Loi de santé : les IVG pourront être pratiquées par les sages-femmes

Publié le 29/09/2015 - 10:33
Mis à jour le 29/09/2015 - 14:22

Après l'approbation de l'article du projet de loi santé de la part de l'Assemblée nationale puis de celle du Sénat ce lundi 28 septembre 2015, les sages-femmes pourront pratiquer des interruptions volontaires de grossesse (IVG) médicamenteuses. 

marisol_touraine.jpg
Marisol Touraine (Besançon 31 mai 2013)©roman
PUBLICITÉ

La commission des Affaires sociales du Sénat avait supprimé cet article, mais les sénateurs, par un vote à main levée, l’ont rétabli en adoptant un amendement de la socialioste Catherine Génisson.

La ministre de la Santé Marisol Touraine a défendu cette mesure comme « une réponse de proximité parmi d’autres » pour les femmes qui souhaitent avorter. « Les sages-femmes sont compétentes en la matière et constituent un véritable maillage territorial permettant un meilleur accès à l’IVG », a renchéri Jean-Claude Ruquier (RDSE, à majorité PRG).

« Chaque année 6.000 femmes sont contraintes de se rendre à l’étranger car elles ne parviennent pas à trouver de solutions à proximité dans les délais légaux », a plaidé de son côté Fabienne Keller (Les Républicains, LR). « Permettre aux sages-femmes de pratiquer l’IVG médicamenteuse permettra ainsi d’améliorer l’accès des femmes à ce type d’IVG en France, à proximité de chez elles », a-t-elle ajouté.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.68
ciel dégagé
le 22/05 à 3h00
Vent
1.24 m/s
Pression
1019.91 hPa
Humidité
97 %

Sondage