Le Parlement adopte un texte protégeant les librairies face aux géants du e-commerce

Publié le 16/12/2021 - 14:40
Mis à jour le 16/12/2021 - 14:40

Au grand dam d’Amazon, le Parlement a adopté ce jeudi 16 décembre 2021 une proposition de loi protégeant les librairies traditionnelles face à la concurrence des grandes plateformes de vente en ligne, en imposant le principe d’un prix plancher pour les livraisons de livres.

 ©
©

Le texte "visant à conforter l'économie du livre", porté par la sénatrice LR Laure Darcos, a été adopté à l'unanimité en deuxième lecture au Sénat, un vote qui conclut son parcours législatif et l'entérine au nom du Parlement.

  • Sa disposition phare prévoit que le service de livraison du livre "ne peut pas être offert par le détaillant à titre gratuit", mais doit être facturé pour un "montant minimum", qui sera fixé par arrêté ministériel.

En ligne de mire, les livraisons au rabais pratiquées par les géants du e-commerce, en premier lieu Amazon, qui fixe systématiquement au seuil légal de 0,01 euro les frais de port. Des tarifs sur lesquels les éditeurs et libraires traditionnels aux marges déjà serrées ne peuvent s'aligner.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a salué la nouvelle loi, qui cheminait depuis le printemps au Parlement et "permettra de renforcer l'équité dans la filière du livre". "Ce n'était pas gagné d'avance", a-t-elle ajouté, en faisant allusion à l'opposition farouche d'Amazon, dont Mme Darcos a fustigé "la politique commerciale prédatrice". Le vote avait été également unanime à l'Assemblée en octobre dernier.

La rapporteure de la commission de la Culture du Sénat, Céline Boulay-Espéronnier (LR), a souligné "l'enthousiasme du monde de l'édition" pour un texte qui constitue "une véritable révolution".

  • Amazon a réagi à l'adoption définitive de la proposition de loi en estimant que "le coût d'une telle mesure sur le pouvoir d'achat s'élèverait à plus de 250 millions d'euros par an".

"Aujourd'hui, 90% des communes françaises n'ont pas de librairie sur leur territoire et plus de 40% des expéditions de livres d'Amazon sont destinés à des codes postaux sans librairie", a indiqué un porte-parole de la plateforme.

"Impact sur le pouvoir d'achat"

"Alors que le commerce en ligne a permis de renforcer l'égal accès des consommateurs aux livres, et ce quel que soit leur lieu de résidence, l'introduction de frais de port minimum pour l'expédition de livres aura un impact sur le pouvoir d'achat de millions de lecteurs à faible revenu" vivant "dans des petites villes et ne disposant pas d'un accès facile à une librairie", a déploré ce porte-parole.

Un argumentaire rejeté par le sénateur communiste Pierre Ouzoulias, qui a déclaré que "l'achat de livres sur Amazon est surtout le fait de catégories aisées et urbaines".

La nouvelle loi vient compléter et consolider la loi Lang de 1981 qui a fixé le prix unique du livre, un dispositif jugé vital pour le maintien et la diversité de ce secteur, qui compte notamment quelque 3.300 librairies indépendantes sur le territoire, ont souligné la plupart des orateurs.

La sénatrice socialiste Sylvie Robert a toutefois prévenu qu'il faudrait désormais "s'assurer que les plateformes ne contreviendront pas à l'esprit de la loi".

Tranchant avec le concert de critiques contre le géant du commerce en ligne, Pierre-Antoine Lévi, de l'Union centriste, a appelé à "ne pas faire de GAFA-bashing" (critique de Google, Apple, Facebook et Amazon) et estimé "qu'il ne s'agit pas d'édicter une loi anti-Amazon, mais d'équilibrer les conditions entre les acteurs" du secteur.

Avec la nouvelle loi, les sites de vente en ligne devront en outre distinguer clairement les livres neufs et les livres d'occasion.

Le texte autorise aussi les collectivités à accorder une subvention aux librairies indépendantes, à hauteur de 30% de leur chiffre d'affaires - "une demande forte des élus locaux" a fait valoir Samantha Cazebonne (groupe RDPI, à majorité En Marche).

La nouvelle loi encadre aussi les soldes de livres par les éditeurs. Elle modernise par ailleurs le dépôt légal pour l'adapter aux spécificités du numérique, et encadre certaines pratiques de l'édition.

(Source AFP)

1 Commentaire

Quand on voit le prix des livres sur internet et en librairie, il y a pas photo....... Les librairies prennent trop de marge sur leur ventes. Il y a pas 2 semaines, j'ai commandé un livre sur un site en ligne, cela m'à coûté moins de 20 euros avec les frais de port, le même livre dans une librairie de Besançon m'aurait coûté 27.50 euros.....cherché l'erreur !!!!!!!!! Pas étonnant que les gens commandent en ligne.
Publié le 16 décembre 2021 à 22h10 par robert macarena • Membre

Un commentaire

  • macarena@orange.fr dit :

    Quand on voit le prix des livres sur internet et en librairie, il y a pas photo……. Les librairies prennent trop de marge sur leur ventes. Il y a pas 2 semaines, j’ai commandé un livre sur un site en ligne, cela m’à coûté moins de 20 euros avec les frais de port, le même livre dans une librairie de Besançon m’aurait coûté 27.50 euros…..cherché l’erreur !!!!!!!!! Pas étonnant que les gens commandent en ligne.

Laisser un commentaire

Economie

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.55
couvert
le 21/04 à 6h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
95 %