Mars Bleu : le dépistage du cancer colorectal en 3 vidéos de l'Institut national du cancer

Publié le 18/02/2021 - 14:23
Mis à jour le 18/03/2021 - 14:57

Jusqu'au 31 mars 2021, dans le cadre de l'opération Mars Bleu, les populations de plus de 50 ans, hommes et femmes, sont appelées à se faire dépister du cancer du côlon-rectum, soit le deuxième cancer le plus meurtrier en France. L'institut national du cancer a publié 3 vidéos pour démystifier ce dépistage.

 © Institut national du cancer
© Institut national du cancer

Le cancer colorectal, aussi appelé cancer de l’intestin ou cancer du côlon-rectum, est l’un des plus fréquents en France. Il touche plus de 43 000 hommes et femmes par an, généralement de plus de 50 ans. Avec 17.000 décès annuels, c’est le deuxième cancer le plus meurtrier.

"Pourtant, il existe un test de dépistage simple et efficace à faire chez soi", indique l'Institut national du cancer, "et grâce au dépistage, le cancer colorectal peut être guéri dans 9 cas sur 10."

 Trois vidéos pour s'informer, comprendre et se faire dépister

Pour informer le grand public sur les bénéfices de ce dépistage, l'Institut national du cancer a réalisé trois vidéos pédagogiques et informatives.

Cancer colorectal : pourquoi se faire dépister ?

Dépistage du cancer colorectal : qui est concerné ?


Mode d’emploi du test de dépistage du cancer colorectal

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

La troisième vague « n’est pas derrière nous », la situation se dégrade en Franche-Comté

La troisième vague de l'épidémie de Covid-19 "n'est pas derrière nous" et le "pic des hospitalisations n'est pas atteint" malgré des "signaux encourageants", a rapporté mercredi  Gabriel Attal. Le porte parole du gouvernement parle d'une  "évolution qui paraît plus dégradée" dans les départements de l'Est de la région : Haute-Saône,  Doubs,  Territoire de Belfort et Jura.

Variant brésilien : quelle est la situation en Bourgogne-Franche-Comté ?

Comprendre • La présence des variants Sud-Africain et Brésilien n'explose pas en Bourgogne-Franche-Comté et serait même en diminution depuis un mois avec d'importantes disparités selon les départements. C'est dans le Doubs que l'on dénombre le plus de cas (7,2%) devant la Haute-Saône et la Saône-et-Loire. Rien à voir toutefois avec la Moselle fin février où le variant brésilien était responsable de la moitié des cas de contamination. On vous dit tout ce que l'on sait sur ce variant.

Covid-19 : les hôpitaux de Bourgogne Franche-Comté déclenchent l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités

La troisième vague de l’épidémie qui touche la Bourgogne-Franche-Comté entraîne un afflux de patients nécessitant une hospitalisation. A la veille des congés de printemps, l’ARS appelle chaque habitant de la région à maintenir encore son effort, pour permettre au système de soins de faire face.

Covid-19 : la situation sanitaire se dégrade en Bourgogne Franche-Comté

Derniers chiffres • En Bourgogne-Franche-Comté, le taux d'incidence continue de grimper avec 341  cas pour 100.000 habitants  (contre 310 la semaine dernière) et 77 hospitalisations de plus en une semaine pour formes sévères de la Covid-19 (+34 pour les personnes présentes en réanimation). Une quinzaine de patients meurt chaque jour de la Covid-19 dans la région.    
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 8.97
nuageux
le 15/04 à 15h00
Vent
4.89 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
35 %

Sondage