Le Bisontin Abdelhamid Hakkar relaxé dans une affaire de carte d'identité

Publié le 16/03/2012 - 13:49
Mis à jour le 16/03/2012 - 16:22

Abdelhamid Hakkar, incarcéré depuis 27 ans pour le meurtre d'un policier qu'il a toujours nié, a été relaxé vendredi par le tribunal correctionnel de Colmar dans une complexe affaire de carte d'identité frauduleuse, quatre jours avant sa remise en liberté de la centrale d'Ensisheim près de Mulhouse.

a_hakkarhakkar.jpg
Abelhamid Hakkar en prison@dr
PUBLICITÉ

Abdelhamid Hakkar, 56 ans, était poursuivi pour avoir obtenu frauduleusement une carte d’identité française, un motif apparemment futile mais qui avait toutefois bloqué une de ses demandes de libération conditionnelle en 2010.


« Je me demande ce qu’on fait là, c’est totalement incongru mais tout ce qui concerne Abdelhamid Hakkar au plan judiciaire est complètement hors norme », a souligné son avocate, Me Marie-Alix Canu-Bernard.

La présidente du tribunal et la procureure n’ont pas fait durer le suspense en affirmant dès l’entame des débats qu’elles iraient dans le sens d’une relaxe de M. Hakkar, mais l’avocate du prévenu a malgré tout fait citer deux témoins et a plaidé durant de longues minutes.

« On me refixe cette audience juste avant sa libération conditionnelle, cela m’a rendue perplexe et j’avais quelques inquiétudes », a noté Me Canu-Bernard. Son client, petit homme à moustache qui a longuement étudié le droit durant sa détention, a également pris la parole et montré qu’il était particulièrement au point sur les questions juridiques.

Sans surprise il a été relaxé car l’intention frauduleuse dans sa demande de carte d’identité n’a pu être prouvée. Ce document administratif lui est indispensable pour pouvoir travailler durant sa liberté conditionnelle.
Abdelhamid Hakkar doit sortir de prison mardi. Il sera placé sous bracelet électronique au sein de sa famille à Besançon et travaillera dans une association de réinsertion de détenus.

Il a été condamné à trois reprises à la perpétuité pour le meurtre d’un policier à Auxerre en 1984. Hakkar, qui faisait partie des « 10 de Clairvaux » ayant demandé le rétablissement de la peine de mort en 2006, avait notamment obtenu de la Cour européenne des droits de l’Homme d’être rejugé après une procès où ni lui ni son avocat n’étaientprésents. Durant sa détention, il a notamment été transféré à 45 fois et a passé 12 ans à l’isolement. Il a également été condamné pour quatre tentatives d’évasion.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS – Affaire Narumi : les détails de l’enquête dévoilés…

VIDEOS • Les investigations concernant l'assassinat fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, dont le corps n'a jamais été retrouvé, sont terminées et la France demande l'extradition du suspect chilien Nicolas Zepeda Contreras, a indiqué jeudi 10 octobre 2019 le procureur de Besançon Etienne Manteaux, qui dévoile les détails de l'enquête (voir vidéos ci-dessous).

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

La préfecture du Doubs demande l’arrêt complet de l’exploitation de la carrière de Semondans

Après le jugement du tribunal administratif de Besançon d'annulation de dérogation "espèces protégées" de la carrière de Semondans, la préfecture du Doubs met en demeure la SAS Maillard de régulariser sa situation administrative en cessant l'activité irrégulière ou déposant un dossier de demande d'autorisation environnementale. En attendant, le fonctionnement de la carrière est suspendu.

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Affaire Narumi : la France s’apprête à demander l’extradition du suspect chilien

Le parquet de Besançon a finalisé une demande d'extradition du Chilien Nicolas Zepeda Contreras, principal suspect dans la disparition fin 2016 à Besançon de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, qui sera transmise aux autorités chiliennes dans les prochains jours, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Haute-Saône : un aide-soignant soupçonné d’agressions sexuelles sur 13 personnes en Ehpad

Un aide-soignant, écroué en juin pour agressions sexuelles et harcèlement sexuel sur quatre personnes dans un Ehpad de Haute-Saône, est suspecté d'avoir commis des faits similaires sur neuf autres victimes dans plusieurs établissements de la région, a indiqué ce jeudi 3 octobre 2019 le parquet.

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon refuse le prénom « Jihad »

Le tribunal de Dijon a annulé vendredi le prénom "Jihad" donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une "acception péjorative", a-t-on appris vendredi 27 septembre 2019 auprès du parquet.

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

Anesthésiste de Besançon : le docteur Péchier reste en liberté

La Cour de cassation a rejeté ce mercredi 18 septembre 2019 le pourvoi formé par le parquet général contre le maintien en liberté du Dr Frédéric Péchier, anesthésiste de Besançon soupçonné de dizaines d'empoisonnements, qui reste donc libre, a-t-on appris de source proche du dossier et auprès de son avocat.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.45
légère pluie
le 21/10 à 3h00
Vent
2.96 m/s
Pression
1013.94 hPa
Humidité
96 %

Sondage