Jugé irresponsable pour la deuxième fois de meurtre

Publié le 11/08/2021 - 18:06
Mis à jour le 11/08/2021 - 18:06

La Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Dijon a jugé mercredi pénalement irresponsable un homme soupçonné d’avoir tué son père et sa grand-mère, après l’avoir déjà déclaré irresponsable du meurtre de sa mère cinq ans plus tôt, a-t-on appris auprès du parquet général.
 

Souffrant de schizophrénie, Clément G., 27 ans, a été jugé irresponsable pénalement du meurtre à l'arme blanche de son père et de sa grand-mère, en avril 2019 à Romenay (Saône-et-Loire).

Il avait à l'époque reconnu les faits en les intégrant dans des explications liées à un "délire persécutif", avait précisé le parquet.

La Chambre de Dijon a déclaré l'homme "irresponsable pénalement" et "ordonné son admission en soins psychiatriques sous la forme d'une hospitalisation complète, ses troubles mentaux nécessitant des soins et compromettant la sûreté des personnes", a précisé le parquet général.

Le double meurtre avait suscité une vive émotion: Clément G. avait quitté l'hôpital psychiatrique quelques mois plus tôt après avoir été jugé pénalement irresponsable du meurtre, cette fois-ci de sa mère, en février 2016.

Pour les 20 prochaines années, il est frappé d'une interdiction d'entrer en relation avec la famille des victimes et de se rendre en Saône-et-Loire.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Chute mortelle à Besançon :  la version des policiers et du gérant de la discothèque corroborée par l’enquête

L'enquête sur les circonstances de la chute mortelle d'un jeune homme fin juillet à Besançon, après une altercation devant une discothèque, corrobore les dires des policiers et du gérant de l'établissement lancés à sa poursuite et qui nient toute responsabilité dans  son décès, a indiqué le parquet de Besançon.

Tribunal administratif de Besançon : la médiation devient obligatoire dans certains contentieux

Depuis 2017, le recours au juge administratif n’est pas la seule forme de résolution des conflits ni nécessairement la plus adaptée. La médiation préalable, moins onéreuse, plus rapide et plus discrète, a fait ses preuves en permettant de régler de nombreux conflits ces cinq dernières années. Elle devient obligatoire dans certains contentieux. Thierry Trottin, président du tribunal administratif de Besançon, nous en parle.

Justice : l’enregistrement sonore ou audiovisuel d’une audience au tribunal est désormais possible, mais…

Depuis la loi du 22 décembre 2021, toute personne a le droit de filmer ou enregistrer une audience dans un tribunal, à condition de remplir plusieurs critères et pas des moindres… Thierry Trottier, président du tribunal administratif de Besançon nous en parle.

 Tribunal administratif de Besançon : un délai de jugement qui jamais été aussi court…

Le président du tribunal administratif de Besançon, Thierry Trottier, a présenté ce mardi 5 juillet les chiffres de l’année 2021 et du premier semestre 2022. Pas moins de 2.111 nouvelles requêtes y ont été traitées en 2021, un chiffre en hausse par rapport à 2020, mais en recul par rapport aux années précédentes principalement en raison de la crise sanitaire. Le tribunal administratif de Besançon peut se targuer de juger les affaires plus rapidement qu’au niveau national soit 7 mois et 12 jours.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 25.99
nuageux
le 17/08 à 12h00
Vent
2.88 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
56 %

Sondage