Une nouvelle étude sur l’échinococcose en Franche-Comté

Publié le 04/05/2017 - 09:13
Mis à jour le 15/04/2019 - 14:51

Le Centre National de Référence (CNR) de l’Echinococcose alvéolaire, en lien avec l'hôpital de Besançon, mène jusqu'en janvier 2018 sur les sentiers du Haut-Doubs le projet MoniZoo. Objectif : mieux connaître l’environnement du parasite Echinococcus multilocularis, agent pathogène de l’échinococcose alvéolaire.

La Franche-Comté est la région la plus touchée par l'échinococcose alvéolaire avec un taux d'incidence supérieur à 0,25 pour 100.000 habitants. Depuis 1981, le CNR de l’Echinococcose alvéolaire, issu de l'université de Franche-Comté en lien étroit avec le CHRU de Besançon, surveille l'évolution de la maladie.

Déroulement du projet MoniZoo

Dans le cadre d'une nouvelle mission, le projet MoniZoo, des chercheurs se rendront dans une zone de haute endémie dans le Haut Doubs tous les deux mois afin de prélever la présence du parasite. Des échantillonnages seront réalisés dans les rues de villages avant de procéder à des analyses d’ADN.

La mission a déjà commencé depuis mars 2017 et s’arrêtera début 2018. Le but principal est d'analyser l’environnement du parasite au fil des saisons mais aussi d’observer la procédure de contamination sur les animaux sauvages et domestiques. L'objectif, sur le long  terme, est de créer un site d’observation pour recueillir plus de données pour en faire une base informatisée servant à la publication de rapports scientifiques et de réunions d’informations publiques sur la maladie.

L'échinoco...quoi ? 

L'échinococcose alvéolaire est un parasite provoqué chez l'homme par la larve d'un petit ver intestinal du renard et du chien, voire du chat : Echinococcus multilocularis. C’est une maladie “relativement rare mais une grande part des cas européens de l'échinococcose est observée en France, dont 60% en régions Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est” selon le CNR. Elle peut conduire au décès si elle n’est pas traitée de manière chirurgicale ou médicamenteuse.

echonococcus

Info +

CNR Echinococcoses réalise des recherches sur le parasite dans l’environnement à des fins de prévention et d’anticipation de la maladie chez l’homme et l’animal. Les recherches sont menées avec l’Université de Bourgogne Franche-Comté, le Laboratoire National de Référence Echinococcus (Anses, Nancy), et l’Entente de Lutte Interdépartementale contre les Zoonoses (ELIZ, Nancy).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

« Comment expliquer aux soignants que l’on puisse revendiquer le temps du plaisir et du jeu ? » (président de la station de Métabief)

Jean Castex, le Premier ministre avait confirmé l'ouverture des stations de ski mais la fermeture des remontées mécaniques après l'allocution du chef de l'État le 24 novembre dernier. Après l'arrivée des premiers flocons dans le département ce 1er décembre 2020, nous avons contacté Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d'Or, Vice-président du département et maire de Frasne pour avoir son avis sur le sujet...

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Covid-19 : une lente décrue en Bourgogne Franche-Comté

2e vague • Le pic de la seconde vague a été plus élevé cet automne par rapport au printemps 2020 en Bourgogne Franche-Comté avec 1.899 personnes hospitalisées le 23 novembre pour des formes graves du Coronavirus contre 1.380 le 17 avril 2020. Dimanche, on dénombrait toujours plus de 1.700 patients hospitalisés dans la région qui reste dans une situation sanitaire "fragile" selon l'agence régionale de Santé.

Stations de ski : "Monsieur le Président, ne tuez pas la montagne Française"

Grogne •

Une manifestation samedi à Gap, un courrier à Emmanuel Macron. Alors que la Suisse, l'Autriche et la Bulgarie ont décidé d'ouvrir leurs stations  en décembre, des élus exhortent le Président à revenir sur la décision de fermer les remontées mécanique. Dans cette polémique, le régionaliste Jean-Philippe Allenbach y va de son laïus. "Si nous étions un canton suisse, nos stations de ski seraient ouvertes" en Franche-Comté.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.98
couvert
le 02/12 à 21h00
Vent
0.5 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
99 %

Sondage