Alerte Témoin

Le PS remporte de justesse la législative du Doubs face au FN

Publié le 09/02/2015 - 07:56
Mis à jour le 09/02/2015 - 14:30

Le socialiste Frédéric Barbier a gagné d’une courte tête le duel qui l’opposait dimanche à la candidate du FN, Sophie Montel, au second tour de la quatrième législative partielle du Doubs, avec 51,43% des suffrages contre 48,57%, dans un scrutin qui avait valeur de test national.

1225008665.jpg
Les semaines qui viennent s'annoncent houleuses au sein du parti socialiste©carvy

RÉSUMÉ

Frédéric Barbier, 54 ans, permet ainsi au PS de mettre un coup d’arrêt à une série noire de 13 échecs électoraux depuis le début du quinquennat de François Hollande.

Après sa victoire, M. Barbier a déclaré: «Je ne me réjouis pas, je ne pavoise pas; ce succès, je le dois aux forces républicaines». Le député élu de la 4e circonscription occupera le siège de Pierre Moscovici laissé vacant. «Cette élection peut être un tournant de ce quinquennat. Il faut garder l’esprit d’union nationale autour des valeurs de la République», a-t-il ajouté, en référence aux manifestations ayant suivi les attentats à Paris il y a un mois.

«Cette élection n’a pas été facile», a-t-il reconnu. «J’ai une pensée pour le candidat de l’UMP» (Charles Demouge, qui avait recueilli 26,54% des voix au premier tour, NDLR), a-t-il ajouté.

Il a ensuite remercié nommément les ténors de droite et du centre Alain Juppé, Nathalie Kosckiusko-Morizet, Jean-Christophe Lagarde et François Bayou, «qui se sont affranchis» des consignes en lui apportant leur soutien.

L’UMP avait appelé ses électeurs à voter blanc ou à s’abstenir, sans leur demander de faire barrage au Front national. Le parti avait choisi, mardi, d’opter pour le «ni-ni» (ni vote FN, ni vote PS), contre l’avis de Nicolas Sarkozy qui plaidait pour une inflexion, avec un texte appelant à faire barrage au Front national.

De son côté, la candidate frontiste, 45 ans, arrivée en tête du 1er tour avec 32,60% des voix (contre 28,85% à M. Barbier), a reconnu sa défaite, qu’elle a néanmoins qualifiée de «victoire».

«Nous finissons avec environ 49,1%. Les socialistes l’emportent d’une courte tête. C’est une grande satisfaction. Même si on ne gagne pas ce soir, ça sent quand même la victoire», a déclaré Mme Montel à l’AFP.

«Nous voyons voler en éclats le tripartisme car M. Barbier était soutenu par le PS, mais aussi par Juppé, NKM et les autres», a-t-elle estimé, soulignant «un score au rabais pour le PS». «Maintenant, c’est le FN contre le système, contre la caste», a-t-elle prévenu.

Les électeurs UMP en arbitres

La mobilisation des électeurs a été nettement plus forte dimanche, avec un taux de quelque 49%, contre 39,5% au premier tour. Sous un ciel gris, les électeurs se sont pressés vers les mairies et écoles de la région.

Un sondage Ifop, publié jeudi, donnait la gauche gagnante dans cette circonscription industrielle et ouvrière, berceau du constructeur automobile PSA Peugeot Citroën.

Détendu et affichant un sourire en fin de matinée, Frédéric Barbier a voté à Pont-de-Roide, serrant au passage les mains de plusieurs connaissances, a constaté un journaliste de l’AFP.

«J’ai conscience que je suis le seul candidat à voter» aujourd’hui, a-t-il déclaré. La candidate FN, qui habite une commune située à une vingtaine de kilomètres de Besançon et ne votait pas dans la circonscription, avait choisi de visiter une demi-douzaine de bureaux de vote dans l’après-midi. Devant la presse, elle se déclarait alors «assez confiante» sur l’issue du scrutin.

66.826 électeurs étaient appelés aux urnes

Cette partielle, destinée à pourvoir le siège laissé vacant dans la 4e circonscription par le socialiste Pierre Moscovici après son départ pour la Commission européenne, avait été érigée en test par l’ensemble de la classe politique avant les prochaines départementales. Mme Montel, eurodéputée FN et lepéniste de la première heure, faisait face au vice-président du conseil général du Doubs, homme du terroir.

Pour l’emporter, le candidat socialiste devait compter sur un report de voix des électeurs de l’UMP, après l’échec de leur candidat au 1er tour. Les électeurs de l’UMP se trouvaient donc de facto placés en position d’arbitres pour départager les candidats.

Ce scrutin a attisé les passions politiques jusqu’au plus haut sommet de l’Etat: jeudi, François Hollande s’était impliqué à son tour dans le débat sur la consigne de vote de l’UMP, reprochant au parti et à Nicolas Sarkozy de ne pas se prononcer contre le FN.

Samedi, à la veille du scrutin, Marine Le Pen avait estimé que l’ancien chef de l’Etat, avec son souhait initial d’un appel à voter blanc ou à s’abstenir tout en rejetant le FN, avait fait un «pas chassé vers le PS».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Ludovic Fagaut appelle l’adjoint à la sécurité à « endosser le costume »

"L’insécurité ne doit pas devenir la norme..."  Suite aux récentes violences et incivilités dans le secteur de la Cité des Arts, le leader de l'opposition au conseil municipal de Besançon, le LR Ludovic Fagaut, appelle dans un communiqué Benoit Cyprinani à endosser le costume d'adjoint à la sécurité.

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Macron débloque 10 millions d’euros pour les policiers travaillant la nuit

Au cours d'une visite surprise dans un commissariat parisien dans la soirée du lundi 27 juillet 2020, Emmanuel Macron a annoncé le versement d'une "indemnité spécifique" pour les policiers travaillant de nuit, pour un montant total de 10 millions d'euros. Il s'agit d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, le 20 juillet.

Climat : des mesures concrètes au menu du Conseil de défense écologique

La Convention citoyenne pour le climat trouve un début de traduction concrète : avant les lois prévues pour 2021, le gouvernement a annoncé lundi 27 juillet 202 de premières mesures "réglementaires" inspirées des propositions des 150 citoyens à l'issue du Conseil de défense écologique présidé par Emmanuel Macron, mais jugées timorées par les écologistes et des ONG.

« Concerts debouts » : plus de 1.500 structures signent une lettre ouverte au gouvernement

Depuis le 17 mars dernier, les festivals, les salles de concerts et de spectacles sont toujours fermés au public. Aujourd'hui, personne ne sait quand ils pourront rouvrir, le gouvernement reste vague sur ce sujet. Plusieurs dizaines de milliers d'emplois sont menacés. 1.500 structures et artistes ont signé une lettre ouverte au gouvernement pour demander "des perspectives claires et cohérentes en vue de la réouverture des salles de concerts".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     30.3
    ciel dégagé
    le 07/08 à 15h00
    Vent
    2.07 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    33 %

    Sondage