Jugement pour refus de prélèvement ADN : Dominique Henry reçoit des soutiens

Publié le 12/01/2017 - 11:15
Mis à jour le 12/01/2017 - 11:31

À la veille de son procès, jeudi 12 janvier 2017, au tribunal de Montbéliard, pour refus de prélèvement ADN, la militante de la Confédération paysanne Dominique Henry a reçu plusieurs soutiens, notamment du conseil municipal d’Audincourt ou de la députée du Doubs Barbara Romagnan.

En 2014, Dominique Henry, agricultrice du Haut-Doubs aujourd’hui retraitée, a participé au démontage de la salle de traite de la "ferme des 1.000 vaches" dans la Somme. Condamnée pour cet acte militant et un refus de prélèvement ADN à 4 mois de prison avec sursis et 300 euros d’amende, il lui est finalement reconnu, après appel, le statut de "lanceuse d’alerte", transformant la peine en simple amende.

Demain, 12 janvier 2017, la militante de la Confédération paysanne est convoquée par le tribunal de Montbéliard pour un nouveau refus de prélèvement ADN il y a un an (délit passible d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende).

Dans un communiqué du 9 janvier, la députée du Doubs, Barbara Romagnan, apporte son soutien à Dominique Henry : "La procédure à laquelle elle est confrontée doit nous interroger, tant sur le fait de poursuivre sans cesse des militants refusant de donner leur ADN que sur les évolutions et les dérives du fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) qui conserve l'ADN durant 40 ans.

Le premier sujet est donc celui des poursuites en récidive pour refus de prélèvement ADN de la part de militants, puisqu’à chaque refus, une nouvelle procédure est engagée, aboutissant à une condamnation. On "fabrique" ainsi des militants récidivistes, comme les antimilitaristes au temps du Général de Gaulle. À part surcharger inutilement les tribunaux, je ne suis pas certaine des vertus d’une telle obstination à poursuivre un même refus réitéré."

La députée rappelle que le fichier national automatisé des empreintes génétiques a été créé en 1998, en pleine affaire du violeur et tueur en série Guy Georges. "Sa vocation initiale était bien de conserver l’ADN des personnes mises en cause dans des crimes (meurtre, homicide, viol, abus sexuels...)" De 2003 à 2007, plusieurs lois sont venues étendre son champ d’application. "Cela a, dès lors, constitué un changement de la vocation initiale du FNAEG qui mêle désormais les délinquants sexuels ou les meurtriers avec les militants politiques ou syndicaux, qu’ils aient été condamnés ou simplement poursuivis et acquittés, constate la députée. On notera au passage que l’ensemble des délits et infractions à caractère financier ont été exclus du FNAEG."

Et de conclure : "Les craintes exprimées par Dominique Henry et d’autres militants et organisations de défense des libertés me semblent donc devoir être entendues. La question mérite davantage un débat public que des procédures devant les tribunaux."

Le 9 janvier, lors du conseil municipal, toute l’équipe de la ville d’Audincourt a également souhaité apporter son soutien à Dominique Henry. Évoquant la ferme des 1.000 vaches, Martial Bourquin, sénateur maire d’Audincourt écrit dans un courrier adressé à la Confédération paysanne que "Cette course à la surproduction et à la baisse des coûts représente à la fois un danger en terme sanitaire pour nous tous, mais elle conduit également le monde agricole dans une impasse.» Le conseil municipal reconnaît d’autre part le statut de lanceur d’alerte auquel Dominique Henry « peut prétendre de par son action militante."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

En 2 ans, les plaintes pour violences conjugales ont explosé dans le Doubs. Entretien avec Étienne Manteaux, procureur de Besançon

EXCLUSIF • Quatre homicides en 2022, une hausse de 69% des faits graves, une hausse de 72% des faits de harcèlement et de menace le tout entre 2019 et 2022 dans le Doubs. Le département fait partie de ceux qui comptent le plus violences conjugales en France alors que l’on compte entre 120 et 130 homicides dans la sphère conjugale l’année dernière sur les 66 millions d’habitants… On en parle avec le procureur de la République de Besançon Étienne Manteaux en ce début d'année 2023.

Tirs à Planoise le 22 janvier : l’enquête a déjà permis de trouver la voiture des malfaiteurs

Le procureur de la République Étienne Manteaux a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 janvier, trois jours après que des coups de feu à l'arme de guerre aient été tirés rue de Fribourg, dans le quartier de Planoise à Besançon. L’enquête a déjà levé le voile sur plusieurs éléments.

Disparition de Marie-Angèle Domece : " ultime " fouille dans l’Yonne pour retrouver le corps

MISE À JOUR • La campagne de recherches du corps de Marie-Angèle Domece, victime présumée du tueur en série Michel Fourniret en 1988, s'est conclue dans l'Yonne sans résultat, a indiqué mercredi 25 janvier 2023 le parquet de Nanterre, en charge du pôle "cold cases" des affaires non élucidées, sollicité par l'AFP.

Vandalisme de la Statue Victor Hugo à Besançon : " Un épilogue sinistre qui n’aurait jamais dû avoir lieu "

À quelques jours du jugement des deux étudiants soupçonnés d’avoir repeint le visage en blanc de la statue de Victor Hugo, oeuvre de Ousmane Sow, en novembre 2022 à Besançon, Béatrice Soulé, compagne du sculpteur sénégalais, parle d’"une polémique qui n’avait aucune raison d’être" dans un communiqué du 24 janvier 2023.

Procès des Barjols : un Belfortain et un Haut-Saônois parmi les 13 militants d’ultradroite jugés à Paris

Treize personnes affiliées au groupuscule d’ultradroite des Barjols comparaissent à partir de ce mardi 17 janvier à Paris, soupçonnées d’avoir préparé une série d’actions violentes dont un projet d’attaque contre Emmanuel Macron fin 2018, en marge du centenaire de l’armistice.

Le parquet conteste au Dr Péchier la possibilité d’exercer la médecine

Suite à l’arrêt rendu par la chambre d’instruction le lundi 11 janvier, qui autorise le docteur Péchier a exercer la médecine, le procureur de la République de Besançon Etienne Manteaux a tenu à réagir et à faire un point d’étape sur l’information judiciaire dans laquelle le médecin est mis en examen. 

Abus sexuels : le diocèse de Besançon lance un appel pour retrouver d’éventuelles victimes d’un abbé décédé

Le diocèse de Besançon a lancé un appel pour retrouver "d'éventuelles victimes" de Raymond Jaccard, un abbé décédé en 2021 connu pour son action auprès des lépreux camerounais, sanctionné de son vivant après des soupçons "d'abus d'ordre sexuel et spirituel" sur des majeurs.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -0.11
partiellement nuageux
le 27/01 à 12h00
Vent
5.13 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
78 %