Le militaire tué en Afghanistan originaire de Haute-Saône

Publié le 07/09/2011 - 21:52
Mis à jour le 07/09/2011 - 21:52

Le lieutenant-parachutiste de 36 ans tué en Afghanistan est originaire de Pennesières en Haute-Saône, village situé dans le canton de Rioz. Il est le 75ème soldat français à mourir dans ce pays.

photo_macommune_1315426078_0.JPG
Valéry Tholy ©sirpa
PUBLICITÉ

Valéry Tholy faisait partie du 17e régiment du génie parachutiste de Montauban. Père de trois enfants, il était très connu dans son village natal où vivent ses grands-parents et sa mère.

Le militaire français était en mission d’appui à l’armée nationale afghane lorsqu’il a été touché par un tir d’insurgé, a précisé l’Elysée.

Mi-août, deux soldats avaient trouvé la mort : un lieutenant du 152e Régiment d’Infanterie de Colmar et un caporal-chef du 19e Régiment de génie de Besançon. Lors de la seule semaine du 14 juillet, sept soldats français avaient trouvé la mort dans ce pays dont cinq dans un attentat-suicide, ce qui avait donné lieu à un hommage national aux Invalides présidé par Nicolas Sarkozy le mardi 19 juillet.

Quelque 130.000 soldats étrangers sont actuellement déployés au sein de la coalition internationale en Afghanistan sous commandement de l’Otan. Les deux tiers sont américains, et il y a 4000 Français.

La biographie de Valéry Tholy

« Né le 3 novembre 1975 à Dijon, Valéry Tholy s’est engagé à l’Ecole nationale des sous-officiers d’active en septembre 1997.

Très motivé par le métier des armes, il suit avec enthousiasme sa formation initiale de sous-officier et se voit nommé au grade de sergent le 1er mars 1998. Ayant choisi de servir l’arme du génie, il rejoint le 30 mars 1998, l’Ecole supérieure et d’application du génie (ESAG) à Angers. Le 14 décembre 1998, il est affecté au 31e Régiment du génie à Castelsarrasin en qualité de chef de groupe de combat. Exigeant envers lui-même, toujours calme, il est promu sergent-chef le 1er juillet 2003.

Homme de terrain, tourné vers l’action, il rejoint le Centre national d’entraînement commando à Mont-Louis le 1er août 2005 pour occuper les fonctions d’instructeur des techniques commandos. Ses belles qualités humaines et son sens de l’équité lui permettent de s’attacher l’estime immédiate des stagiaires qu’il instruit. Durant cette affectation, il prépare avec rigueur et sérieux le concours d’officier d’active des écoles d’armes qu’il réussit brillamment en 2007.

Promu au grade d’adjudant le 1er août 2007 et nommé aspirant un mois plus tard, il rejoint une nouvelle fois l’ESAG le 3 septembre.

A l’issue de sa formation initiale d’officier d’active, major de sa promotion, il rejoint le 17e Régiment du génie parachutiste à Montauban le 1er août 2008 avec le grade de sous-lieutenant. Après avoir suivi la formation d’équipier commando parachutiste, il est promu au grade de lieutenant le 1er août 2009, et se distingue d’emblée comme un excellent chef du Groupe de commandos parachutistes (GCP) régimentaire. Officier solide et déterminé, soldat particulièrement aguerri et expérimenté, possédant un sens tactique développé, il commande avec charisme et justesse une équipe soudée et extrêmement performante.

Durant ses 13 années de service, le lieutenant Tholy sert successivement en ex-Yougoslavie en 2000, en République de Côte d’Ivoire en 2003, à Djibouti et en République centre-africaine en 2010.

Décoré de la croix de la valeur militaire avec étoile d’argent, de la croix du combattant, de la médaille d’outre-mer avec agrafes « République de Côte d’Ivoire » et « République centre-africaine », de la médaille d’argent de la Défense nationale avec agrafes « génie » et « mission d’assistance extérieure », du titre de reconnaissance de la Nation, de la médaille commémorative française avec agrafe « ex-Yougoslavie » ainsi que de la médaille OTAN « Kosovo », chevalier de l’ordre du Mérite ivoirien, le lieutenant Valéry Tholy est mort au combat au service de la France ».

(source: sirpa)
 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Color Life à Besançon : fin des inscriptions ce dimanche

Color Life à Besançon : fin des inscriptions ce dimanche

Créée et organisée depuis 2014 par les étudiants de l’école de commerce Imea et le Comité du Doubs (Besançon) de la Ligue contre le cancer, la Color Life est devenue un événement incontournable dans la vie bisontine. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au dimanche 19 mai 2019 pour participer à la prochaine édition du 26 mai !

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Des médecins de Besançon pour la fin du fichage des gilets jaunes blessés

Plus de cent médecins de France ont appelé ce mercredi 8 mai 2019 à l’arrêt des fichages des gilets jaunes aux urgences. Dont Thinès Laurent, neurochirurgien et professeur à Besançon, et Philippe Humbert, dermatologue. Ils répondent par une « désobéissance éthique » et demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire…

Le pape François oblige légalement le clergé à signaler les abus sexuels

Le pape François oblige légalement le clergé à signaler les abus sexuels

Le pape François a dévoilé jeudi une législation plus stricte obligeant prêtres, religieux et religieuses à signaler à l'Eglise tout soupçon d'agression sexuelle ou d'harcèlement, ainsi que toute couverture de tels faits par la hiérarchie catholique. En mars dernier, nous nous étions rendus à l'archevêché de Besançon pour faire un point sur le diocèse de Besançon (article).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.76
légère pluie
le 19/05 à 21h00
Vent
1.79 m/s
Pression
1006.56 hPa
Humidité
96 %

Sondage