La tête de liste RN à Belfort radiée des listes électorales

Publié le 24/02/2020 - 18:10
Mis à jour le 24/02/2020 - 18:22

La tête de liste RN pour les municipales à Belfort Marie-Laure Duchanoy a dénoncé ce lundi 24 février 2020 auprès de l’AFP des « méthodes fascisantes » après avoir été radiée dimanche des listes électorales au motif qu’elle n’y réside pas.

"Mme Duchanoy est venue s'inscrire sur les listes électorales le 31 décembre 2019, nos services lui ont envoyé un courrier d'inscription et il leur est revenu avec la mention +N'habite pas à l'adresse indiquée+", a expliqué à l'AFP le maire de Belfort Damien Meslot (LR), confirmant une information de l'Est Républicain.

"Elle n'habite pas Belfort mais Taillecourt, dans le Doubs", a-t-il précisé, tout en soulignant qu'il ne faisait pas partie de la commission électorale qui l'a radiée.  Mme Duchanoy n'a fourni qu'un bail manuscrit datant du 1er décembre pour un logement à Belfort, de telle sorte qu'elle ne remplissait de toute façon pas
les conditions d'installation depuis au moins six mois exigées pour l'inscription sur les listes électorales, a encore indiqué M. Meslot.

La candidate RN a confirmé sa radiation mais dénoncé des "méthodes fascisantes". Elle explique ne pas avoir fait figurer son nom sur sa boîte aux lettres à Belfort "pour des raisons de sécurité évidentes".  Cette radiation n'empêche théoriquement pas Mme Duchanoy d'être candidate, car les critères pour être inscrit sur les listes électorales et pour être éligible ne sont pas les mêmes. Un candidat peut se présenter dans une commune sans y être inscrit sur les listes électorale s'il y est contribuable.

La préfecture du Territoire de Belfort a indiqué lundi ne pas savoir si Mme Duchanoy répondait à ces "conditions d'attache", car elle n'a pas encore reçu sa liste et les documents justificatifs l'accompagnant. La candidate n'est de toute façon pas sûre de pouvoir constituer une liste avant la date limite de dépôt, le 27 février.

Elle a souligné lundi qu'il lui manquait encore des noms pour pouvoir boucler sa liste, jugeant la situation "très difficile, très tendue". "Si la liste ne se monte pas, l'électorat du RN aurait pu être pour partie tenté par le vote Damien Meslot, mais avec ces méthodes, il risque de perdre cet électorat", a-t-elle jugé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

”Violeurs étrangers dehors” : les élus du RN brandissent des pancartes en conseil régional de Bourgogne Franche-Comté

En soutien au collectif Némésis dont l’une des militantes avait brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors” lors du Carnaval de Besançon le 7 avril, chacun des élus du Rassemblement national au ont, à leur tout, affiché cette même pancarte lors de l’assemblée plénière au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté ce jeudi 11 avril.

À Besançon et Cussey-sur-l’Ognon, bientôt la création d’une zone agricole protégée : pourquoi ?

Jeudi 11 avril 2024, le projet de création d’une zone agricole protégée (Zap) à Besançon et Cussey-sur-l’Ognon sera soumis au vote des élus de Grand Besançon Métropole. Quels sont les objectifs ? Quel avenir pour ces zones ? François Presse, conseillère communautaire à Grand Besançon Métropole déléguée à l'Agriculture, nous explique.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Pancartes anti-migrants à Besançon : le collectif Némésis soutenu par le Rassemblement national et Reconquête

Une militante d'un collectif "féministe identitaire" soupçonnée d'avoir brandi des pancartes anti-migrants dimanche 7 avril 2024 pendant le carnaval de Besançon a été placée en garde à vue mardi 9 avril pendant plusieurs heures, selon le procureur.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.67
nuageux
le 12/04 à 18h00
Vent
1.13 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
57 %