Le CHU de Besançon sensibilise sur les tumeurs neuroendocrines, à l'occasion d'une journée mondiale

Publié le 09/11/2022 - 14:43
Mis à jour le 09/11/2022 - 12:40

Les tumeurs neuroendocrines sont un groupe de tumeurs rares qui se développent dans les cellules du système neuroendocrinien, présentes dans les organes du corps humain. Le poumon, le pancréas et l’intestin grêle sont les organes les plus fréquemment touchés par une TNE. En Franche-Comté, on estime autour de 80 le nombre de nouveaux patients atteints de TNE chaque année.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

"La journée mondiale du 10 novembre est l’occasion de sensibiliser le grand public et les professionnels de santé à ces tumeurs rares et méconnues, dont le diagnostic est complexe" explique le CHU de Besançon. "Lorsqu’une tumeur neuroendocrine est sous-jacente et indolente, elle est généralement découverte de manière fortuite au détour d’un examen et dans ce cas, la tumeur est souvent déjà avancée."

Dans les autres cas, le CHU explique que la maladie va secréter des hormones entrainant des symptômes qui vont constituer un point d’alerte : fortes diarrhées, rougeurs du visage ou encore douleurs abdominales. Toutefois, ces symptômes ne sont pas "propres" aux TNE et peuvent être associés à d’autres maladies, ce qui rend le diagnostic difficile. 

Après l’apparition des premiers symptômes, plusieurs années peuvent s’écouler avant que le diagnostic d’une TNE ne soit posé. "C’est pourquoi, il est important de faire connaitre l’existence de ces pathologies rares et trop méconnues, afin de les déceler le plus précocement possible et éviter ainsi une errance diagnostique" poursuit le CHU.

Les tumeurs neuroendocrines concernent autant les hommes que les femmes et toutes les tranches d’âge du sujet adulte.

Une prise en charge pluridisciplinaire au CHU

Comme pour les autres cancers, la prise en charge des tumeurs neuroendocrines est pluridisciplinaire avec des médecins spécialisés et référents des TNE, réunissant plusieurs disciplines : oncologie médicale, gastro-entérologie, endocrinologie, chirurgie digestive et médecine nucléaire. Les cas des patients sont discutés au sein d’un réseau de tumeurs rares existant dans chaque région.

En fonction du grade de la maladie, différents types de traitements peuvent être proposés au patient : intervention chirurgicale, traitement par des injections d’analogue synthétique permettant d’inhiber la sécrétion d’hormones, traitement oral de thérapie ciblée, traitement par chimiothérapie, radiologie interventionnelle (chimio-embolisation), et plus récemment la radiothérapie interne vectorisée.

Un traitement innovant : la radiothérapie interne vectorisée

Depuis 2019, le CHU de Besançon propose "un nouveau traitement innovant réalisé en médecine nucléaire qui permet le ciblage spécifique de la cellule tumorale" : la radiothérapie interne vectorisée.

Combiné à un traitement par analogue (qui sert de vecteur et va aussi bloquer la maladie), le produit radioactif (radionucléide) va ainsi être acheminé spécifiquement dans la cellule tumorale neuroendocrine afin de la détruire.

"Les résultats sont très encourageants avec une stabilisation de la maladie chez la plupart des patients traités, voire une régression chez 18 % des patients." - CHU de Besançon

Depuis sa mise en place, 23 patients suivis au CHU ont pu bénéficier de ce traitement.

Une journée régionale le 25 novembre pour les patients

L’association des patients porteurs de tumeurs endocrines diverses (APTED) organise une réunion d’information le vendredi 25 novembre de 9h à 17 h à Dijon, à destination des patients porteurs de tumeurs neuroendocrines et leurs proches, et des professionnels de santé.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Salon Bio&Co à Besançon : des voies s’élèvent face à des pratiques ”douteuses voire dangereuses”

Dans un communiqué du 25 mars 2024, le collectif ”à gauche citoyen !” souhaite mettre en garde la population contre la tenue du salon Bio&Co en avril prochain à Besançon. Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV Franche-Comté, dénonce également plusieurs pratiques. Pourquoi ?

Les étudiants en santé de l’Université de Franche-Comté soignent les nounours depuis 20 ans

L'Hôpital des Nounours accueille chaque année des enfants de moyenne et de grande section de maternelle, afin de leur faire découvrir le monde hospitalier et lutter contre l'effet blouse blanche et les craintes qui l’accompagnent. Cette année, cette action, fondée par l’ANEMF, est organisée par les étudiants en santé de l’université de Franche-Comté et fête ses 20 ans.

La Mutualité française Bourgogne-Franche-Comté rejoint le réseau ”Mon Espace Santé”

La Mutualité française Bourgogne-Franche-Comté rejoint le réseau régional "Mon Espace Santé" pour promouvoir le développement de solutions numériques en faveur d’un meilleur accès aux soins et d’une simplification de la prise en charge médicale pour tous, selon un communiqué de mardi 19 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.39
nuageux
le 14/04 à 9h00
Vent
1.92 m/s
Pression
1024 hPa
Humidité
82 %