La zone touristique internationale de Dijon annulée par la justice

Publié le 26/04/2018 - 16:32
Mis à jour le 16/04/2019 - 16:31

La justice a annulé un arrêté ministériel du 25  juillet 2016 créant la zone touristique internationale (ZTI) de Dijon, après  l'annulation de plusieurs arrêtés similaires à Paris, contestés dans le cadre  de l'extension des ouvertures dominicales, a annoncé jeudi la mairie de Dijon.

PUBLICITÉ

« Suite aux recours déposés par FO Côte d’Or, Solidaire 21 et l’appui de la  CGT, le tribunal administratif de Paris, compétent en la matière, a décidé d’annuler l’arrêté ministériel du 25 juillet 2016 créant la ZTI de Dijon », a indiqué la ville de Dijon dans un communiqué.

Les ZTI, créées par la loi Macron d’août 2015, sont des zones où les magasins peuvent ouvrir le dimanche et en soirée jusqu’à minuit, sous réserve de la conclusion d’un accord (volontariat, rémunération, aide à la garde d’enfants).

Au nombre de 21 en France, dont douze à Paris, elles sont définies comme des zones « de rayonnement international« , avec une « affluence exceptionnelle de touristes » étrangers, ces derniers étant à l’origine d’un « flux important d’achats ».

La ville de Dijon souhaite faire appel

La ville de Dijon a d’ores et déjà annoncé son intention de faire appel de la décision, rendue le 19 avril et censée s’appliquer dans un délai de quatre  mois à compter de la notification du jugement.

« Le terme +international+ est contesté sur le plan administratif » mais « cela ne change rien à notre vocation », estime la mairie. « Indéniablement,  Dijon est une zone touristique avec plus de trois millions de visiteurs ».

« Il n’y aura pas de retour en arrière sur les ouvertures dominicales car c’est la demande des touristes présents et souhaitant venir à Dijon, c’est la volonté de nombreux commerçants du centre-ville », ajoute la collectivité.

Le tribunal administratif de Paris avait également annulé, le 19 avril, deux arrêtés de 2015 créant les zones touristiques internationales « Saint-Emilion-Bibliothèque« , dans les XIIe-XIIIe arrondissements de la capitale, et « Maillot-Ternes » dans le XVIIe arrondissement. En février, la même juridiction avait annulé un arrêté de 2015 créant la  zone touristique internationale « Olympiades », dans le XIIIe arrondissement.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.94
couvert
le 24/05 à 3h00
Vent
0.83 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %

Sondage