L’animatrice Carinne Teyssandier, condamnée à six mois de prison avec sursis

Publié le 20/09/2016 - 11:43
Mis à jour le 20/09/2016 - 11:47

Connue pour sa chronique culinaire Un food truck à la clé diffusée dans l'émission Télématin sur France 2, et pour son émission Côté Cuisine sur France 3 Bourgogne Franche-Comté en 2000, Carinne Teyssandier et son mari ont été condamnés ce lundi 19 septembre à six mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende chacun pour "emploi d'étranger sans titre de travail", "travail dissimulé par dissimulation de salarié" et "aide au séjour irrégulier d'un étranger en France".

PUBLICITÉ

Le verdict a été rendu au tribunal de grande instance de Créteil dans le Val-de-Marne alors que l’animatrice télé plaidait coupable dans l’affaire qui l’opposait à son ancienne gouvernante Joanne Dimba.

L’histoire remonte à la fin de l’année 2014. Le couple publie alors une annonce dans un journal de l’île Maurice. Carinne Teyssandier et son mari recrutent la Mauricienne et dissimulent son travail entre janvier et août 2015, date à laquelle l’employée est renvoyée. Joanne Dimba est ainsi chargée de s’occuper du bébé du couple, de faire les courses ainsi que le ménage pour seulement 700 euros par mois payés en liquide alors qu’elle était officiellement engagée comme « assistante opérationnelle » pour un salaire initial de 1300 euros.

Un contrat que la gouvernante de 38 ans « avait signé sans réfléchir », rapporte Le Parisien. « Elle m’a dit qu’elle s’occupait des démarches administratives. Je pensais qu’elle demanderait un visa de travail. En fait, c’était un visa touristique » confie Joanne Dimba. Dans ces conditions, elle n’avait donc pas le droit de travailler.

« Personnellement, c’est dur »

Poursuivie pour « emploi d’étranger sans titre de travail », « travail dissimulé par dissimulation de salarié » et « aide au séjour irrégulier d’un étranger en France », la chroniqueuse a décidé de plaider coupable « pour que le cauchemar se termine » toujours selon Le Parisien.

Et si l’avocate de la plaignante, Anne-Constance Coll, assure qu’il s’agit d’un « dossier d’esclavagisme moderne » selon l’AFP, le parquet n’a pas retenu d’infraction reflétant la soumission à des conditions de travail ou d’hébergement indignes. Joanne Dimba aurait même bénéficié de cadeaux de la part du couple comme un ordinateur ou une guitare.

Le plus éprouvant pour Carinne Teyssandier reste la médiatisation de cette affaire. Dans une interview accordée au Parisien lundi, la chroniqueuse déplore: « Qu’on dise que j’exploite les gens avant même le verdict, vous imaginez les dégâts que ça peut faire? Ça a été un raz-de-marée pour moi et mes proches. C’est la première fois que je me retrouve devant la justice. Personnellement, c’est dur. » Elle ajoute que Joanne Dimba était traitée « comme une membre de la famille » et qu’elle lui avait proposé de faire régulariser sa situation ou de lui payer un billet retour mais la gouvernante avait refusé.

Le cauchemar est cependant loin d’être terminé pour Carinne Teyssandier et sa famille. Selon l’AFP, la Mauricienne compte réclamer des indemnisations financières « d’environ 40.000 euros » devant les prud’hommes. L’audience civile doit avoir lieu le 26 septembre.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 4.68
ciel dégagé
le 22/05 à 21h00
Vent
1.89 m/s
Pression
1021.17 hPa
Humidité
88 %

Sondage