L'implantation du moustique-tigre se poursuit vers le nord de la France

Publié le 28/05/2015 - 09:49
Mis à jour le 28/05/2015 - 09:49

L'implantation du moustique-tigre, propagateur de maladies tropicales comme la dengue et le chikungunya, se poursuit en direction du nord de la France, ont indiqué mercredi 27 mai 2015 plusieurs acteurs institutionnels en charge de la lutte contre la propagation de l'insecte en Saône-et-Loire.

1024px-aedes_albopictus.jpg
Un moustique-tigre ©James Gathany/CDC - http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Aedes_Albopictus.jpg
PUBLICITÉ

A ce jour, ce département constitue sa zone d’implantation la plus septentrionale sur le territoire français. Signalé depuis 2010 dans le département bourguignon, Aedes albopictus, plus connu sous le nom de moustique-tigre, était jusqu’ici implanté dans une petite vingtaine de départements du sud du pays (principalement en Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Corse, Paca et Rhône-Alpes).

« La propagation est extrêmement rapide », a souligné Rémi Foussadier, responsable de l’entente interdépartementale de démoustication en Rhône-Alpes. L’insecte se propage en « sauts de puce » et « une fois installé, il se diffuse en tâches d’huile« , a-t-il poursuivi.

Un nouvel arrêté pour limiter le risque de dissémination des maladies

Après avoir classé en décembre la Saône-et-Loire comme département où l’insecte est officiellement implanté, les autorités préfectorales viennent de prendre le 9 mai un nouvel arrêté visant à limiter le risque de dissémination des maladies comme la dengue et le chikungunya, conformément au dispositif mis en place dès 2006 par le ministère de la Santé pour prévenir et limiter la circulation de ces virus dont le moustique-tigre est un vecteur potentiel. Pas infecté, l’insecte est inoffensif.

La déclinaison de ce plan au niveau départemental vise à sensibiliser le grand public à la lutte contre l’insecte via, par exemple, la suppression des eaux stagnantes ; mais aussi les professionnels de santé appelés à détecter le plus rapidement possible les malades de dengue ou chikungunya. Il met en oeuvre également la surveillance via un réseau de pièges et la lutte contre le moustique.« En l’absence de risque sanitaire, on ne se lance pas dans la lutte contre les adultes mais contre les larves », a précisé le préfet de Saône-et-Loire, Gilbert Payet. « S’il devait y avoir des cas avérés de chikungunya ou de dengue, la mobilisation serait beaucoup plus drastique. »

Rappel des faits

En 2014, seuls cinq cas de chikungunya et trois de dengue ont été signalés en Bourgogne. Et les personnes infectées par ces virus tropicaux l’avaient été à l’étranger. Ces deux maladies se transmettent uniquement par l’intermédiaire d’une piqure de moustique-tigre infecté. Le moustique-tigre a déjà été signalé dans plusieurs départements au nord de la Loire: dans l’Yonne, dans les départements alsaciens, mais aussi à Paris, en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne. Originaire d’Asie du Sud-Est, il a commencé sa propagation en métropole en 2004.

(Source : AFP)
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

Peut-ont vacciner contre le cancer ?

recherche • C’est l’enjeu de recherches menées depuis dix ans déjà par le Professeur Olivier Adotévi et l’UMR 1098 Inserm/EFS/UFC de Besançon. L’équipe qu’il dirige a mis en place un vaccin thérapeutique anti-cancer universel, et non préventif,  appelé UCPVax, breveté en 2012. Les premiers essais cliniques ont été engagé depuis la fin de l'année 2016 au CHRU de Besançon

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

15 août : une semaine de dons en Franche-Comté

Pour l’EFS, le jour férié du 15 août représente 600 pochettes de sang en moins, rien qu’en Franche-Comté. Pour pallier à ce manque, il organise une semaine du don, jusqu'au 17 août, à Besançon, Belfort et dans plusieurs villages de la région. Un masseur sera même aux Hauts-du-Chazal...

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Neuf astuces pour éviter les piqûres de moustiques…

Le soleil, la chaleur… Que de bons côtés dans l’été qui nous feraient presque oublier que cette saison est également synonyme d’invasion de moustiques. Chaque année, les femelles moustiques (car oui, ce sont elles qui nous piquent !) sont responsables de millions de boutons qui démangent. Après avoir essayé les prises ou les sprays, nous nous sommes demandés quels étaient les remèdes naturels anti-moustiques...

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Ambroisie : Comment en venir à bout ?

Depuis quelque temps, une tache d'ambroisie, plante très allergisante, a été repérée à Besançon. Elle sera rapidement arrachée par les autorités compétentes. Que doit-on faire si l'on est confronté à cette plante sur son terrain ? Un agent de Fredon Franche-Comté nous répond.

Santé : évitez l’hydrocution

Santé : évitez l’hydrocution

Choc thermique • L'été est chaud, c'est donc l'occasion de profiter des lacs et des piscines des environs pour se rafraîchir et se détendre. Mais attention à l'hydocution ! Après un bon barbecue et quelques verres de rosé au soleil, on pourrait avoir envie courir dans l'eau pour se rafraîchir... Les professionnels de la santé vous diront que c'est une très mauvaise idée ! Voici quelques précautions à prendre avant de plonger.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.95
ciel dégagé
le 23/08 à 18h00
Vent
3.21 m/s
Pression
1020.55 hPa
Humidité
74 %

Sondage