniques, les troubles digestifs… et là tout le monde peut venir me voir".

On vous consulte pour manger mieux ou perdre du poids ?

Pauline Toitot : "Cela dépend de votre besoin, mais il est tout à fait possible de consulter une diététicienne simplement pour manger mieux avec ce que j’appelle les consultations-conseils nutritionnelles, où il y a juste besoin d’une ou deux consultations pour manger mieux. Pour un peu aussi casser ces clichés que l’on voit sur internet : il ne faut pas manger-ci, il ne faut pas manger ça et  parfois juste d’avoir l’avis d’un professionnel qui nous dise que là, en effet, il faut éviter de manger tel ou tel aliment. Mais toujours en contrebalançant : si il faut arrêter manger ça, il y a toujours une explication. Même pour des personnes qui ont une alimentation végétarienne, végane afin de mieux savoir quoi manger, quelles choses avoir dans son alimentation pour éviter d’avoir des carences. Le but c’est de manger mieux, pas de manger moins, comprendre que notre alimentation a un impact sur notre santé".

Infos +

  • Cabinet à Mamirolle, chemin de Chevessier
  • Du lundi au vendredi, de 9h00 à 20h00
  • Prendre rendez-vous par téléphone  : 06 42 61 04 76
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Une journée de sensibilisation et une exposition sur la prévention du cancer colorectal à Besançon 

Du 5 au 31 mars 2024, une exposition sur la prévention du cancer colorectal sera installée dans le hall principal du CHU de Besançon dans le cadre de Mars bleu. Une journée de sensibilisation sera également organisée le jeudi 21 mars avec une équipe pluridisciplinaire de gastro-entérologie.

Médicaments : des mesures pour anticiper les pénuries

Aider les médecins à prescrire des alternatives aux médicaments non disponibles, intensifier le bon usage des antibiotiques : le gouvernement a annoncé mercredi 21 février 2024 quelques mesures concrètes pour anticiper les pénuries.

Mars Bleu revient en Bourgogne Franche-Comté : s’il est détecté tôt, le cancer colorectal se guérit 9 fois sur 10

Tous les deux ans, les Bourguignons-Francs-Comtois de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal. À l’occasion de Mars Bleu, du 1er au 31 mars 2024, campagne nationale de sensibilisation au dépistage de ce cancer, le Centre régional de coordination des dépistages des cancers (CRCDC) rappelle l’importance de réaliser ce test.

Une nouvelle salle de radiologie interventionnelle multimodale au CHU de Besançon

Le 11 décembre 2023, un premier patient a bénéficié de cette nouvelle salle au sein du CHRU de Besançon. Un véritable pas en avant dans les équipements de pointe puisque l’hôpital fait partie des dix établissements en France à avoir acquis ce dispositif d’imagerie. Quels sont les enjeux ? Nous avons fait le point avec Eric Delabrousse, chef du pôle imagerie du CHU de Besançon.

Assurance maladie : les modalités de dépistage de cancer désormais en ligne

En 2024, l’Assurance maladie a souhaité faciliter l’accès et les démarches concernant le dépistage des cancers du sein, du col de l’utérus et colorectal. Comme l’indique le site officiel de l’administration française : “Service-Public.fr”, il est désormais possible, pour les personnes concernées, de suivre les modalités d'invitation au depistage du cancer en ligne, directement sur leur espace personnel Ameli.

Médecin généraliste : vers une consultation à 30 euros sous conditions

L’Assurance maladie a ouvert jeudi 8 février 2024 la voie à une hausse à 30 euros de la consultation des médecins généralistes, lors des négociations tarifaires avec les syndicats de praticiens libéraux, tout en exigeant en retour des "évolutions en faveur de l’amélioration de la santé de la population".

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.67
couvert
le 27/02 à 6h00
Vent
2.21 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
96 %