Alerte Témoin

Une nouvelle étude sur l’échinococcose en Franche-Comté

Publié le 04/05/2017 - 09:13
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:51

Le Centre National de Référence (CNR) de l’Echinococcose alvéolaire, en lien avec l'hôpital de Besançon, mène jusqu'en janvier 2018 sur les sentiers du Haut-Doubs le projet MoniZoo. Objectif : mieux connaître l’environnement du parasite Echinococcus multilocularis, agent pathogène de l’échinococcose alvéolaire.

La Franche-Comté est la région la plus touchée par l'échinococcose alvéolaire avec un taux d'incidence supérieur à 0,25 pour 100.000 habitants. Depuis 1981, le CNR de l’Echinococcose alvéolaire, issu de l'université de Franche-Comté en lien étroit avec le CHRU de Besançon, surveille l'évolution de la maladie.

Déroulement du projet MoniZoo

Dans le cadre d'une nouvelle mission, le projet MoniZoo, des chercheurs se rendront dans une zone de haute endémie dans le Haut Doubs tous les deux mois afin de prélever la présence du parasite. Des échantillonnages seront réalisés dans les rues de villages avant de procéder à des analyses d’ADN.

La mission a déjà commencé depuis mars 2017 et s’arrêtera début 2018. Le but principal est d'analyser l’environnement du parasite au fil des saisons mais aussi d’observer la procédure de contamination sur les animaux sauvages et domestiques. L'objectif, sur le long  terme, est de créer un site d’observation pour recueillir plus de données pour en faire une base informatisée servant à la publication de rapports scientifiques et de réunions d’informations publiques sur la maladie.

L'échinoco...quoi ? 

L'échinococcose alvéolaire est un parasite provoqué chez l'homme par la larve d'un petit ver intestinal du renard et du chien, voire du chat : Echinococcus multilocularis. C’est une maladie “relativement rare mais une grande part des cas européens de l'échinococcose est observée en France, dont 60% en régions Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est” selon le CNR. Elle peut conduire au décès si elle n’est pas traitée de manière chirurgicale ou médicamenteuse.

echonococcus

Info +

CNR Echinococcoses réalise des recherches sur le parasite dans l’environnement à des fins de prévention et d’anticipation de la maladie chez l’homme et l’animal. Les recherches sont menées avec l’Université de Bourgogne Franche-Comté, le Laboratoire National de Référence Echinococcus (Anses, Nancy), et l’Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses (ELIZ, Nancy).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Coronavirus : quelle situation début juillet en Bourgogne Franche-Comté ?

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du virus reste faible. Conséquence, le nombre de formes graves nécessitant une hospitalisation continue de baisser dans la région : 132 patients contre 1.380 au plus fort de l'épidémie dans les hôpitaux le 17 avril 2020. Début juillet, moins de 10 patients étaient en réanimation en lien avec le Covid-19. En Bourgogne Franche-Comté, plus de 1.700 personnes sont mortes du Coronavirus.

Coronavirus : les derniers chiffres en Franche-Comté

Le nombre de patients hospitalisés souffrant de formes graves du Covid-19, le cumul des décès dans les hôpitaux ou le nombre de sorties d'hospitalisation. Voici les dernières données et statistiques liées à l'épidémie de Coronavirus dans le Doubs, le Jura, la Haute-Saône et le Territoire de Belfort.

Covid-19 : la circulation du virus "faible" en Bourgogne-Franche-Comté

Derniers chiffres en Bourgogne Franche-Comté • La circulation du Coronavirus  est "toujours faible" en Bourgogne-Franche-Comté, mais le coronavirus reste présent indique l'agence régionale de santé qui invite à toujours respecter "scrupuleusement" les mesures de prévention. La moyenne des hospitalisations pour Covid-19, s’établit autour de deux entrées par jour en moyenne et  en dessous d’ une entrée par jour en réanimation.

Ligue 1 : un joueur de Dijon positif au coronavirus

Un joueur du club de Dijon a été testé positif au coronavirus, sans présenter de symptômes du Covid-19, et placé en quatorzaine, annonce vendredi le DFCO, tandis qu'à Marseille un joueur a été dépisté comme ayant "précédemment contracté la maladie", mais est "immunisé".

La mosquée de Planoise, la dernière à rouvrir ses portes à ses fidèles à Besançon

Si la plupart des mosquées de Besançon ont pu rouvrir leurs portes le 13 juin dernier après le confinement, la mosquée de Planoise, la plus grande de la ville (1.500 m2) a dû retarder sa réouverture au 22 juin pour des raisons logistiques afin d'accueillir ses fidèles dans le respect des règles sanitaires contre la propagation du covid-19. Jouad Amarouch, président de l'association Al Fath de la mosquée de Planoise répond à nos questions.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     12.29
    ciel dégagé
    le 04/07 à 0h00
    Vent
    0.52 m/s
    Pression
    1022 hPa
    Humidité
    96 %

    Sondage