Les inégalités d'accès aux soins "explosent", dénoncent des associations

Publié le 09/06/2018 - 18:00
Mis à jour le 09/06/2018 - 18:33

Les territoires "souffrent de plus en  plus de la désertification sanitaire" et des"économies budgétaires", ont dénoncé samedi des associations de défense des hôpitaux de proximité, réclamant une "véritable égalité d'accès aux soins" en France.

PUBLICITÉ

"Partout", les médecins manquent" : 20 à 30% des postes hospitaliers "sont vacants", 30% des généralistes ont plus de 60 ans et ne trouvent pas de remplaçants, et "un tiers des Français", éloignés des services de santé, "renonce à des soins", détaille, dans un communiqué, la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, réunie samedi pour ses "rencontres nationales" à Lure (Haute-Saône).

"Les politiques publiques "détruisent le maillage territorial" en matière de santé"

Regroupements hospitaliers, fermetures d'urgences, de maternités, de blocs opératoires, concentration accrue pour "faire des économies", pénurie de médecins libéraux: les politiques publiques "détruisent le maillage territorial" en matière de santé, a déploré, lors d'un point presse, la présidente de la Coordination, Hélène Derrien.

La coordination, qui compte une centaine de comités adhérents, pointe notamment "l'épée de Damoclès" soulevée par le dernier avis du Haut conseil pour l'avenir de l'Assurance maladie (HCAAM), publié mardi et qui préconise la création de 600 établissements de santé communautaires recentrés sur des activités de médecines polyvalentes. 

"Les inégalités vont s'aggraver"...

Mais "notre définition des hôpitaux de proximité, c'est une maternité, un bloc opératoire et un service d'urgences avec service mobile de réanimation (Smur)", sinon l'hôpital devient "coquille vide", a-t-elle poursuivi. Les inégalités vont s'aggraver et "il ne va pas faire bon vivre entre deux métropoles", prévient la Coordination. De plus, la pénurie de médecins touche aujourd'hui "les grandes villes, même Paris".

"J'ai déjà 68 ans et je ne trouve pas de successeur", a témoigné Patrick Laine, médecin généraliste à Saulnot (Haute-Saône), qui a déjà tenté sans succès, via une annonce en ligne, de transmettre "gratuitement" sa patientèle et son matériel médical.  La Coordination prône "la remise en cause de la liberté d'installation des médecins".

Un service sanitaire d'un nouveau genre ?

"Aujourd'hui, kinés, pharmaciens, infirmiers sont tous régulés, mais pas les médecins", a regretté Mme Derrien, proposant un "service sanitaire" d'un nouveau genre, où les étudiants en médecine s'engageraient à exercer "quelques années, par exemple trois à cinq ans", dans les territoires sous dotés, a-t-elle détaillé.

La Coordination souhaite aussi "réguler le numerus clausus", "refonder les études médicales" et développer des "centres publics de santé" en lien avec la médecine libérale.

Lors d'un débat, les comités ont dénoncé "la volonté des ARS" (Agence  régionale de santé) de "transformer de plus en plus de petits services d'urgences en centres de soins non programmés", n'ayant "ni l'obligation d'être ouverts 24h sur 24", ni celles "d'avoir un plateau technique d'appui" ou "un urgentiste sur place en permanence".

Ils ont enfin dénoncé un nouveau décret, publié en juin, qui modifie l'effectif médical minimum des urgences en cas de "faible activité" et menace donc "directement" les petits centres.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide à Nans-Sous-Sainte-Anne : un appel au soutien du maire devant le tribunal administratif ce jeudi à Besançon

Le maire de Nans-Sous-Sainte-Anne Emmanuel Cretin, a publié un arrêté anti-pesticide en octobre 2019 voté au conseil municipal à l'unanimité. Le préfet du Doubs a très rapidement saisi le tribunal administratif de Besançon. Le maire de la petite commune est convoqué par le juge des référés le 14 novembre prochain…

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

#MoisSansTabac : l’ANPAA mobilisée en Bourgogne-Franche-Comté pour aider les fumeurs à « relever le défi »

Pour la quatrième année consécutive, les équipes de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA) sont mobilisées en Bourgogne- Franche-Comté pour l’opération Moi(s) sans tabac qui se déroule tout au long du mois de novembre 2019. Cette opération encourage tous les fumeurs, "à travers une approche positive et collective", à relever le défi d’un arrêt du tabac pendant au moins 30 jours.

Pollution de l’air : une journée européenne du radon

Le 7 novembre 2019 est la journée européenne consacrée au radon. Cette journée, instaurée le jour de l’anniversaire de la naissance de Marie Curie, a pour objectif de sensibiliser le public sur un polluant de l’air intérieur, "seconde cause de cancer du poumon après le tabac et avant l’amiante", indique ATMO Bourgogne Franche-Comté.

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

4ème édition du #MoisSansTabac : un village pour aller à la rencontre des fumeurs et de leur entourage

Le Ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France ont lancé la 4ème édition de #MoisSansTabac en partenariat avec l’Assurance Maladie. Depuis 2016, 580 982 inscriptions au grand défi de l’arrêt du tabac ont été comptabilisées, dont 23 290 en Bourgogne-Franche-Comté. Ce dispositif propose aux fumeurs un accompagnement au sevrage jour après jour. Ce rendez-vous annuel a débuté dès le mois d’octobre 2019 pour les participants, invités à s’inscrire via la plateforme dédiée

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.44
légère pluie
le 18/11 à 15h00
Vent
1.49 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
97 %

Sondage