Les chasseurs du Doubs s’organisent pour traquer les délinquants de la "chasse en 4x4"

Publié le 24/11/2020 - 17:16
Mis à jour le 26/11/2020 - 10:53

La Fédération départementale des Chasseurs du Doubs a souhaité réagir cette semaine suite au comportement des chasseurs poursuivant un sanglier à bord d’un véhicule de type 4×4 sur le secteur de Levier.

Chasse ©Jackmac34-Pixabay ©
Chasse ©Jackmac34-Pixabay ©

Lors d'une opération de contrôle de la chasse dimanche 22 novembre 2020 après-midi, la gendarmerie de Franche-Comté a surpris des chasseurs poursuivant un sanglier à bord d'un 4x4... Cette opération était organisée pour s’assurer du respect de la réglementation en vigueur notamment liée aux registres des battues, aux permis de chasse et aux armes, mais également et surtout au respect de l’arrêté n° 25-2020-11-09-003 du 9 novembre 2020 pris par le Préfet du Doubs d’encadrement des dérogations au confinement en matière de régulation de la faune sauvage.

"Ces « safaris 4x4 » nuisent à l’image de la grande partie des chasseurs qui ne se reconnaissent pas dans ces pratiques. Dans la majorité des cas, ce sont les chasseurs locaux eux-mêmes qui alertent les autorités compétentes ou déposent des plaintes pour combattre ces agissements", explique la Fédération départementale des Chasseurs du Doubs.

Et d'ajouter : "L’image de la chasse est salie par des minorités pourtant bien identifiées qui se croyaient jusqu’à présent intouchables ! En effet, l’infraction étant difficile à caractériser, les auteurs étaient rarement appréhendés et les peines prononcées n’étaient souvent pas à la hauteur des faits". La Fédération des Chasseurs, épaulée par ses adhérents, souhaite donc faire passer un message fort aux quelques délinquants de la chasse qui gangrènent leurs rangs. "Cette époque des dérives est révolue ! ", clame la Fédération.

Pas d’amalgame entre "safari 4x4" et chasse à courre

"Lors d’articles publiés dans la presse locale, il a été malencontreusement fait mention de « chasse à courre en 4x4 » pour qualifier les dérives ci-dessus. Dans ce cadre, l'utilisation de l’expression "Chasse à courre" est particulièrement mal venue et préjudiciable", souligne la fédération qui poursuit : "La chasse à courre, strictement encadrée par la loi, se prévaut d'un respect sans faille de la réglementation, de la culture et des valeurs qui la caractérisent. Ce mode de chasse bannit l’utilisation de véhicules lors du laisser-courre. Elle ne saurait donc être comparée à ces pratiques mécanisées où les contrevenants ne respectent ni la réglementation, ni aucunes des règles de bienséance liées à la pratique de la chasse".

Une volonté des chasseurs du Doubs d’en finir avec les "brebis galeuses"

Une enquête a été envoyée aux présidents des territoires de chasse du Doubs en mars dernier, soit à 622 personnes. Au travers de cette enquête, il était important pour la Fédération des Chasseurs de recueillir l’avis et le ressenti des responsables de chasse sur cette problématique.

442 réponses ont été reçues à la Fédération, ce qui témoigne d’un intérêt particulier des chasseurs sur le sujet. Selon ce sondage, plus de 80% des participants indiquent avoir déjà été confrontés à la problématique des « safaris 4x4 » sur leur territoire et, pour 35% d’entre eux, très fréquemment.

86% se préoccupent de l’image négative véhiculée par ces pratiques et sont prêts à soutenir leur Fédération pour les éradique 

(Source Fédération)

L’attente de "peines exemplaires"

La Fédération des Chasseurs qui se portera partie civile auprès des tribunaux a également entamé des discussions avec les procureurs pour mieux sanctionner les contrevenants avec le retrait systématique du permis de chasser, mais aussi la saisie des véhicules, armes et colliers GPS...

D’autres opérations de contrôle, de même ampleur sont déjà programmées pour cette saison de chasse 2020/2021. "Elles s’intensifieront jusqu’à ce que cette problématique soit définitivement enrayée et que la majorité des chasseurs puisse s’adonner à leur passion avec davantage d’apaisement", conclut la Fédération.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

La Sophrologie comme rempart à l’ambiance anxiogène actuelle

Cette semaine, Maud Huot-Marchand, sophrologue bisontine et nouvelle contributrice pour maCommune.info, fait un tour d'horizon des bienfaits de la sophrologie en cette période qui peut être difficile pour certain(e)s dans un climat de guerre, d'inflation, avec le Covid, mais aussi les fêtes de fin d'année. Elle livre ses conseils pour bien respirer... et surtout y penser !

Le concours de la plus belle vitrine de Noël revient à Vesoul

La Ville de Vesoul organise tous les ans un jeu concours intitulé "Les vitrines de Noël" en partenariat avec l’entreprise AFCM (Affichage Franc-Comtois). Ce concours s’adresse à tous les commerces et services de proximité de Vesoul possédant une vitrine visible de la rue. À la clé : des campagnes d’affichage publicitaire pour les trois premiers commerçants lauréats.

L’Art Urbain dans les territoires récompense le projet expérimental de revalorisation d’un site horloger à Besançon

Comme chaque année depuis 1997, L'Art urbain dans les territoires organise le prix national arturbain.fr pour faire connaître des actions exemplaires conduites par des équipes pluridisciplinaires. Ce mardi 29 novembre, à l’auditorium de la Tour Séquoia dans le quartier de la Défense à Paris, le groupe SMCI à Besançon a reçu le prix dans la catégorie "Respect de l’environnement" pour son projet expérimental inédit sur l'ancien site horloger "Fralsen" dont l’objectif est de revaloriser cet ensemble industriel à des fins environnementales.

Une Doubienne retrace son parcours de vie chaotique dans une autobiographie

Flo Lavie réside actuellement dans le Grand Besançon et a récemment sortie un livre intitulé Nous, les écorchées vives dans lequel elle raconte les violences  qu’elle a subie tout au long de sa vie. Elle sera en séances de dédicaces le 3 décembre à la Fnac de Morteau. 

Sondage – Éteindre l’éclairage public de certains quartiers de Besançon pour faire des économies, qu’en pensez-vous ?

À partir du 30 novembre 2022, l’éclairage public sera éteint dans plusieurs quartiers bisontin pour faire face à l’envolée des prix de l’énergie. La municipalité va progressivement éteindre les lumières entre 23 h et 5 h. Avec cette mesure, elle compte économiser 120.000 €. Selon vous, est-ce une bonne idée ? C'est notre sondage de la semaine.

40% des Français sont concernés par l’alcool et la conduite le soir du réveillon

Aujourd’hui, près de 40 % des Français sont concernés par l’alcool et la conduite pour le réveillon selon les associations Prévention routière et Assurance prévention. Et chaque année, au moment des fêtes, "trop d’accidents graves voire mortels ont encore lieu. Pourtant, de nombreuses solutions existent pour rentrer sain et sauf les soirs de réveillon !"

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.87
nuageux
le 01/12 à 15h00
Vent
3.62 m/s
Pression
1021 hPa
Humidité
79 %