Alerte Témoin

Le bois énergie connaît un important développement dans le Grand-Est de la France

Publié le 03/10/2014 - 11:30
Mis à jour le 03/10/2014 - 17:51

Le développement très rapide du bois-énergie soulève aujourd’hui un certain nombre d’interrogations sur la capacité de la filière forêt-bois à satisfaire cette demande sans créer de tensions sur la ressource. Même si la forêt n’est pas en danger (car protégée par un code forestier et en grande partie certifiée PEFC, gage de gestion durable), des filières bois régionales de Franche-Comté, Bourgogne, Lorraine, Alsace et Picardie tentent de mettre en place des politiques ambitieuses pour soutenir  la mobilisation du bois et la régénération des forêts...

foret.jpg
foret.jpg
Dans ce contexte, six interprofessions régionales (Adib en Franche-Comté, Aprovalbois en Bourgogne, Fibois Alsace, Gipeblor en Lorraine, Nord Picardie Bois, Valeur Bois en Champagne-Ardenne) de la filière forêt-bois du Grand Nord  Est (carte ci-dessous) ont mis en place un suivi de l’évolution du bois énergie. Leur objectif est de mieux connaitre les marchés, leurs évolutions et les problèmes rencontrés par les différents acteurs de la filière.

Localisation et principales caractéristiques de la zone d’étude

La zone d’étude concerne près de 4 millions d’hectares de forêts, soit environ 24 % de la surface forestière nationale et  compte 10 millions d’habitants, soit autant de consommateurs potentiels de bois énergie. Globalement, on peut noter que la récolte forestière est restée stable sur tout le Grand Nord Est entre 2008 et 2012. Parallèlement à cela, la part de bois commercialisée par les professionnels à destination de l’énergie dans la récolte totale a augmenté dans toutes les régions.

Le bois bûche : le combustible bois le plus consommé 

Environ 6 millions de tonnes sont consommées dans le Grand Nord Est quasiment exclusivement par les particuliers et ce chiffre devrait rester stable d’ici 2020. Les filières d’approvisionnement sont locales mais souvent difficiles à appréhender car une part non négligeable (de l’ordre de ¾) ne passe pas par des circuits professionnels.

Doublement des consommations de bois dans les chaufferies automatiques

Le Grand Nord Est a vu un fort développement des chaufferies automatiques avec un doublement des consommations en 4 ans, dépassant les 2 millions de tonnes par an en 2012. Le bois déchiqueté (plaquettes forestières, connexes, broyats de bois en fin de vie…) constitue le premier combustible de ces installations.

Evolution rapide du marché de la plaquette forestière

Le marché des plaquettes forestières est celui ayant évolué le plus rapidement depuis 2008. En effet, les volumes commercialisés ont été multipliés par 3 en quatre ans, avec plus de 722 000 tonnes commercialisées en 2012. Les entreprises du Grand Nord Est répondent à une demande locale qui se développe, en lien avec l’augmentation du nombre de chaufferies automatiques.

Davantage de connexes de première transformation à destination du bois-énergie

De manière générale, la quantité de produits connexes issus de la 1ère transformation du bois (plaquettes, sciures, écorces…) a baissé dans toutes les régions du Grand Nord Est entre 2008 et 2012, de par une activité globalement plus faible des scieries. Par conséquent la quantité de connexes valorisés sous forme de bois énergie a aussi diminué en volume, mais a augmenté en proportion.

Doublement de la production de granulés entre 2008 et 2012

La production de granulés de bois par les entreprises du Grand Nord Est a été multipliée par 2 entre 2008 et 2012 et atteint117 000 tonnes fin 2012. Celle-ci pourrait s’élever à 450 000 Tonnes/an d’ici 2015 et peut-être dépasser le million de tonnes d’ici 2020. En effet, la demande des particuliers se porte de plus en plus vers le chauffage aux granulés bois et les ventes de poêles et de chaudières à granulés ont fortement progressé pendant cette période.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Le télétravail pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

En se basant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail ponctuel, les déplacements en France se trouveraient réduits de 2,4% (soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine), a calculé l'Ademe. En se basant sur un potentiel de 35% des actifs en télétravail ponctuel, les déplacements en France se trouveraient réduits de 2,4% (soit 3,3 millions de déplacements évités par semaine), a calculé l'Ademe. Anchiy / IStock.com

Pensions agricoles : vers une revalorisation en 2022, les conjointes « oubliées », déplore la FNSEA

Un volet de la réforme des retraites revient par la fenêtre: l'Assemblée nationale a validé jeudi une proposition communiste afin de revaloriser les retraites des agriculteurs de 75 à 85% du Smic, mais seulement en 2022, au grand dam des oppositions. La FNSEA a déploré jeudi l'"oubli" des conjointes. Le  texte doit s'appliquer aux retraités futurs, et également actuels, ce que ne prévoyait pas le projet de l'exécutif.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     14.89
    peu nuageux
    le 09/07 à 0h00
    Vent
    1.1 m/s
    Pression
    1019 hPa
    Humidité
    96 %

    Sondage