Institut du cancer : Fousseret salue «la mobilisation de tous» y compris celle de Mme Branget

Publié le 11/12/2010 - 07:58
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:48

A la suite du feu donné par la ministre de la Santé au lancement de l’Institut régional fédératif du cancer, le maire de Besançon, également président du conseil de surveillance du CHUR, estime que « cet institut constituera un modèle national dans le traitement et le suivi des patients atteints de cancers ».

Le communiqué de Jean-Louis Fousseret :
 
« En ma qualité de Maire de Besançon, Président du Conseil de Surveillance du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon et Président de l’assemblée générale de l’Institut Régional Fédératif du Cancer, je m’en réjouis et je m’en félicite.
 
La Franche-Comté, si elle dispose d’équipes médicales, de radiothérapeutes, d’oncologues de tout premier ordre parmi les plus performants de France, était une des seules régions à ne pas bénéficier de centre de lutte anti-cancer. 
 
Grâce à la grande mobilisation de tous : les services de l’Etat avec l’Agence Régionale de Santé, le corps médical, les associations représentant les usagers, le CHUR de Besançon, les collectivités territoriales et Mme Branget, il a été possible de construire un projet innovant pour un Institut Régional Fédératif du Cancer. Cet institut constituera un modèle national dans le traitement et le suivi des patients atteints de cancers et pourra maintenant voir le jour, permettant ainsi à l’ensemble des francs-comtois de bénéficier d’un des cinq premiers centres de traitement de France.
 
Les collectivités territoriales, sous mon impulsion, et conscientes de l’intérêt que représente l’IRFC, se sont déjà engagées pour permettre cette réalisation. La Région Franche Comté, le Conseil Général du Doubs, les villes et agglomérations de Besançon, de Belfort, de Montbéliard, de Lons le Saunier ont décidé d’y engager des montants importants. Nous sommes en attente des réponses de l’agglomération de Dole, du Conseil Général du Jura, de la Haute-Saône et des villes de Pontarlier et de Vesoul, qui devraient être positives, je l’espère.
 
Le CHU de Besançon va pourvoir notifier le marché et engager les travaux du bâtiment destiné à accueillir l’Institut Régional Fédératif du Cancer, ainsi qu’un plateau de biologie, élément indispensable au fonctionnement de notre système de santé. L’IRFC va donc voir le jour, alors même que le réseau de soins et de méthode donne déjà des résultats tangibles.
 
Je suis heureux pour les patients franc-comtois, leurs familles, les équipes médicales et toutes celles et ceux pour qui cet institut fédératif constitue une avancée sans précédent dans le traitement de cette terrible maladie ».
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Régionales : Denis Thuriot (LREM) se maintient pour le second tour

Mise à jour • Le candidat de la majorité présidentielle arrivé en quatrième position du 1er tour des élections régionales en Bourgogne Franche-Comté avec 11,7 % des voix a décidé de maintenir sa liste "La Région partout et pour tous " pour le second tour du dimanche 27 juin 2021. Une décision qui ouvre la voie à une quadrangulaire.

La droite en passe de conserver la grande majorité des départements en Bourgogne-Franche-Comté

Départementales 2021 • La prime aux sortants a fonctionné en Bourgogne-Franche-Comté où la droite, qui détient six des huit départements de la région, est en bonne position pour conserver la majorité des conseils départementaux dans son escarcelle, avec un vote RN globalement en baisse.

Régionales : chute de la participation, les sortants bien placés

Quel crédit accorder et quelles conclusions tirer d''élections alors que moins d'un seul électeur sur trois en France s'est exprimé dans les urnes ? Jamais les Français n'ont autant boudé une élection dimanche au  premier tour des régionales et départementales, marqué par la solidité des présidents de région sortants et un résultat loin des espérances pour le Rassemblement national.

Régionales et départementales : vivez en direct la soirée électorale

Ce premier tour de ces élections régionales et départementales a été marqué par une très forte abstention de 69,3% en Bourgogne Franche-Comté. Selon les premières estimations, Marie-Guite Dufay (PS) créé la surprise. Elle serait en tête du scrutin devant le RN de Julien Odoul (23,8%), de Gille Platret (Union de la droite) à 20,9% et Denis Thuriot (LREM) à 12,7%. Stéphanie Modde (EELV) frôlerait les 10% et pourrait se maintenir pour le second tour.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.38
légère pluie
le 21/06 à 21h00
Vent
1.41 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
99 %

Sondage