IVG : l'Académie de médecine opposée à l'allongement du délai

Publié le 13/10/2020 - 11:25
Mis à jour le 13/10/2020 - 11:52

L'Académie nationale de médecine s'est dite lundi opposée à l'allongement du délai légal d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines, adopté jeudi en première lecture par l'Assemblée nationale, craignant des "manoeuvres chirurgicales qui peuvent être dangereuses pour les femmes".

« En portant ce délai à 16 semaines d’aménorrhée (soit 14 semaines de gestation, NDLR), on augmente le recours à des manoeuvres chirurgicales qui peuvent être dangereuses pour les femmes et à une dilatation du col plus importante susceptible de provoquer des complications à long terme comme un accouchement prématuré », estime l’académie dans un communiqué.

Pour l'instance de conseil des pouvoirs publics, "cet allongement entraînera inéluctablement une augmentation significative des complications à court ou à long terme" et il ne correspond pas à l'attente des femmes, qui aspirent plutôt à une "prise en charge plus rapide" lorsqu'elles souhaitent avoir recours à une interruption de grossesse.

Aussi, l'Académie de médecine recommande aux autorités sanitaires "de maintenir le délai légal" actuel tout en "rendant plus accessibles et dans des délais moindres" les centres de santé qui prennent en charge des IVG.

Le texte adopté jeudi propose, outre l'allongement des délais légaux, de permettre aux sages-femmes de réaliser des IVG chirurgicales jusqu'à la 10e semaine de grossesse et de supprimer la clause de conscience spécifique à l'IVG pour les médecins, des demandes récurrentes d'associations féministes pour garantir "un égal accès à l'IVG" sur tout le territoire.

L'Académie de médecine "déconseille" également "le transfert de compétences aux sages-femmes pour la pratique des IVG chirurgicales quel qu'en soit le terme", "compte tenu de leur absence actuelle de qualification chirurgicale".

L'Ordre des médecins s'était de son côté opposé samedi à la suppression de la clause de conscience, estimant que "ni la disparition de la clause de conscience, ni l'allongement des délais légaux (...) ne permettront de répondre aux difficultés qui peuvent, aujourd'hui encore, se poser à nos concitoyennes souhaitant avoir recours à une IVG".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Covid-19 : entre progression de l’épidémie et poursuite de la vaccination…

La persistance d’une progression de l’épidémie dans notre région en dépit des mesures de protection mises en place et alors que la campagne de vaccination se poursuit est "un signal d’alerte", prévient l'ARS Bourgogne Franche-Comté ce 16 avril 2021. Elle rappelle l'importance de "ne pas céder au découragement" et de "rester mobilisés" en respectant les gestes barrières.

Vaccination : des créneaux réservés pour certains professionnels de plus de 55 ans

Dès ce week-end • Jean Castex a annoncé ce jeudi 15 avril que des centres de vaccination allaient ouvrir dès samedi des "créneaux dédiés" pour les enseignants et professionnels de la petite enfance de plus de 55 ans, mais aussi les policiers, gendarmes, surveillants pénitentiaires et autres professions particulièrement exposées au Covid-19.

Écoles, terrasses, musées : Macron maintient son calendrier de réouverture

Emmanuel Macron a indiqué, jeudi 15 avril au soir, à une quinzaine de maires, qu'il comptait toujours rouvrir les musées et les terrasses à partir de la mi-mai, avant de poursuivre une réouverture progressive, par étapes "toutes les trois semaines si tout va bien", selon plusieurs participants à cette visioconférence. Des réouvertures territorialisées pourraient-être envisagées.

Covid-19 : la France a dépassé le seuil des 100.000 morts

300 personnes sont mortes du Covid-19 en France ce jeudi. Le pays rejoint la Grande-Bretagne et l'Italie, qui ont dépassé ce cap depuis plusieurs semaines. Dans la région, 4.438 décès ont été enregistrés depuis le 20 mars 2020. En moyenne, sur les sept derniers jours, 15 personnes meurent chaque jour de la Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté.

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.88
nuageux
le 19/04 à 21h00
Vent
0.66 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
97 %

Sondage