Alerte Témoin

Les assassins présumés d'un homme jeté dans le Doubs devant la justice

Publié le 20/02/2012 - 13:33
Mis à jour le 20/02/2012 - 13:33

Le procès de deux jeunes hommes accusés de l'assassinat en 2009 d'un jeune homme de 21 ans, dont le corps lesté d'un parpaing avait été retrouvé flottant sur le Doubs, à Brevans (Jura), s'est ouvert ce lundi devant la Cour d'assises du Jura.

Les accusés, âgés de 27 et 22 ans, encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Ils ont reconnu avoir participé au meurtre de Maxime Rigaud, mais nient la préméditation et donnent chacun une version des faits différente et changeante, sans mobile clair.

Le corps de ce jeune homme originaire de Damparis (Jura) a été retrouvé le 28 mai 2009 à Brevans, poignet et cheville gauches liés avec une corde à linge et attachés à un parpaing, flottant à un mètre de la berge. Il avait disparu deux jours plus tôt.

D'après les déclarations des accusés, la victime a été frappée et étranglée dans l'appartement d'une amie à Brevans. Ils lui auraient aussi injecté un produit toxique avec une seringue, avant de le ligoter et de lester son corps avec un parpaing pour le faire disparaître dans le Doubs.

Les deux hommes ont nettoyé l'appartement et brûlé les affaires du jeune homme dans une forêt voisine, afin de détruire les éléments compromettants.

Les circonstances de son décès restent floues. "Tout l'enjeu du procès est de comprendre pourquoi Maxime Rigaud, un jeune homme apprécié et sans problème, est mort", a dit à Marjorie Weiermann, avocate de la famille.

L'accusé le plus âgé, déjà condamné pour des faits de délits routiers, d'atteintes aux biens et violences aggravées, a indiqué lors de ses auditions être fasciné par les faits-divers morbides. Une affaire d'assassinat avec injection toxique avait défrayé la chronique dans le Jura en 2000.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Justice

Affaire Narumi : le parquet chilien demande de durcir le contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda

Le parquet chilien demande désormais un durcissement des mesures du contrôle judiciaire de Nicolas Zepeda, soupçonné d'avoir assassiné son ex-petite amie japonaise en décembre  2016 sur le campus de la Bouloie à Besançon, et dont l'extradition vers la France a été définitivement autorisée.  La France a deux mois pour aller chercher le suspect. Le procureur de Besançon a précisé être "dans l'attente de la reprise de vols directs entre Santiago du Chili et Paris."

Trois ans d’inéligibilité requis à l’encontre de Ian Boucard, le député LR du Territoire-de-Belfort

Trois ans d'inéligibilité ont été requis mercredi à l'encontre du député LR du Territoire-de-Belfort, Ian Boucard, jugé à Besançon pour "manoeuvre frauduleuse" après la diffusion de faux tracts dans le cadre de la campagne législative de 2017. Le tribunal correctionnel de Besançon rendra sa décision le 12 juin.

Un médecin du Jura meurt du Covid-19 : son épouse porte plainte

Médecin urgentiste à l'hôpital de Lons-le-Saunier, Éric Loupiac, 60 ans, est décédé le 23 avril 2020 du  Covid-19 après plus d'un mois passé en réanimation à Marseille. Il était alors le 10e médecin à mourir du Coronavirus en France.  Son épouse, Claire Loupiac a décidé de porter plainte contre l'agence régionale de santé de Bourgogne Franche-Comté, contre le ministre de la santé Olivier Véran, sa prédecesseure Agnes Buzin et contre la direction de l'hôpital jurassien.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.3
peu nuageux
le 01/06 à 18h00
Vent
2.36 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
51 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune