Jugement pour refus de prélèvement ADN : Dominique Henry reçoit des soutiens

Publié le 12/01/2017 - 11:15
Mis à jour le 12/01/2017 - 11:31

À la veille de son procès, jeudi 12 janvier 2017, au tribunal de Montbéliard, pour refus de prélèvement ADN, la militante de la Confédération paysanne Dominique Henry a reçu plusieurs soutiens, notamment du conseil municipal d’Audincourt ou de la députée du Doubs Barbara Romagnan.

En 2014, Dominique Henry, agricultrice du Haut-Doubs aujourd’hui retraitée, a participé au démontage de la salle de traite de la "ferme des 1.000 vaches" dans la Somme. Condamnée pour cet acte militant et un refus de prélèvement ADN à 4 mois de prison avec sursis et 300 euros d’amende, il lui est finalement reconnu, après appel, le statut de "lanceuse d’alerte", transformant la peine en simple amende.

Demain, 12 janvier 2017, la militante de la Confédération paysanne est convoquée par le tribunal de Montbéliard pour un nouveau refus de prélèvement ADN il y a un an (délit passible d’un an de prison et de 15.000 euros d’amende).

Dans un communiqué du 9 janvier, la députée du Doubs, Barbara Romagnan, apporte son soutien à Dominique Henry : "La procédure à laquelle elle est confrontée doit nous interroger, tant sur le fait de poursuivre sans cesse des militants refusant de donner leur ADN que sur les évolutions et les dérives du fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG) qui conserve l'ADN durant 40 ans.

Le premier sujet est donc celui des poursuites en récidive pour refus de prélèvement ADN de la part de militants, puisqu’à chaque refus, une nouvelle procédure est engagée, aboutissant à une condamnation. On "fabrique" ainsi des militants récidivistes, comme les antimilitaristes au temps du Général de Gaulle. À part surcharger inutilement les tribunaux, je ne suis pas certaine des vertus d’une telle obstination à poursuivre un même refus réitéré."

La députée rappelle que le fichier national automatisé des empreintes génétiques a été créé en 1998, en pleine affaire du violeur et tueur en série Guy Georges. "Sa vocation initiale était bien de conserver l’ADN des personnes mises en cause dans des crimes (meurtre, homicide, viol, abus sexuels...)" De 2003 à 2007, plusieurs lois sont venues étendre son champ d’application. "Cela a, dès lors, constitué un changement de la vocation initiale du FNAEG qui mêle désormais les délinquants sexuels ou les meurtriers avec les militants politiques ou syndicaux, qu’ils aient été condamnés ou simplement poursuivis et acquittés, constate la députée. On notera au passage que l’ensemble des délits et infractions à caractère financier ont été exclus du FNAEG."

Et de conclure : "Les craintes exprimées par Dominique Henry et d’autres militants et organisations de défense des libertés me semblent donc devoir être entendues. La question mérite davantage un débat public que des procédures devant les tribunaux."

Le 9 janvier, lors du conseil municipal, toute l’équipe de la ville d’Audincourt a également souhaité apporter son soutien à Dominique Henry. Évoquant la ferme des 1.000 vaches, Martial Bourquin, sénateur maire d’Audincourt écrit dans un courrier adressé à la Confédération paysanne que "Cette course à la surproduction et à la baisse des coûts représente à la fois un danger en terme sanitaire pour nous tous, mais elle conduit également le monde agricole dans une impasse.» Le conseil municipal reconnaît d’autre part le statut de lanceur d’alerte auquel Dominique Henry « peut prétendre de par son action militante."

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Éco-quartier : le tribunal administratif rejette le recours introduit par Les Jardins des Vaîtes

L’association demandait l’annulation de la décision par laquelle la présidente de Grand Besançon Métropole a refusé d’inscrire à l’ordre du jour du conseil communautaire l’abrogation partielle du plan local d’urbanisme de la commune de Besançon, a-t-on appris jeudi 11 avril 2024.

Maltraitance animale dénoncée par L214 : un employé d’abattoir condamné à du sursis dans l’Yonne

Un employé d'un élevage de porcs de l'Yonne a été condamné jeudi 11 avril 2024 à 1.000 euros d'amende avec sursis pour "mauvais traitement envers un animal" après la dénonciation par l'association L214 de "sévices" incluant l'agonie d'une truie assommée à coups de masse.

Daval : le procureur requiert la relaxe pour les faits de dénonciation calomnieuse

Lors du procès pour dénonciation calomnieuse de Jonathan Daval, qui purge actuellement une peine de prison de 25 ans de prison pour le meurtre de son épouse Alexia en 2017, à l’encontre de son ancienne belle-famille, le procureur de la république Étienne Manteaux a finalement requis la relaxe mercredi 10 avril 2024 au tribunal correctionnel de Besançon. 

Renforts pour la justice : combien de recrutements supplémentaires pour Besançon d’ici 2027 ?

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux et ministre de la Justice, s’est rendu au tribunal judiciaire d’Annecy le 28 mars 2024 pour dévoiler la répartition des effectifs supplémentaires au sein de chaque cour d’appel et de chaque tribunal judiciaire. À Besançon, 21 effectifs supplémentaires sont prévus entre le tribunal judiciaire et la cour d'appel.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.2
légère pluie
le 17/04 à 15h00
Vent
2.81 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
80 %