Législative partielle : une majorité d'électeurs UMP ont voté pour le FN selon Florian Philippot

Publié le 10/02/2015 - 08:53
Mis à jour le 10/02/2015 - 12:06

Le vice-président du Front national Florian Philippot a affirmé lundi 9 février 2015 qu'une majorité d'électeurs UMP avaient "manifestement" voté pour la candidate frontiste lors de l'élection législative partielle dans le Doubs.

 ©
©

Le socialiste Frédéric Barbier a gagné d'une courte tête le duel qui l'opposait dimanche à la candidate du FN, Sophie Montel, au second tour, une semaine après l'élimination du candidat UMP au premier tour. "L'UMP a oscillé pendant cette semaine entre deux hypothèses, le ni-ni ou le vote socialiste. Sauf qu'il y a une troisième hypothèse, qui a été choisie par manifestement une majorité de leurs propres électeurs, qui était le vote Front national", a déclaré Florian Philippot sur i>Télé.

"Pourquoi cette hypothèse n'était-elle pas dans le débat à l'UMP, pourquoi aucun cadre n'a-t-il eu le courage d'évoquer la troisième possibilité ?" a-t-il demandé. "Parce que ce parti est déconnecté et qu'il ne sert plus à rien, si ce n'est contrarier ses propres électeurs", a-t-il ajouté. "Si le but de l'UMP est de faire élire le Parti socialiste, je ne sais pas à quoi sert ce parti soi-disant d'opposition", a insisté Florian Philippot. "En face, le système est aux abois, et on a un nouveau bipartisme, eux contre nous", a-t-il ajouté, pointant la "caste UMPS qui a largué la France".

"On a eu la démonstration qu'il y avait une caste, puisqu'une partie de l'UMP s'est alliée au PS, au Front de gauche, aux Verts, au centre, contre le candidat du FN, le candidat des patriotes", a-t-il estimé. "D'ailleurs, sur le bulletin de vote du candidat socialiste, il n'y avait même plus le nom ni le logo du Parti socialiste, il était le candidat de la caste officielle, c'est un peu comme dans le Second Empire", a raillé Florian Philippot.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Pass vaccinal : nouvelle péripétie au Parlement retardant le vote final

Nouveau rebondissement dans le parcours déjà chaotique du projet de loi instaurant le pass vaccinal : sur fond de campagne présidentielle, un tweet de LR a fait capoter l'accord proche entre députés et sénateurs sur ce texte qui déchaîne les passions. Le gouvernement espère toujours une entrée en vigueur du pass vaccinal autour du 20 janvier.

 

Valérie Pécresse pour une « fierté agricole retrouvée »

Candidate LR à la présidentielle Valérie Pécresse, en campagne jeudi dans une exploitation laitière du Haut-Doubs, a promis de "restaurer l'agrifierté" et a développé le volet agriculture de son programme. En début de soirée, Valérie Pecresse était en meeting à Micropolis Besançon devant plus de 600 sympathisants.
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.94
couvert
le 19/01 à 18h00
Vent
2.75 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
32 %

Sondage