L'État va aider à armer et protéger les policiers municipaux

Publié le 27/01/2015 - 11:33
Mis à jour le 16/04/2019 - 14:11

Alors que le maire de Besançon a promis un débat sans tabou sur la question et que les syndicats SNPM/CFE-CGC réclament le port d'arme à feu dans la ville, le gouvernement a décidé de mettre à disposition des municipalités plus de 4.000 revolvers pour les policiers municipaux en France. Une aide pour l'achat de 8.000 gilets pare-balles est également proposée. 

police_municipale-001.jpg
©damien poirier
PUBLICITÉ

À l’issue d’une réunion avec les syndicats de policiers municipaux à laquelle participaient François Baroin (président de l’association des maires de France – AMF) , et Christian Estrosi  (président de la Commission consultative des polices municipales), le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’État mettrait « gracieusement » à disposition des collectivités qui le souhaiteraient des revolvers Manhurin, « dans la limite des stocks disponibles« , soit plus de plus de 4.000 armes disponibles. 

Cette réunion en vue d »améliorer les conditions de travail et de protection des personnels fait suite aux attentats de Paris des 7, 8 et 9 janvier, au cours desquels 17 personnes ont été tuées, dont deux policiers et une policière municipale.

Dans un communiqué, le Syndicat de défense des policiers municipaux s’est dit « totalement insatisfait des prétendues +annonces+« , dont une partie avait déjà été énoncée en 2010 après la mort d’Aurélie Fouquet, une policière municipale tuée dans le Val-de-Marne. « Les maires resteront libres de ne pas armer les policiers municipaux et sont confortés dans cette position par l’AMF », regrette-t-il.

AMF : Il n’est pas question d’armer « l’ensemble » des policiers municipaux 

Cette mesure « à cadre juridique constant » signifie qu’il n’est « pas question d’armer l’ensemble des policiers municipaux« , a de son côté fait valoir l’AMF. François Baroin, président de l’Association des maires de France, s’est quant à lui déclaré « satisfait des modalités des annonces et du calendrier« .

Une aide « jusqu’à 50 % » pour l’achat de gilets pare-balles 

De même, afin d’aider « les communes et les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à financer le renforcement de la protection des policiers municipaux, notamment en gilets pare-balles, le gouvernement a décidé un accroissement de deux millions d’euros des ressources du Fonds interministériel de prévention de la délinquance, représentant une aide – pouvant aller jusqu’à 50% – à l’acquisition de 8.000 gilets« , ajoute le ministère.

Subvention à hauteur de 30 % pour l’acquisition de postes radio

Afin d’améliorer l’interopérabilité des réseaux de communication entre forces de sécurité nationales et municipales, l’État va également subventionner les communes et EPCI à hauteur de 30% pour l’acquisition de postes de radio, pour « une meilleure efficacité opérationnelle et une sécurité accrue des policiers municipaux« , via « le déclenchement d’alertes générales en cas d’agression« .

Accès aux fichiers de la police nationale et de la gendarmerie 

Enfin, « un meilleur accès des polices municipales aux fichiers de la police et de la gendarmerie nationale sera favorisé, dans le respect du cadre fixé par la loi« , a ajoutéBernard Cazeneuve.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Reprise des traitements de Vincent Lambert : « cela ressemble vraiment à de l’acharnement thérapeutique »

Reprise des traitements de Vincent Lambert : « cela ressemble vraiment à de l’acharnement thérapeutique »

Le cas de Vincent Lambert, resté paraplégique après un grave accident de la route en 2008, suscite de vifs débats en France. Ces derniers se sont intensifiés depuis l'arrêt des soins et le volte-face ce lundi soir de la cour d'appel de Paris qui ordonne leurs reprises. Que dit la loi ? Réponses…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.2
couvert
le 27/05 à 6h00
Vent
1.49 m/s
Pression
1013.59 hPa
Humidité
95 %

Sondage