Alerte Témoin

Les exploits sportifs de Paul Fontaine pour défier la mucoviscidose

Publié le 02/11/2016 - 07:15
Mis à jour le 15/11/2016 - 13:12

Touché par la mucoviscidose, Paul Fontaine "attaque" à pleines dents la vie comme la maladie : avec 50% de capacités respiratoires, il multiplie les exploits sportifs, du Marathon de Paris à l'ascension du Mont Blanc.

paul_fontaine.jpg
© facebook Paul Fontaine

Le portrait de la semaine

PUBLICITÉ

A 33 ans, Paul Fontaine a l'air d'un sportif, des cheveux ras et l'allure avenante. Mais son large sourire dissimule une maladie vicieuse qui lui ronge les poumons, lui vole des minutes, des jours, des années de vie. A cause de la mucoviscidose, il lui reste 50% de capacité respiratoire.

"Plus le temps passe, plus l'infection augmente, plus la maladie détruit les poumons, moins j'arrive à respirer", confie le Bisontin, originaire du Jura, qui a contracté la maladie dès l'âge de 18 mois.  Cette maladie génétique, rare et implacable, qui touche principalement les voies digestives et respiratoires des patients - dont l’espérance de vie est d’environ 47 ans en France -, Paul l'a longtemps "cachée". "J'étais dans le déni, j'avais honte d'être malade. J'avais une double vie: en pleine forme à la fac et malade à la maison, entre les médicaments et les longues séances de perfusion d'antibiotiques", se souvient l'ancien étudiant d'histoire, aujourd'hui conférencier.

 "La meilleure défense, c'est l'attaque" 

Puis un jour de 2010, Paul a un déclic et décide "d'attaquer la maladie", car "la meilleure défense, c'est l'attaque". "Je suis malade, c'est comme ça", se dit-il: "Soit je me bats et je pars à la recherche du bonheur, soit j'attends un médicament miracle ou une greffe de poumons quand je serai à 15-20% de capacités respiratoires".

Il commence à faire du sport, avec pour objectif le Marathon de Paris 2013. "Courir avec la muco, c'est comme courir avec une ceinture qui vous comprime la cage thoracique, qui vous fait cracher, tousser, parfois vomir", confie-t-il. "Mais j'étais prêt à tout pour passer cette ligne d'arrivée mythique", ajoute cet homme au corps affûté, se remémorant avec fébrilité la "tension phénoménale du départ". Après une course difficile, il boucle ce premier marathon en 4H41, "usé, ému et en larmes".

"Pas le temps d'attendre la mort"

Pour combattre les jours sombres où la maladie prend le dessus et se sentir vivre, il multiplie les défis sportifs, enchaînant les trails, ralliant Besançon à la Pointe du Raz (Finistère) en vélo (1.000 km en 7 jours), courant la Verticale de la Tour Eiffel (1.665 marches en 17 minutes). "Je veux tout faire, tout croquer car je n'ai pas le temps d'attendre la mort", assène l’athlète. En 2015, il court le Marathon de Paris en 4 heures et 51 secondes et en septembre dernier, il relève un nouveau défi: l'ascension des 4.809 mètres du Mont Blanc. Malgré sa détermination, un vent glacial le contraint à s'arrêter, à bout de force, à 4.500 mètres d'altitude où il plante un drapeau "Vaincre la mucoviscidose". Il recommencera l'année prochaine.

Pour Paul Fontaine, "tout est possible, il faut se battre, la vie c'est maintenant". "Mais pour être vraiment heureux, tempère-t-il, il faut aussi s'arrêter, expirer, et prendre le temps de s'asseoir pour regarder les nuages"

"Grâce au sport et aux séances de kiné que je fais, j'espère faire remonter ma capacité respiratoire", souligne-t-il, persuadé qu'il peut "désencombrer une partie de (ses) poumons". D'après son médecin, le professeur Jean-Charles Dalphin, "le sport intense que Paul pratique est bénéfique sur sa santé physique et psychologique", mais la mucoviscidose ne peut pas "reculer". Elle peut néanmoins "ralentir sa progression, voire se stabiliser, sous l'effet des progrès thérapeutiques actuels et futurs", estime le responsable du service de pneumologie du CHRU de Besançon.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Leucémie : les équipes bisontines de l’institut RIGHT sollicitées pour faire avancer la recherche

"Transformer le pronostic des leucémies dans les 10 ans à venir", tel est le défi lancé aux chercheurs. Les équipes bisontines de l’institut RIGHT (UMR1098) participeront au tout nouvel institut national de recherche partenariale OPALE que l’État vient de créer à cet effet, apprend-on ce mardi 18 février 2020.

Deuxième défi cycliste de la Sapaudia  pour sensibiliser au don de moelle osseuse

Inscriptions • La deuxième édition du défi cycliste de la Sapaudia Franche-Comté  partira le 18 juin 2020 de Baume-les-Dames.  150 cyclistes vont parcourir durant 24h près de 420 km à destination de Clairvaux-les-Lacs  pour sensibiliser, informer et recruter au don volontaire de moelle osseuse. Inscriptions jusqu'au 10 mars.

Mutuelles : l’UFC Que choisir dénonce une inflation moyenne de 5% en 2020

Alors que le 100 % santé pour l’optique et certains soins dentaires est entré en vigueur au 1er janvier dernier, l’UFC-Que Choisir révèle dans un communiqué de mercredi 12 février 2020, sur la base de l’étude de près de 500 contrats d’assurance santé recueillis auprès des consommateurs, que l’inflation subie en 2020 par les usagers est massive.

Salmonellose : retrait et rappel de Morbier au lait cru de la marque Perrin

13 personnes atteintes de salmonelloses ont été infectées par la même souche Salmonella Dublin après les investigations du Centre national de référence (CNR) des salmonelles à l’Institut Pasteur. Après enquête, le ministre de l'Agriculture rappelle des lots de Morbier au lait cru de la société Perrin (Doubs) distribué dans toute la France en grande distribution.

Des mallettes d'informations pour accompagner les familles d'enfants atteints d'un cancer

Hôpital de Besançon • La fondation Enfants Cancer Santé et le service hématologie-oncologie pédiatrique du CHU de Besançon ont présenté jeudi 6 février 2020 des mallettes d'informations destinées aux parents dont l'enfant est atteint d'un cancer. Elles seront offertes aux familles à partir de la semaine prochaine.

Contre les pesticides, les Coquelicots interpelleront l’Agence Régionale de Santé ce vendredi

Les Coquelicots de Besançon organisent une manifestation vendredi 7 février 2020 à partir de 18h30 pour battre le pavé jusqu'au siège de l'ARS Bourgogne Franche-Comté, avenue Louise Michel. Dans le cadre de la campagne d’information sur les dangers pour la santé et l’environnement des SDHI (famille de 11 fongicides), "et face à l’inaction et au déni de l’ANSES" sur la dangerosité de ces produits, les Coquelicots ont décidé d’interpeller directement l’ARS.

SONDAGE – Prenez-vous des précautions contre le Coronavirus ?

L’épidémie de pneumonie virale 2019-nCoV a contaminé plus de 17 200 personnes dans le monde, dont plus de 360 mortellement. En France, le nombre de cas est très faible et les ressortissants français rapatriés ces derniers jours ne sont pas malades. A Besançon, une suspicion de cas de Coronavirus a été examinée il y a deux semaines, mais les résultats se sont avérés négatifs. A ce jour, aucun cas de cette maladie n'est déclarée en Franche-Comté. Et vous, prenez-vous des précautions contre cette maladie ? C'est le sondage de la semaine...

Coronavirus : les recommandations et le dispositif mis en place en Bourgogne Franche-Comté

Un cas suspect de Coronavirus accueilli vendredi dernier à l'hôpital de Besançon a été écarté dans le courant du week-end. L'Agence régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté met actuellement en application les mesures du ministère de la santé sur le modèle du risque épidémique et biologique (REB). 

Station de Métabief

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.84
légère pluie
le 19/02 à 12h00
Vent
4.5 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
83 %

Sondage