Le Sybert ouvre ses portes au grand public le 10 juin !

Publié le 22/05/2023 - 07:00
Mis à jour le 01/06/2023 - 11:00

PUBLI-INFO • Le 10 juin 2023, le Syndicat mixte de Besançon et sa région pour le traitement des déchets (Sybert) ouvrira ses portes au grand public. Au programme, des visites exclusives et des ateliers pour petits et grands afin d’être incollables sur le tri des déchets et les fonctionnements des équipements industriels. Interview avec Cyril Devesa, président du Sybert à Besançon.

Le syndicat mixte traite les déchets des trois territoires qui y adhèrent : les communautés de communes Loue Lison et Val Marnaysien, et la communauté urbaine du Grand Besançon Métropole, soit 163 communes comptant environ 227 000 habitants au total.

Pourquoi organisez-vous une journée portes ouvertes au Sybert ? Quel est l’objectif ?

Cyril Devesa : ”Ils sont multiples ! C’est permettre aux habitants de tout le territoire du Sybert de découvrir les installations habituellement fermées au public parce qu’il y a un vrai intérêt à comprendre comment ça fonctionne, à découvrir les métiers, savoir comment sont traités les déchets localement. Il y a également une réelle volonté d’interconnaissances, c’est-à-dire de se rencontrer et d’échanger. Je pense que les habitants du territoire, même s’ils sont extrêmement vertueux et extrêmement efficaces au niveau national, ont beaucoup de questions pertinentes sur la manière de mieux faire pour continuer à être en haut du classement.”

Justement, les habitants du territoire du Sybert sont-ils de si bons élèves en matière de tri des déchets ?

Cyril Devesa : ”Très bons élèves ! Ils jettent 136 kg par an et par habitant, ce qui est un très bon chiffre. Notre volonté avec ce type de manifestation « portes ouvertes » est de progressivement se rapprocher du chiffre absolument idéal qui, suite à une étude qu’on a faite sur les bacs gris des habitants1, pourrait descendre à 50 kg en ayant tous les bons gestes. Je ne dis pas que c’est simple pour tout le monde et tout le temps, mais si on retirait les déchets de cuisine – notamment grâce à la loi AGEC applicable au 1er janvier 2024 -, mais aussi les bouteilles en verre et les papiers qui peuvent être recyclables, etc., on pourrait tomber à 50kg. Et même si on arrivait qu’à 100 kg, ce serait déjà très bien.

Ces journées portes ouvertes ont aussi cette ambition-là : pouvoir informer, conseiller, accompagner, répondre aux questions, et mieux connaitre les freins qui peuvent exister et perdurer pour pouvoir améliorer le service.”

Cyril Devesa © Elodie R.

Que va pouvoir découvrir le public lors de cette journée ? Quels sont les temps forts ?

Cyril Devesa : ”Toute la journée du 10 juin, de 10h à 17h30, les visiteurs, par petit groupe, pourront visiter le centre de tri et la salle de contrôle de l’usine d’incinération, découvrir des ateliers et assister à des démonstrations, voir des manipulations d’engins, et connaître tout le panel de ce que porte le Sybert en termes de gestion et de traitement des déchets. Il y aura toute la journée des foodtrucks pour se restaurer, donc pas besoin de repartir à midi, il y aura de quoi faire sur place.

Un espace jeux sera installé pour accueillir les enfants de plus de 3 ans.  Pendant qu’ils s’amusent avec des jeux en bois ou encore un chamboule-tout, les parents pourront visiter les installations l’esprit tranquille. On veut que cette journée soit à la fois éducative, ludique, instructive et sympathique pour se rencontrer.”

Lors de cette journée portes ouvertes, vous dévoilerez les résultats de votre enquête participative ”Dans vos idées, rien à jeter ! Parlons déchets”. Quel était l’objectif de cette démarche ?

Cyril Devesa : ”J’en avais pris l’engagement en arrivant à la présidence : c’était de pouvoir faire un travail de relation et de transparence avec les usagers sur leurs attentes et leurs préoccupations en matière de traitement des déchets et savoir quelles sont les solutions qu’ils attendraient auxquelles nous n’avons pas pu répondre.

Nous avions organisé sept soirées sur tout le territoire du Sybert, à l’automne 2022, destinées au grand public et aux professionnels. On a appris à se connaître et on a pu recueillir les propositions des usagers. Après avoir rendu toutes ces informations à l’agence de concertation qui nous accompagne sur cette démarche, nous souhaitions annoncer les propositions les plus demandées et auxquelles on apportera des réponses, celles sur lesquelles nous travaillons déjà, mais aussi sur celles qui se sont révélées et que nous nous engagerons à essayer de porter.”

©

Combien de personnes y ont participé ? Quels profils ?

Cyril Devesa : ”C’est assez décevant. Environ 150 personnes sur 7 rendez-vous étaient présentes. C’était dommage, parce que c’était vraiment l’occasion de recueillir la parole des usagers sur la question de leurs déchets, mais ce n'est pas grave, c’était une première donc on va gravir les marches et petit à petit on fera mieux !

Dans ces 150 participants, les profils étaient très variés : c’était des habitants de la ville, du rural, des jeunes et des moins jeunes, des familles avec enfants et des personnes célibataires… C’était très intéressant !”

Pensez-vous organiser plus régulièrement ce type d’évènement de portes ouvertes ?

Cyril Devesa : ”On verra le succès de la rencontre. Si on s’aperçoit, qu’on est un peu dépassés dans le nombre de visiteurs, ça pourra devenir plus pérenne, de manière à ce que chaque année on essaie de proposer ce rendez-vous. Ce sera un bilan qu’on fera en bureau politique à l’issue de la journée pour savoir si on maintient l’évènement chaque année ou tous les deux ans, etc. Mais l’idée, de toute façon, c’est que les gens soient mieux informés, et qu’on apprenne à se connaître, à échanger et donc d’améliorer nos pratiques. La volonté est plutôt de permettre ces rencontres plus régulièrement.”

 Infos pratiques

  • Journée portes ouvertes du Sybert
  • Samedi 10 juin 2023, de 10h à 17h30
  • Pôle de valorisation des déchets, 3 rue Dennis Gabor, 25 000 Besançon
  • Site internet : www.sybert.fr
  • Entrée libre et animations gratuites (hors restauration).
  • Site non-fumeur et inadapté à la présence d’animaux domestiques.
  • Nombre de places limité lors des visites de l’usine d’incinération et du centre de tri (pas d’inscription préalable).
  • Le centre de tri, l’usine d’incinération et l’installation de tri-massification ne sont pas accessibles aux personnes à mobilités réduite (présence d’escaliers).
  • Le centre de tri n’est pas accessible aux personnes de moins d’1 mètre 20.
  • Pour votre sécurité, il est impératif de venir avec des chaussures fermées et plates.

© SYBERT

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Problèmes de stationnement du personnel du CHU : un syndicat ouvre le parking de la direction à tous

À 6 heures du matin mercredi 10 avril 2024, des membres du syndicat Sud Santé Sociaux du CHU de Besançon ont ouvert les parkings de la direction entourant le bâtiment blanc à tous les personnels de l’établissement hospitalier. ”Se garer au CHU, c’est dur pout tout le monde, les privilèges, ça suffit !” selon le syndicat.

Pancartes et affiche anti-migrants : ”Le moment est grave pour toutes les femmes françaises” selon le collectif Némésis

Suite au dépôt de plainte et pendant a garde à vue de l’une de ses militantes ayant brandi une pancarte ”Violeurs étrangers dehors" et installé une affiche sur une façade, le collectif Némésis a publié un communiqué le 9 avril 2024 dans lequel il parle de ”véritable persécution”.

Recette du week-end : Brochettes de poulet à l’asiatique et au morbier

Pour ce week-end des 6 et 7 avril 2024, puisque la météo est au beau fixe, on vous propose de sortir dès à présent le barbecue ou presque ! On vous propose une recette de saison donc mais avec une touche locale bien sûr, pour cette recette de brochettes de poulet à l'asiatique et au morbier aop. 

Exploitation de l’aéroport Dole-Tavaux : une association dépose une requête au tribunal administratif

Serre Vivante, association de protection de la nature, a déposé, auprès du tribunal administratif de Besançon, une requête à l'encontre de la décision de la Direction de la sécurité de l'aviation civile Nord Est autorisant la société Edeis à exploiter l'aérodrome de Dole-Tavaux, a-t-on appris samedi 30 mars 2024.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 19.01
nuageux
le 12/04 à 18h00
Vent
1.13 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
56 %