La mobilisation contre la loi Travail continue !

Publié le 28/04/2016 - 08:38
Mis à jour le 28/04/2016 - 13:33

A l’appel de l’intersyndicale CGT,FSU, Solidaires et FO une nouvelle mobilisation contre la loi Travail est prévue dans toute la France. A Besançon le rendez-vous est fixé ce jeudi 28 avril 2016 à 11 heures place de la Révolution. Pour mieux comprendre les raisons de ce rassemblement, maCommune.Info a rencontré Rachel Messousse, secrétaire générale de Force Ouvrière dans le Doubs.

 ©
©

Depuis le 31 mars de nombreux rassemblements se sont tenus dans toute la France et aussi à Besançon pour dénoncer le projet de loi Travail. Rachel Messousse, secrétaire générale de Force ouvrière dans le Doubs nous en explique les raisons.

MaCommune.Info : pourquoi continuez-vous la mobilisation ?

Rachel Messousse : "Parce que le gouvernement n’entend pas notre exigence du retrait du projet de loi de travail. Donc on va continuer de se mobiliser ! On va demander à tous les syndicats et les salariés de faire des assemblées générales dans leurs administrations, entreprises et établissements pour la reconduite d'un mouvement si le 28 avril au soir, le gouvernement ne nous entend pas. On assiste, avec cette loi Travail, à un démantèlement complet du droit du travail et notamment des droits du salarié. Par exemple,dans ce texte l’augmentation du temps de travail peut aller jusqu’à 46heures voire 60 heures sans aucune contrepartie salariale. Par simple accord,  on pourra passer de 10 à 12 heures de travail par jour, de plus la durée maximum du travail de nuit est augmentée. Bref : c’est la fin du code du travail pour les salariés".

Les associations étudiantes et lycéennes se mobilisent à vos cotés, cela vous permettra-t-il de faire davantage pression sur le gouvernement ?

Rachel Messousse : "Plus on sera nombreux, mieux se sera car le rapport de force sera plus conséquent lui aussi. C'est important que les jeunes se mobilisent car c’est aussi leurs avenirs dont on parle. Certains jeunes sont parfois salariés, apprentis aussi, ils s'interrogent sur le monde du travail de demain, et c'est normal... Mais aujourd’hui 71 % des Français sont contre cette loi et ce ne sont  pas seulement des étudiants. Nous sommes allés distribuer des tracts au rond-point de Châteaufarine à Besançon en expliquant ce projet de loi Travail, près de 70% des personnes qui ont accepté le tract sont conscientes du danger, et cette refonte du code du travail".

Les syndicats patronaux demandent plus de flexibilité au Code du Travail pour relancer la croissance, êtes-vous d'accord avec cette requête ? 

Rachel Messousse : "Ce sont des mensonges, tout simplement. Il me semble qu’il y a déjà un pacte de responsabilité qui a été signé. D’ailleurs Force Ouvrière était contre. On a donné des milliards au patronat pour créer des emplois. Les emplois ne sont pas là. Le MEDEF exige aujourd’hui le retrait de cette loi, mais il demande la première version, plus dure, de ce projet. Désormais il n’y pas de négociation possible, c’est un projet de loi qui n’est amendable ! On demande le retrait pur et simple du texte. La mobilisation ne s’essoufflera pas !". 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Européennes 2024 : Territoires de progrès appelle à voter pour la liste Besoin d’Europe

Dans un communiqué du mois de mai 2024, Jean-Jacques Bougault, délégué régional de Territoires de Progrès, appelle "sans restriction" à voter pour Besoin d'Europe, liste commune Renaissance, Modem, Horizons, Parti Radical et UDI, conduite par Valérie Hayer et comptant notamment le député européen terriforatain, Christophe Grudler.

Audiovisuel public en grève : la maire de Besançon soutient les grévistes

Dans un communiqué du vendredi 24 mai 2024, alors que le projet de loi sur la fusion des médias audiovisuels du service public devait être examiné l’Assemblée nationale jeudi, ce qui a été reporté, la maire de Besançon Anne Vignot exprime son soutien au mouvement de grève et appelle les député(e)s à voter contre cette réforme.

Européennes : Jacques Ricciardetti, candidat sur la liste de Jordan Bardella 

Jacques Ricciardetti, délégué départemental du Rassemblement National du Doubs et conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté est officiellement candidat en 51e position sur la liste du Rassemblement National menée par Jordan Bardella pour les élections européennes du 9 juin 2024.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

La ministre Fadila Khattabi se rendra au Breuil et à Chalon-sur-Saône ce vendredi 17 mai

Fadila Khattabi, ministre chargée des personnes âgées et des personnes handicapées, sera, ce vendredi 17 mai 2024, en visite en Saône-et-Loire, pour visiter l’ESAT du Breuil, faire une déambulation dans le centre-ville de Chalon-sur-Saône, participer à une table ronde sur le Fonds territorial d’accessibilité et assister à un match de playoff de basket fauteuil.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.02
couvert
le 28/05 à 3h00
Vent
1.17 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
95 %