Jura: le garagiste qui a tué son cambrioleur remis en liberté

Publié le 09/12/2016 - 22:04
Mis à jour le 10/12/2016 - 09:31

Un garagiste de 72 ans, qui a tué par balles un cambrioleur entré par effraction de nuit à son domicile dans le Jura, a été remis en liberté vendredi à l'issue de sa garde à vue, la thèse de la légitime défense étant privilégiée par les enquêteurs.

dsc_9070.jpg
illustration © damien poirier
PUBLICITÉ

L’enquête pour homicide volontaire n’a donné lieu à aucune ouverture d’information judiciaire et « on s’oriente vers un classement sans suite », a-t-on précisé de même source. L’autopsie du corps de la victime a confirmé la version présentée par le septuagénaire, elle de deux coups de feu tirés à l’occasion d’une lutte entre les deux hommes. Le cambrioleur a reçu une balle dans la tête -qui lui a été fatale- et une autre dans les côtes.

Le procureur de Lons-le-Saunier, Jean-Luc Lennon, avait lui-même évoqué jeudi une « présomption de légitime défense » en faveur du garagiste, expliquant que la loi prévoit une telle présomption « pour quiconque, de nuit, repousse une entrée par effraction, par violence ou par ruse ».

Les faits ont eu lieu à La Mouille, une petite commune de 350 habitants, vers 03H00 du matin jeudi. Quatre hommes cagoulés, armés d’une arme de poing et de matraques étaient entrés par effraction au domicile du septuagénaire et de sa compagne de 47 ans.

Deux d’entre eux ont emmené la femme à la cuisine pour qu’elle leur remette 1.100 euros en liquide dissimulés dans un bocal. Le septuagénaire, frappé à plusieurs reprises, est parvenu à saisir un pistolet 9 mm qui se trouvait au-dessus d’une armoire. « L’agresseur a tenté de s’emparer de l’arme, il y a eu une lutte, le septuagénaire ne s’est pas laissé faire », avait expliqué jeudi le procureur. Les trois autres cambrioleurs ont pris la fuite avant de revenir chercher leur camarade en se faisant passer pour des gendarmes, a noté M. Lennon. Mais le couple avait verrouillé la porte et ils n’ont pas pu entrer à nouveau dans l’habitation. Ils sont activement recherchés par les gendarmes et font l’objet d’une enquête pour « vol commis en bande organisée avec usage et menace d’une arme ».

Ces faits présentent des similitudes avec le dossier d’un buraliste du Tarn, qui a été rejugé cette semaine à Toulouse pour avoir tué un cambrioleur, une nuit de décembre 2009. Condamné à sept ans de prison en première instance, il plaide la légitime défense, mais l’avocat général a rejeté vendredi cette thèse.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.26
légère pluie
le 27/05 à 12h00
Vent
3.55 m/s
Pression
1011.47 hPa
Humidité
85 %

Sondage