Le Muséum de Besançon va réintroduire 290 Écrevisses des torrents dans la nature

Publié le 23/09/2021 - 17:45
Mis à jour le 23/09/2021 - 17:30

Accompagné de l’Office français de la biodiversité (OFB), le Muséum de Besançon s’apprête à réintroduire dans un ruisseau des Vosges du Nord 290 Écrevisses des torrents juvéniles dont l’espèce est en danger critique d’extinction, a-t-on appris ce jeudi 23 septembre. Cette opération s’inscrit dans le cadre du plan de sauvegarde « Espèces animales en danger au sein de la Réserve de biosphère transfrontalière (RBT) (Vosges du Nord) – Pfälzerwald (Allemagne) ».

Ecrevisses des torrents © Citadelle de Besançon
Ecrevisses des torrents © Citadelle de Besançon

Pour préserver cette espèce qui est devenue extrêmement rare en France, le Muséum de Besançon s’est engagé dans un programme ambitieux de reproduction ex-situ (hors de la nature), commandité et financé par le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord. L’objectif de ce programme d’élevage est de renforcer les chances de survie de l’espèce par des réintroductions dans des ruisseaux ayant perdu leurs populations d’écrevisses. Ces 290 juvéniles sont nés en juin 2021 à Besançon, et sont issus de quelques adultes prélevés dans la nature.

La réussite de cet élevage unique en son genre a permis de déterminer des éléments inconnus de la biologie de cette espèce. "La plupart des paramètres qui conditionnent la maitrise de l’ensemble du cycle de vie ont été identifiés, ce qui permettra à l’avenir de garantir le succès de la reproduction en aquarium", souligne La Citadelle qui abrite le Muséum de Besançon. "Ce travail réalisé par les équipes du parc zoologique est essentiel dans ce programme de sauvegarde de cette espèce fragile. Le lien entre conservation dans la nature et travail en parc zoologique prend ici pleinement sens."

L’Écrevisse des torrents

L'Écrevisse des torrents, qui était jusqu'en 2015 observée en Lorraine et en Alsace, est désormais uniquement présente sur deux cours d'eau alsaciens (OFB, 2016). Les dernières investigations sur le terrain en 2016 par l’Office Français de la Biodiversité ont montré un recul de cette espèce. Actuellement, les dernières populations d'écrevisses des torrents sont isolées sur les secteurs apicaux des cours d'eau, fragilisées par leur isolement et une extrême sensibilité des milieux.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

L’Art Urbain dans les territoires récompense le projet expérimental de revalorisation d’un site horloger à Besançon

Comme chaque année depuis 1997, L'Art urbain dans les territoires organise le prix national arturbain.fr pour faire connaître des actions exemplaires conduites par des équipes pluridisciplinaires. Ce mardi 29 novembre, à l’auditorium de la Tour Séquoia dans le quartier de la Défense à Paris, le groupe SMCI à Besançon a reçu le prix dans la catégorie "Respect de l’environnement" pour son projet expérimental inédit sur l'ancien site horloger "Fralsen" dont l’objectif est de revaloriser cet ensemble industriel à des fins environnementales.

Amancey : la remise des prix du concours des prairies fleuries aura lieu le 3 décembre

Les prairies fleuries sont des herbages non semés, riches en espèces, qui sont fauchés ou pâturés à destination de l’alimentation du bétail. Le concours des prairies fleuries récompense le meilleur équilibre agro-écologique des prairies. La cérémonie aura lieu le samedi 3 décembre à partir de 9 h 45 à la fruitière du Pays de Courbet - Zone artisanale du Grand Bois - à Amancey.

Le projet expérimental de revalorisation du site " Fralsen " à Besançon, présenté au Salon des maires à Paris

Mardi 22 novembre, le groupe SMCI sera présent au Salon des maires à Paris pour présenter un projet expérimental hors du commun sur le site "Fralsen" à Besançon dont l’objectif premier est la revalorisation de la friche industrielle à des fins environnementales. Explications.

Action des Jeunes Écologistes de Franche-Comté en forêt de Chaux concernant la COP 27

Le dimanche 6 novembre 2022, Les Jeunes Écologistes de Franche-Comté se sont retrouvés au cœur de la forêt de Chaux de Dole pour exprimer leur mécontentement face à l’organisation de la COP 27 sous sa forme actuelle et afin de dénoncer la décision du gouvernement relative au vote du  projet de loi de finances pour 2023 qui encourage la privatisation de l’ONF. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.49
couvert
le 02/12 à 0h00
Vent
3.15 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
87 %