Lundi de Pentecôte : une "journée de solidarité" boudée

Publié le 09/06/2014 - 09:11
Mis à jour le 17/04/2019 - 15:38

Ce lundi 9 juin est, depuis dix ans, une « journée de solidarité » envers les personnes âgées et dépendantes. Aujourd’hui, en France, quatre salariés sur cinq ne travaillent pas. Cette journée de travail non rémunérée doit rapporter 2,46 milliards d’euros en 2014.

 ©
©

Créée par la loi du 30 juin 2004, en réaction à la canicule meurtrière de 2003, la journée de solidarité, destinée à améliorer la prise en charge des personnes âgées, avait initialement été fixée au lundi de Pentecôte. Mais depuis 2008, les employeurs peuvent organiser cette journée comme ils le souhaitent. Certains optent pour la suppression d'un jour de congé ou de RTT, et certaines entreprises en font cadeau à leurs salariés.

Selon le groupe Randstad "seuls 20 à 30 %" des salariés travailleraient ce lundi. La majorité des groupes industriels seront à l'arrêt, et dans le BTP l'activité sera faible, selon cette étude.

Les entreprises de logistique tirent aussi généralement le rideau, en raison d'une interdiction administrative visant le transport routier ce jour-là. Les commerces devraient être ouverts, mais les transports en commun fonctionneront au ralenti, comme chaque jour férié.

Selon la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), la journée de solidarité aura rapporté en dix ans près de 23,5 milliards d'euros, dont 2,41 milliards en 2013 (+ 0,8 %) et 2,46 milliards prévus cette année.

Cet argent va-t-il vraiment aux services des personnes âgées et handicapées ?

L'an dernier, l'AD-PA, qui regroupe les directeurs de services à domicile et d'établissements pour personnes âgées, assurait que "près de 3milliards d'euros ont été détournés de leur objectif" depuis l'origine.

Faux, répond le gouvernement : les recettes vont "bien en direction des personnes âgées et des handicapés". En revanche, certains crédits ne sont pas consommés chaque année en raison "d'un décalage entre les décisions et leur exécution". Ils sont alors mis en réserve.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Tarifs des péages d’autoroute en hausse : " La mobilité se transforme en luxe " pour " 40 millions d’automobilistes "

L’augmentation moyenne du tarif des péages d’autoroute à hauteur de 4,75 % entrera en vigueur à compter de ce mercredi 1er février 2023. Selon l’association 40 millions d’automobilistes, c’est "une hausse inadmissible qui s’ajoute au prix délirant des carburants et transforme la mobilité en luxe."

Inquiétude des boulangers dans le Doubs : " Je ne laisserai pas un boulanger fermer " (Préfet du Doubs)

À l’occasion de la traditionnelle cérémonie de la galette à la préfecture du Doubs ce jeudi 26 janvier, le président de l’Union patronale des boulangers du Doubs, Damien Vauthier, a tenu un discours rappelant l’inquiétude de la profession face à la crise énergétique, mais aussi la hausse du prix des matières premières devant un préfet du Doubs déterminé à aider la profession.

Bourgogne Franche-Comté : 3 millions d’euros pour soutenir les boulangeries et les boucheries

CRISE ÉNERGÉTIQUE • En raison de crise énergétique qui sévit actuellement en France comme dans de nombreux pays européens, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne Franche-Comté a annoncé mercredi 25 janvier un coup de pouce pour soutenir les boulangeries-pâtisseries et les boucheries-charcuteries à hauteur de 3 millions d’euros.

Région Bourgogne Franche-Comté : un budget à 2 milliards d’euros pour 2023

La présidente de Région, Marie-Guite Dufay, a réuni les élus du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté en session plénière mercredi 25 et jeudi 26 janvier 2023. Principal dossier à l’ordre du jour de l’assemblée : le vote du budget régional 2023 d’un montant de 1,967 milliard d’euros (hors gestion active de la dette) dont plus de 1,6 milliard d’euros est dédié au financement des politiques publiques, soit plus de 81 % du budget régional.

La Banque Populaire Bourgogne-Franche-Comté réaffirme ses ambitions pour 2023

Dans un contexte économique peu engageant, la Banque Populaire de Bourgogne-Franche-Comté (BP BFC) a tenu une conférence de presse présidée par son directeur général Jean-Paul Julia, afin de dresser le bilan de l’année écoulée et de faire le point sur les ambitions portées par la banque en 2023. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.75
couvert
le 01/02 à 3h00
Vent
2.24 m/s
Pression
1030 hPa
Humidité
91 %