Alerte Témoin

Les jardins de la guinguette font revivre les légumes oubliés

Publié le 11/05/2017 - 16:20
Mis à jour le 12/05/2017 - 08:10

Adeline Simon, à l'origine des jardins de la guinguette, produit des légumes oubliés sur un demi-hectare de terre depuis 2012 sur la commune de Les Hays dans le Jura. Le restaurant l'Effet Boeuf à Besançon sert de point de distribution depuis le 9 mai 2017. 

A 36 ans, cette fille d'agriculteur ne s'est pas tout de suite consacrée au maraîchage biologique. Elle a fait ses débuts en graphisme sur la capitale mais très vite a voulu "revenir aux sources". "Je voulais du sens à ma vie et cela me plaît d'être toute la journée dehors, c'est plus riche humainement". Elle a d'ailleurs été sacrée "coup de cœur du jury" lors des Talents gourmands 2017.

150 variétés de tomates

La particularité des "jardins de la guinguette" c'est la diversité des vieux légumes proposés par la maraîchère "je produis des choux kale, des tubéreux, des panais, des radis-serpent, diverses variétés de tomates…)". La très connue tomate rouge n'est pas la seule de sa variété chez Adeline. Elle ne cultive pas moins de 150 variétés de tomates "de toutes les couleurs et les formes".

A l'instar de la campagne lancée dans les grandes surface pour "les gueules cassées", ces légumes difformes mais tout aussi comestibles, les légumes d'Adeline ne sont pas "calibré et identiques". "Si vous faîtes tomber une tomate, la mienne ne va pas rebondir" ironise-t-elle.

Des contraintes de production

La maraîchère explique que "ces légumes sont plus difficile à faire pousser et sont plus délicats à transporter". Le maraîchage biologique respecte "les saisons" et Adeline va jusqu'au bout de son projet en faisant elle-même ses semis à la mi-février. Elle respecte les protocoles anciens en "superposant des couche chaude de fumier de cheval". La maraîchère précise qu'elle n'utilise pas de "mappes chauffantes". Ce processus sert à maintenir la chaleur nécessaire au développement des tomates soit 22°C lors de période de froid.

Adeline s'affaire également à la culture sur billons. Elle consiste à créer des rangées de petites buttes préparées l'année précédente, elles sont ensuite aplaties. Ce système permet de "réchauffer la terre et permet un meilleur drainage".

Info +

  • Les légumes des " jardins de la guinguette"  sont distribués via une inscription sur le site de l'AMAP 25 ou sur le site de l'avenir bio.
  • Un point de vente est fixé à Besançon (faire une commande au panier de la serre au préalable) au restaurant l'Effet Bœuf 3 Rue Mairet depuis le 9 mai 2017. Les horaires dédiés à la remise des paniers est le mardi une semaine sur deux de 17h30 à 19h15.
  • Les produits sont également disponibles sur le site de la CoopérActive Paysanne de Dole ou au local au 30 avenue Maréchal Juin à Dole.
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Bilan de la délinquance en 2019 en France : une hausse des cambriolages en Bourgogne Franche-Comté

Le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI) a publié mercredi 30 septembre 2020 sa 4e édition du bilan statistique "Insécurité et délinquance" pour l’année 2019, dans un contexte exceptionnel : la sortie prévue initialement le 31 mars 2020 en a été décalée suite à la crise sanitaire liée au Covid-19 alors que, de manière inédite, un tableau de bord hebdomadaire de la délinquance enregistrée par la police et la gendarmerie a été publié pendant la période du confinement.

Marche sur l’aéroport de Dole-Tavaux ce samedi pour « dénoncer les subventions massives accordées au secteur aérien »

Ce samedi 3 octobre, Alternatiba et ANV-COP21 invitent à marcher sur tous les aéroports français, "avec détermination et non-violence", pour "dénoncer les subventions massives accordées au secteur aérien et demander la reconversion de ces activités, en solidarité avec les salarié.es qui subissent une crise sociale due à des mauvais choix politiques." En Franche-comté, le rendez-vous est donné à 10 heures devant l'aéroport de Dole-Tavaux.

Les jeunes pointés du doigt dans l’épidémie de Covid : le message du préfet du Doubs

En septembre, mois de rentrée universitaire et du retour des soirées étudiantes, les jeunes ont été pointés du doigt et jugés comme co-responsables de l'augmentation de cas positifs à la Covid-19 à Besançon comme dans de nombreuses villes de France. Le préfet du Doubs Joël Mathurin a un message pour eux…

Elevages de visons interdits « sous cinq ans » : un élevage concerné en Franche-Comté

En plus de la prochaine interdiction de la présentation d'animaux sauvages dans les cirques, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé mardi 29 septembre la fin de l'élevage de visons pour la fourrure d'ici 2025. Des décisions très attendues depuis des décennies par tous les défenseurs des animaux. En Franche-Comté, un élevage en Haute-Saône est concerné.

Rassemblements amicaux et familiaux : les conseils du préfet du Doubs

COVID-19 • Depuis lundi 28 septembre 2020, les rassemblements privés de plus de 30 personnes sont interdits, ce qui n'empêche pas les petits repas en famille et les apéros entre amis qui peuvent eux aussi être des sources de propagation de la Covid-19. Entre "bulles sociales" et rencontres rares avec des personnes, le préfet du Doubs donne ses conseils. Il évoque également la présence des personnes fragiles en réunion familiale…

Sondage – Malgré l’épidémie de Covid-19 et les mesures sanitaires, allez-vous au cinéma, voir des spectacles et des concerts en Bourgogne Franche-Comté ?

Les cinémas, les théâtres et quelques salles de concerts sont ouverts au public en respectant des protocoles sanitaires strictes. Malgré tout cela, allez-vous au cinéma, voir des spectacles ou des concerts ? C'est notre sondage de la semaine.

Livres Dans la Boucle 2020

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.6
légère pluie
le 01/10 à 21h00
Vent
1.37 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
97 %

Sondage