Alerte Témoin

Le succès des gîtes de France dans le Doubs en 2014

Publié le 30/01/2015 - 15:43
Mis à jour le 30/01/2015 - 15:43

En 2014, les gîtes labellisés "gîtes de France" ont remporté un franc succès. Pas moins de 25.576 nuitées ont été vendues, 871 contrats ont été réalisés pour un chiffre d'affaires de 397.527,25 euros. Au-delà d'une image vieillissante, Gîtes de France s'efforce de répondre à la demande et d'élargir son offre. En 2015, le label fête ses 60 ans. 

1-dsc_0835.jpg
Aurélie Nautillard, directrice Gîtes de France Doubs, Hélène Marthey, présidente Gîtes de France Doubs et Aimée Lasry, propriétaire gîtes de France City Break

"De nombreux clients sont fidèles d'année en année, un lien se créé en les propriétaires et les clients" raconte Aurélie Nétillard, directrice de Gîte de France Doubs.

Dans le Doubs, le client "moyen" est une famille avec deux parents et un enfant qui restera une semaine dans un hébergement gîte 3 épis. 

De plus en plus de réservations sur internet 

Au niveau local, 40% des réservations s'effectuent sur internet et 60% par téléphone. Au niveau national, on observe 50% de réservations sur internet et l'autre moitié par téléphone. "On sait que 80% des personnes qui nous téléphonent ont consulté internet au préalable. Et si elles nous téléphonent, c'est parce qu'elles ne souhaitent pas indique leur numéro de carte bancaire sur internet" précise Aurélie Nétillard.

Le site internet national compte 12 millions de visiteurs par an.

Les gîtes, une image ringarde ? 

Certes, le terme "gîte" ne fait pas forcément rêver, mais cette image négative n'est pas révélatrice des beaux lieux où passer les vacances proposés par Gîtes de France.

"Il y a quelques années, en effet, peut-être que ça souffrait d'une image un peu ringarde puisque les gîtes de France existent depuis 60 ans cette année, avec un parc vieillissant, etc. Mais on en a pris conscience et on aide les propriétaires grâce à des stages de home staging, pour remettre nos gîtes aux standards de déco actuels" explique Aurélie Nétillard. "Aujourd'hui, on a un parc qui se porte bien avec de très belles structures" poursuit-elle. 

Quels prix ?

En moyenne, pour une semaine pour quatre personnes, le prix d'un gîte est de 351,10 euros. Pour des chambres d'hôtes, pour une nuitée pour deux personnes petit-déjeuner inclus il faut débourser en moyenne 67,62 euros.

Quelques chiffres clés

  • En 2014, 88% de la clientèle était française (Ile-de-France, Alsace/Lorraine, Nord, Franche-Comté), et 12 % venaient de l'étranger, en particulier de Belgique et d'Espagne. 
  • L'été dernier, la fréquentation des gîtes de France dans le Doubs atteignait 80,6% (72,16% en juillet et 89,03% en août).
  • Dans le département, on compte 8 City Break, 28 gîtes de groupe, 5 écogîtes, 4 hébergements tourisme & handicap et 3 gîtes Panda (dans le parc naturel régional).

Au 1er janvier 2015, Gîtes de France Doubs compte :

  • 56 gîtes ruraux en planning complet (réservations gérées par Gîtes de France)
  • 25 gîtes ruraux en planning partagé (réservations gérées par les propriétaires et Gîtes de France)
  • 3 gîtes de groupe en planning partagé
  • 15 chambres d'hôtes en planning partagé (soit 10 structures)

Soit une augmentation de 55% de gîtes en service réservation pour 2015 et 23% du parc "gîtes" travaillant avec le service réservation en 2015.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tourisme et restauration : des députés inquiets. Danielle Brulebois s’alarme des annulations « en cascade » dans le Jura

Plusieurs députés ont plaidé mardi soir pour une réouverture rapide des bars et restaurants, et plus généralement pour une relance du tourisme, des secteurs à "sauver" selon eux dans la crise du coronavirus. La députée LREM du Jura Danielle Brulebois s'inquiète des annulations des réservations en raison du classement rouge de son département. Elle  réclame "une carte départementalisée" et non régionale.

Pas de prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour les marchés publics et privés : « Les Travaux Publics voient rouge ! » (Vincent Martin)

coup de gueule • Le Président de la FRTP Bourgogne Franche-Comté estime que l'ordonnance du 13 mai 2020, ne prenant pas en compte la prorogation de l’état d’urgence sanitaire dans le calcul des délais entourant les marchés publics et privés, est un nouveau coup dur pour les Travaux publics.

Coronavirus : premier week-end déconfiné en vue

Au terme de la première semaine d'un déconfinement progressif et compliqué, les Français, appelés à réserver leurs vacances d'été pour secourir un secteur sinistré, vont pour la première fois depuis deux mois pouvoir partir en week-end --mais en restant à moins de 100 km de chez eux.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.87
nuageux
le 25/05 à 9h00
Vent
5.34 m/s
Pression
1031 hPa
Humidité
30 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune