La Bourgogne-Franche-Comté, 9ème destination des camping-caristes cet été 2022

Publié le 08/06/2022 - 14:38
Mis à jour le 10/06/2022 - 10:14

Le réseau leader des aires d’étape pour camping-cars présente son "baromètre du tourisme en camping-car au cours de la saison estivale" une analyse des intentions des 560.000 véhicules de loisirs immatriculés en France pour leurs vacances au cours de l’été 2022. La Bourgogne-Franche-Comté s'annonce comme la 9ème destination des camping-caristes avec 4% des intentions de vacances.

Ce baromètre a été réalisé du 26 avril au 3 mai 2022 auprès d'un échantillon représentatif de 4.000 camping-caristes français. Il porte sur leurs destinations de vacances de juin à septembre, le nombre de nuits prévues, leurs critères de choix touristiques, l'impact du prix du carburant sur leurs séjours, les préférences en termes de destinations, et leur budget prévisionnel. 

Les conclusions

Cet été, 82% des camping-caristes annoncent vouloir passer leurs vacances en France contre 98% l'an dernier, une évolution qui s'explique par la levée des contraintes sanitaires et une hausse des voyages à l'étranger. En effet, 37% des camping-caristes vont voyager à l'étranger contre 22% l'été dernier. La priorité accordée à la France s'explique par la baisse du pouvoir d'achat (35%), la fidélité à la destination (12%) et la volonté de soutenir les commerçants et contribuer à la reprise économique (16%). 

  • Au palmarès des régions françaises

La Bourgogne-Franche-Comté s'annonce comme la 9ème destination des camping-caristes avec 4% des intentions de vacances, derrière les Pays de la Loire (6,8%), la Normandie (7%), l'Auvergne-Rhône-Alpes (12,4%), la Nouvelle-Aquitaine (16,5%), l'Occitanie (14,7%), et la Bretagne (18,4%). 

La Bourgogne-Franche-Comté devrait bénéficier d'environ 1 million de nuitées. Les camping-caristes affichent leur préférence pour le Jura (31,6%), devant le Doubs (18%), la Côte-d'Or (15%), la Saône-et-Loire (10%), la Nièvre (7,5%), l'Yonne (7,2%), la Haute-Saône (6%) et le Territoire de Belfort (4,6%). 

© Camping-car Park

  • Prix du carburant

82% des camping-caristes estiment que la hausse du prix du carburant va être un frein dans leurs déplacements. Plus de la moitié des sondés envisagent de rester plus longtemps sur la même aire d'accueil, 41% ont prévu de faire moins d'étapes durant leurs vacances, tandis que 16% vont rester dans leur région de résidence. 

  • Mois préférés

Les camping-caristes envisagent de partir majoritairement en septembre (65%) et en juin (64%) . Les intentions de départ en juillet (46%) et août (47%) sont moins importantes. Les camping-caristes préfèrent éviter la foule.

  • Durée de séjour

Les camping-caristes partiront majoritairement plus de quatre semaines cet été.

Un enjeu économique de plus de 1,3 milliard d'euros 

L'étude fait ressortir une prévision de 24,5 millions de nuits entre juin et septembre 2022. L'apport économique des camping-caristes à l'économie française au cours de la saison estivale est ainsi estimé à plus de 1,3 milliard d'euros. En effet, un couple de camping-caristes dépense en moyenne 56€ par jour, 44€ pour les acteurs économiques locaux et 12€ pour l'hébergement. 

© Camping-car Park

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 1.54
couvert
le 31/01 à 0h00
Vent
0.32 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
95 %