Le CHU de Besançon sensibilise sur les tumeurs neuroendocrines, à l'occasion d'une journée mondiale

Publié le 09/11/2022 - 14:43
Mis à jour le 09/11/2022 - 12:40

Les tumeurs neuroendocrines sont un groupe de tumeurs rares qui se développent dans les cellules du système neuroendocrinien, présentes dans les organes du corps humain. Le poumon, le pancréas et l’intestin grêle sont les organes les plus fréquemment touchés par une TNE. En Franche-Comté, on estime autour de 80 le nombre de nouveaux patients atteints de TNE chaque année.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"La journée mondiale du 10 novembre est l’occasion de sensibiliser le grand public et les professionnels de santé à ces tumeurs rares et méconnues, dont le diagnostic est complexe" explique le CHU de Besançon. "Lorsqu’une tumeur neuroendocrine est sous-jacente et indolente, elle est généralement découverte de manière fortuite au détour d’un examen et dans ce cas, la tumeur est souvent déjà avancée."

Dans les autres cas, le CHU explique que la maladie va secréter des hormones entrainant des symptômes qui vont constituer un point d’alerte : fortes diarrhées, rougeurs du visage ou encore douleurs abdominales. Toutefois, ces symptômes ne sont pas "propres" aux TNE et peuvent être associés à d’autres maladies, ce qui rend le diagnostic difficile. 

Après l’apparition des premiers symptômes, plusieurs années peuvent s’écouler avant que le diagnostic d’une TNE ne soit posé. "C’est pourquoi, il est important de faire connaitre l’existence de ces pathologies rares et trop méconnues, afin de les déceler le plus précocement possible et éviter ainsi une errance diagnostique" poursuit le CHU.

Les tumeurs neuroendocrines concernent autant les hommes que les femmes et toutes les tranches d’âge du sujet adulte.

Une prise en charge pluridisciplinaire au CHU

Comme pour les autres cancers, la prise en charge des tumeurs neuroendocrines est pluridisciplinaire avec des médecins spécialisés et référents des TNE, réunissant plusieurs disciplines : oncologie médicale, gastro-entérologie, endocrinologie, chirurgie digestive et médecine nucléaire. Les cas des patients sont discutés au sein d’un réseau de tumeurs rares existant dans chaque région.

En fonction du grade de la maladie, différents types de traitements peuvent être proposés au patient : intervention chirurgicale, traitement par des injections d’analogue synthétique permettant d’inhiber la sécrétion d’hormones, traitement oral de thérapie ciblée, traitement par chimiothérapie, radiologie interventionnelle (chimio-embolisation), et plus récemment la radiothérapie interne vectorisée.

Un traitement innovant : la radiothérapie interne vectorisée

Depuis 2019, le CHU de Besançon propose "un nouveau traitement innovant réalisé en médecine nucléaire qui permet le ciblage spécifique de la cellule tumorale" : la radiothérapie interne vectorisée.

Combiné à un traitement par analogue (qui sert de vecteur et va aussi bloquer la maladie), le produit radioactif (radionucléide) va ainsi être acheminé spécifiquement dans la cellule tumorale neuroendocrine afin de la détruire.

"Les résultats sont très encourageants avec une stabilisation de la maladie chez la plupart des patients traités, voire une régression chez 18 % des patients." - CHU de Besançon

Depuis sa mise en place, 23 patients suivis au CHU ont pu bénéficier de ce traitement.

Une journée régionale le 25 novembre pour les patients

L’association des patients porteurs de tumeurs endocrines diverses (APTED) organise une réunion d’information le vendredi 25 novembre de 9h à 17 h à Dijon, à destination des patients porteurs de tumeurs neuroendocrines et leurs proches, et des professionnels de santé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Feux de cheminées et intoxications au monoxyde de carbone : le Sdis appelle à la prudence

Le froid s’installe doucement dans le Doubs et les chauffages sont rallumés. Qu’il s’agisse d’une cheminée ou d’une chaudière, un mauvais entretien peut avoir de graves conséquences humaines et matérielles, pourtant évitables, dont les sapeurs-pompiers du Doubs sont régulièrement témoins.

Covid-19 : le radiologue et sénateur de Côte-d’Or Alain Houpert fait appel de sa suspension après avoir

Le radiologue Alain Houpert, également sénateur LR de Côte-d'Or, a annoncé lundi 5 décembre 2022 faire appel de sa suspension par l'Ordre des médecins, pour "fautes déontologiques", après avoir notamment défendu un traitement à base de miel, de vitamine D et d'hydroxychloroquine contre le Covid-19.

Cadeau #2 : la spiruline des Bassins fermiers

Du 1er au 24 décembre, maCommune.info vous propose une idée cadeau par jour pour Noël ! Pour vous aider à faire votre choix, nous sommes allés à la rencontre des commerçants bisontins. En ce vendredi 2 décembre, nous vous recommandons de faire le plein d’énergie à l’approche de l’hivers grâce aux Bassins Fermiers de Fontain. 

La Sophrologie comme rempart à l’ambiance anxiogène actuelle

Cette semaine, Maud Huot-Marchand, sophrologue bisontine et nouvelle contributrice pour maCommune.info, fait un tour d'horizon des bienfaits de la sophrologie en cette période qui peut être difficile pour certain(e)s dans un climat de guerre, d'inflation, avec le Covid, mais aussi les fêtes de fin d'année. Elle livre ses conseils pour bien respirer... et surtout y penser !

À Besançon, les Boucles Roses font don de 10.846€ à la Ligue contre le cancer

Le dimanche 2 octobre dernier, une marée rose de plus de 2.500 personne a envahi le Fort de Bregille de Besançon pour la bonne cause. À l'occasion du mois d'Octobre Rose, l'événement Trail et Rando des Boucles Roses s'est tenu avec au programme quatre parcours de 2, 6, 10 et 15 km, ce qui a permis de toucher un public de 0 à 99 ans.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 -1.15
nuageux
le 08/12 à 21h00
Vent
1.71 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
94 %