Le département du Doubs placé au niveau "crise" sécheresse

Publié le 29/07/2022 - 14:44
Mis à jour le 29/07/2022 - 15:00

Le déficit de précipitations enregistré ces dernières semaines se poursuit dans le département du Doubs. Météo France indique que le mois de juillet 2022 est le mois le plus sec connu depuis 1958. La préfecture du Doubs a décidé de renforcer les mesures de restriction de la Haute Chaîne en la plaçant au niveau "crise" sécheresse, -a-t-on appris ce vendredi 23 juillet. 

Cette situation sans précédent, aggravée par un épisode caniculaire mi-juillet, dessèchent les sols et dégrade les débits des rivières et le niveau des nappes, qui continuent de baisser. Plusieurs communes sont déjà en tension forte pour l’alimentation en eau potable, et quelques-unes sont alimentées par des camions-citernes.  Les prévisions météorologiques des prochains jours restent au beau fixe. 

Au niveau du bassin Rhône-Méditerranée qui compte 27 départements, l’ensemble des préfets de département ont été amenés à prendre des mesures de restriction. Sept d’entre eux ont déjà placés des sous-bassins en CRISE sécheresse, qui correspond au niveau de gravité le plus fort. Au niveau régional, d’autres départements connaissent également une situation préoccupante comme le Jura. 

Le niveau "crise" sécheresse dans le Doubs

En conséquence, la préfecture du Doubs a décidé de renforcer les mesures de restriction de la Haute Chaîne en la plaçant au niveau "crise" sécheresse. 

Ce classement en CRISE entraîne la mise en application de mesures de restriction de l’usage de l’eau plus contraignantes, telles que prévues par l’arrêté cadre "sécheresse" départemental du Doubs signés le 28 avril 2022. Ces mesures de restriction visent toutes les catégories d’usagers : entreprises, agriculteurs, collectivités, particulier, et sont détaillées sur le site www.doubs.gouv.fr/.

Il peut notamment être cité : 

  • l’interdiction de lavage des véhicules, y compris en station de lavage professionnelle,
    sauf impératif sanitaire ;
  • l’interdiction d’arroser les massifs fleuris, plantations en contenant, pelouses ;
  • l’interdiction d’arroser les stades enherbés ;
  • l’interdiction d’arroser les espaces verts ;
  • l’interdiction de remplir ou vidanger les piscines privées...

Contravention en cas de non-respect des mesures

Des opérations de contrôles sont réalisés par les services de police, la gendarmerie, l'Office français de la biodiversité (OFB), la direction départementale des territoires du Doubs (DDT) et l'unité départementale de la Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (UD DREAL) afin de s’assurer de la bonne application des restrictions sur l’ensemble du département. Si jusqu’à présent ces contrôles avaient un objectif pédagogique, ils vont maintenant pouvoir amener à des contraventions.

Par ailleurs, les maires peuvent prendre par arrêté municipal des mesures de restriction plus contraignantes et adaptées à la situation locale, en fonction de l’état des ressources en eau du territoire communal, sur le fondement de la salubrité et de la sécurité.

Vers une limitation des usages de l'eau

"L’évolution de la situation est suivie avec attention", souligne la préfecture du Doubs. "En cas d’aggravation de la situation dans le reste du département, et conformément aux arrêtés cadre en vigueur, de nouvelles mesures de restriction et de limitation des usages de l’eau pourraient être engagées rapidement."

Une plaquette de communication, rappelant les principales mesures de restriction et à destination des particuliers, est disponible. La population peut également consulter le site internet Propluvia pour accéder aux niveaux de restriction en vigueur.

Le préfet du Doubs fait appel "à la vigilance et au civisme de chacun pour mettre en application ces mesures et réduire sa consommation d’eau."

© Préfecture du Doubs

Infos +

Quels sont les quatre niveaux d’alerte ?

  1. Vigilance
  2. Alerte
  3. Alerte renforcée
  4. Crise
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.39
légère pluie
le 20/04 à 0h00
Vent
1.66 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
93 %