Le restaurant "Au rendez-vous de la marine" devient "Le relais du Moulin"

Publié le 12/12/2022 - 14:36
Mis à jour le 15/12/2022 - 09:53

Véritable institution tenue par la même famille depuis presque un siècle, "Au rendez-vous de la marine" fermait ses portes en avril dernier, faute de repreneur. Avec l’accompagnement de Jura nord, le restaurant routier a trouvé un repreneur, Nassim Barache, qui a parcouru des centaines de kilomètres pour s’installer dans le Jura. Un nouveau souffle pour l’établissement désormais dénommé Le relais du moulin, qui garantit la continuité d’un commerce essentiel à la vie locale.

Après 90 années de service, les anciens propriétaires raccrochaient le tablier en avril dernier. Le long de la RD 673, entre Monteplain et La Barre, la grande devanture blanche est connue de tous à Jura Nord, et bien au-delà. Le restaurant routier a vu défiler au fil des années de nombreux mariniers, routiers, familles... Une longévité exceptionnelle pour un commerce de proximité. En avril dernier, les anciens propriétaires annonçaient le cœur serré la fermeture suite à leur départ. La Communauté de communes Jura Nord, dans un objectif de maintien des commerces de proximité, s’emparait rapide- ment de cet enjeu, en facilitant les mises en relation avec un candidat à la reprise, Nassim Barache.

Une clientèle fidèle

Issu d’une famille de restaurateurs, originaire d’Orléans, Nassim Barache est professionnel de la restauration depuis plus de dix années. Il a expérimenté tous les métiers du secteur, de la région Centre-Val de Loire à Paris, des cuisines à la salle. Le jeune homme est aujourd’hui propriétaire de deux établissements à Orléans. Lorsque l’opportunité s’est présentée à Monteplain, les arguments se sont imposés d’eux-mêmes, en dépit de la distance. "Une histoire familiale et une longévité comme celles-ci, c’est assez rare, explique le jeune homme. C’est un gage de reconnaissance, qui implique qu’une grande partie de la clientèle est fidèle. Nous sommes venus visiter les lieux en avril, nous avons mangé sur place. Et puis nous avons été formidablement accueillis par M. Fassenet, qui est venu à notre rencontre". Après un court temps de réflexion, la reprise était officialisée en juin dernier.

" Je n’ai jamais rencontré en France un accueil aussi chaleureux"

Nassim Barache décide alors de redonner un coup de jeune à l’établissement, afin de moderniser son image et offrir de meilleures conditions de travail aux salariés. Le restaurant dispose désormais d’une salle et de cuisines flambant neuves. Ouvert depuis le 2 novembre, il embauche sept salariés, dont trois en cuisine. Sur une capacité de 200 couverts, le restaurant tourne aujourd’hui avec une centaine de couverts quotidiens. "Nous sommes très satisfaits, reprend le restaurateur. Il y a ici une chaleur, un accueil incroyable. Je n’ai jamais été aussi bien accueilli, même dans ma région. Tout le monde a joué le jeu : les élus, les maires des communes, les locaux... Je suis arrivé en terre inconnue ; aujourd’hui je connais presque tout le monde" sourit le jeune homme, boosté par cet élan local.

Une cuisine traditionnelle

À la façon des brasseries parisiennes, Nassim Barache propose dans ses assiettes une cuisine traditionnelle et généreuse. Des plats simples mais authentiques, finement exécutés et mijotés, avec un petit goût de madeleine de Proust : bœuf bourguignon, blanquette de veau, côte de bœuf, magret de canard, un grand choix de desserts. Sans oublier la touche d’exotisme, avec le traditionnel couscous aux quatre viandes. Des formules simples accessibles à tous avec des plats du jour qui changent quotidiennement. À l’instar de l’activité de traiteur pour les événements, le restaurateur mise sur le fait maison (à 80 %) et les circuits courts.

Allez + loin

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Bourgogne Franche-Comté : la filière automobile, un secteur encore perturbé en 2022

ÉTUDE INSEE • À la mi-2022, les 370 établissements de la filière automobile de Bourgogne-Franche-Comté employaient 38.530 salariés et 5.540 intérimaires. Malgré une reprise en 2021, cette filière reste perturbée en 2022 par le contexte économique et les mutations en cours du secteur. L’emploi salarié est en baisse sur un an, avec davantage de départs que d’embauches.

Prêt : un ajustement mensuel pour mieux " lisser " les relèvements du taux d’usure dès février

Les taux de l’usure sont, selon la loi, calculés à partir des données collectées sur les taux de crédit au cours du trimestre précédent, comme les 4/3 des taux moyens pratiqués. Ces dispositions permettent de protéger les emprunteurs de taux excessifs et de préserver ainsi un large accès au crédit. La Banque de France, à titre exceptionnel pendant la période de plus forte remontée des taux, propose un ajustement technique pour mieux "lisser" les relèvements du taux de l’usure à partir du 1er février 2023.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.04
couvert
le 31/01 à 9h00
Vent
0.7 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
88 %