Les trois derniers élevages français de visons indemnes du Covid-19

Publié le 09/12/2020 - 18:17
Mis à jour le 09/12/2020 - 18:17

Les trois derniers élevages français de visons, dont deux se situent en Franche-Comté à Emagny et Montarlot-lès-Rioz,  sont « aujourd’hui indemnes » de la maladie Covid-19, détectée en novembre dans une quatrième exploitation en Eure-et-Loir où les bêtes à fourrure ont été abattues, a annoncé mercredi le gouvernement.

Elevage de visons à Emagny©dr ©
Elevage de visons à Emagny©dr ©

L’élevage de visons de Champrond-en-Gâtine en Eure-et-Loir était l’un des quatre présents en France , avec celui d’Emagny (Doubs), Rives-D’Andaine (Orne), et Montarlot-lès-Rioz (Haute-Saône)

"Un élevage de visons a été entièrement dépeuplé et les trois autres sont aujourd'hui indemnes de SARS-CoV-2", le virus qui cause le Covid-19, indiquent dans un communiqué les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de la Transition écologique.

Des analyses étaient conduites par l'agence sanitaire Anses depuis mi-novembre, après la détection de nombreux cas de contamination en Europe dans des élevages de visons, seul animal connu à ce jour à pouvoir être infecté par le nouveau coronavirus et recontaminer l'homme.

Ces contaminations ont entraîné des abattages massifs, ainsi qu'une crise politique au Danemark, où la gestion des autorités a été critiquée et où le ministre de l'Agriculture a fini par démissionner.

Début novembre, le gouvernement danois avait annoncé l'abattage généralisé de tous les visons du pays, à cause d'une mutation problématique du coronavirus via ces mustélidés qui pouvait selon des études préliminaires menacer l'efficacité du futur vaccin pour les humains.

Ce type de mutation n'a pas été détecté dans le seul élevage contaminé français, précisent les ministères mercredi: "L'analyse de séquençage du virus découvert dans l'élevage d'Eure-et-Loir permet d'exclure toute contamination par le variant SARS-CoV-2."  "Une transmission locale à partir d'humains infectés par le SARS-CoV-2 constitue la source la plus probable de contamination des visons de cet élevage", est-il ajouté.

Le gouvernement indique par ailleurs que l'Anses doit rendre, d'ici à la mi-décembre, son avis concernant "les modalités appropriées de surveillance de l'infection SARS-Cov-2 à mettre en place dans les trois élevages, pour les visons comme pour les travailleurs au contact de ces animaux".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ?

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Numérique en santé : l’Europe consolide son soutien à la plateforme régionale eTICSS

Au cœur de la stratégie e-santé en Bourgogne Franche-Comté, eTICSS est l’outil clé de la transformation numérique des parcours de santé dans la région. Dans un communiqué daté du 3 avril 2024, la Région Bourgogne-Franche-Comté annonce avoir mobilisé 10,5 millions d'euros de financements européens pour la seconde phase du projet numérique.

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté se mobilise pour attirer et fidéliser les professionnels de santé

L’agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté anime depuis un an, avec ses partenaires, un plan de mobilisation en faveur des métiers du social, du médico-social, et de la santé. Les mesures concrètes, de l’orientation à l’emploi, sont d’ores et déjà nombreuses. On fait le point.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.36
légère pluie
le 17/04 à 6h00
Vent
2.5 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %