Leucémie d’une mère de famille à Dijon : pas « d’appel urgent » aux dons de plaquette

Publié le 28/08/2019 - 14:30
Mis à jour le 28/08/2019 - 13:31

Dans les médias est apparu en début de semaine un « appel urgent » aux dons de plaquettes pour une femme atteinte d’une leucémie en Côte d’Or. L’EFS Dijon l’assure : cette patiente n’a pas besoin de d’avantage de mobilisation. Par contre, la mobilisation quotidienne est toujours de mise…

sang.png
©Alicia Sudre/IUT Besançon-Vesoul
PUBLICITÉ

L’histoire avait de quoi mobiliser les foules, et à raison. Aurélie, 36 ans, mère de trois enfants, apprend en juillet dernier qu’elle est atteinte d’une leucémie aigüe. Elle a donc besoin, pour sa chimiothérapie, de transfusions, notamment de plaquettes.

Problème, Aurélie rejette certaines plaquettes et a besoin d’un type très spécial et très rare. Un appel aux dons de plaquettes est donc lancé sur internet, pour essayer de trouver un type qui lui convient. Et l’appel fait son effet : très rapidement, l’EFS de Dijon est assailli d’appels de donneurs qui veulent donner pour Aurélie.

Une situation mal comprise

Une vague de générosité qui fait chaud au cœur et redonne espoir à tous ceux qui disent que l’humanité se perd. Cependant, la situation a été « mal perçue » pour l’EFS Dijon, qui tient à rassurer le public :

« En réalité, il n’y a pas d’appel aux dons pour cette patiente : les premières plaquettes ont en effet été rejetées, mais les suivantes ont fonctionné. Et surtout, cette patiente recevra comme prévu tous ses futurs traitements en temps et en heure. »

Nul besoin particulier pour Aurélie donc, malgré la rareté de ses besoins en plaquettes, autre qu’une énorme dose de courage pour l’accompagner dans cette épreuve.

Le don dirigé n’est pas possible

« De plus, certains donneurs appelaient parfois en voulant donner spécifiquement à cette patiente, mais il faut rappeler que, malgré la bonne intention, le don dirigé n’est pas possible en France. Même s’il y avait compatibilité, c’est à l’EFS que revient le choix de donner à telle ou telle personne, selon les besoins » rappelle l’EFS.

Un appel au « calme » dans les dons…

Enfin, une soudaine explosion des dons de plaquettes, bien que venant d’une bonne volonté exemplaire, n’est pas forcément utile. « Il faut se dire que l’EFS ne manque pas de sang ou de plaquettes : les patients en Bourgogne Franche-Comté sont toujours traités en temps et en heure ». Autrement dit, 100% des objectifs sont toujours réalisés, « grâce à la mobilisation quotidienne des donneurs. »

… Car on ne peut pas faire de stocks

Mais quel mal y aurait-il à faire des stocks grâce à une vague de dons ? « Le problème, c’est que les plaquettes périment en 5 à 7 jours ; il n’est donc pas vraiment possible de faire des stocks » regrette l’EFS.

Et lorsque l’EFS fait en effet des appels aux dons, par exemple en été ou pour les jours fériés, c’est « qu’il y a un risque très réel que les réserves tombent à zéro et que des patients ne puissent pas être transfusés, mettant ainsi leur vie en danger. »

Continuer la mobilisation quotidienne

Autrement dit, la mobilisation quotidienne permet à l’EFS de remplir 100% de ses objectifs, et l’appel aux dons ne se fait qu’en cas de véritable manque. L’EFS rappelle donc que « la mobilisation quotidienne doit se poursuivre en Bourgogne Franche-Comté, où 600 dons sont nécessaires chaque jour pour que les patients de la région soient traités en temps et en heure. » 

Pour rappel, 25 000 patients sont traités chaque année, juste dans la région. « On ne remerciera jamais assez les donneurs » conclut l’EFS.

Infos +

Pour savoir où donner selon vos disponibilités, vous pouvez vous rendre sur le site de l’EFS. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Urgences : Buzyn dévoile un « pacte de refondation » à 750 millions, sans lits supplémentaires

Acculée par la grève inédite touchant les services d'urgences depuis près de six mois, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a détaillé ce lundi 10 septembre 2019 un "pacte de refondation" de 750 millions d'euros sur trois ans, mais ne prévoyant ni les lits ni les effectifs supplémentaires réclamés par les grévistes. La CGT a annoncé lundi soir qu'elle maintenait son appel à manifester mercredi.

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Quels réflexes adopter face aux tiques ?

Dans le cadre du plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, la Ville de Besançon organise cette année encore, une campagne d’information et de prévention pour le grand public sur les morsures de tiques pour sensibiliser les Bisontins aux bonnes pratiques à adopter lors d’activités dans la nature.

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 11.25
peu nuageux
le 18/09 à 0h00
Vent
3.33 m/s
Pression
1021.12 hPa
Humidité
74 %

Sondage