À Gray, Macron veut pénaliser les abandons pour éviter l'achat "impulsif" d'animaux

Publié le 04/10/2021 - 06:09
Mis à jour le 04/10/2021 - 15:19

À l’occasion de la Journée mondiale des animaux, Emmanuel Macron s’est rendu ce lundi 4 octobre 2021 dans un refuge de la SPA pour chiens et chats à Gray, en Haute-Saône, à l’approche d’une présidentielle où la maltraitance animale s’invite dans le débat.

Le chef de l'Etat veut montrer à cette occasion, explique l'Elysée, "l'action menée en faveur des animaux de compagnie, en particulier le plan inédit de lutte contre l'abandon lancé en décembre 2020" ainsi que les 20 millions d'euros de subventions prévues par le plan d'investissement France Relance. Le refuge qu'il a visité a d'ailleurs bénéficié d'une subvention.

"Nous sommes un pays attaché au bien-être animal (…) néanmoins, nous sommes confrontés depuis de décennies au problème de l’abandon. La France détient le record d’Europe avec environ 100.000 chats et chiens abandonnés", souligne le chef de l’Etat devant la presse ce lundi.

Il entend répondre à ce problème en développant une stratégie : "changer les conditions d’achat et permettre de responsabiliser les acheteurs. La loi qui est en train d’être discuté au Parlement permettra de d’éviter l’achat impulsif en ligne, d’obtenir des engagements, éviter d’acheter un chat ou un chien comme un jouet (…) nous allons renforcer les sanctions pour être plus dissuasif".

"Ne pas opposer les mondes"

"On oppose trop souvent d'un côté les associations qui se battent pour la cause animale et de l'autre les éleveurs et chasseurs, qui sont des acteurs de la ruralité. On n'avancera qu'en réconciliant", a plaidé le président de la République.

"Nous avons fait moderniser 150 abattoirs dont 50 ont été équipés de caméras de vidéosurveillance", a-t-il poursuivi, en réponse aux associations qui reprochent au texte de ne pas prévoir de vidéosurveillance obligatoire dans tous les abattoirs.

Jeudi soir, le Sénat, dominé par LR, a voté une version très édulcorée d'une proposition de loi contre la maltraitance animale soutenue par le gouvernement.

 Interrogé sur les 2,2% réalisés par le parti animaliste aux élections européennes, il a estimé que "c'est une cause qui touche beaucoup nos compatriotes, en particulier les jeunes mais pas uniquement, car on a pris plus encore conscience que nous étions au milieu du vivant". Mais ce sujet ne doit pas générer de nouvelles "tensions", a-t-il souhaité

Il a par ailleurs annoncé un doublement des aides aux refuges, portées à 30 millions dans le plan de relance. "A un salon de l'agriculture, j'avais pris déjà un oeuf par ce que j'étais candidat - à l'époque j'étais candidat - car je m'étais engagé pour la modernisation dans le secteur des poules pondeuses pour que s'améliore la condition animale", a-t-il rappelé.

"Tout le monde est attaché à la condition animale mais en même temps nos compatriotes sont attachés à la ruralité et à des traditions", a conclu le chef de l'Etat en défense de la chasse. Quant aux chasses présidentielles, dont il avait évoqué comme candidat le rétablissement, "il n'y en a plus depuis Jacques Chirac, c'est un canard auquel il faut tordre le cou", a-t-il répondu.

La cause animale doit notamment sa visibilité croissante depuis cinq ans aux actions militantes d'associations, comme L214 et ses vidéos choc de maltraitance dans des abattoirs.

Le gouvernement a notamment décidé d'interdire la castration à vif des porcelets, à partir du 1er janvier 2022.

Tout en ménageant les chasseurs, le chef de l'Etat a régulièrement mis en scène son chien Nemo, adopté à la SPA, tandis que sa rivale Marine Le Pen s'affiche avec ses chats.

(Avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Le Sénat adopte un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin à 20 ans d’inaction publique 

Le Sénat a adopté à l'unanimité, le 11 avril 2024, un plan de lutte contre le frelon asiatique qui met fin au désengagement de l’État en la matière et qui met à mal la filière apicole et les pollinisateurs sauvages. ”Une victoire importante et une avancée majeure, vingt ans après la détection de cette espèce sur le territoire national”, pour Jean-François Longeot, sénateur du Doubs. 

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

Élections européennes du 9 juin 2024 : modalités pour s’inscrire et voter

Le 9 juin 2024, les Français en âge de voter et les ressortissants d’un État-membre de l’Union européenne résidant en France seront appelés à voter pour l’élection des représentants de la France au Parlement européen. Comment s'inscrire sur les listes électorales et voter ?

L’élu bisontin Kévin Bertagnoli dépose plainte pour “harcèlement” et “menaces de mort”

Le président du groupe Génération-s et adjoint en charge de la Démocratie participative et de la participation citoyenne à la Ville de Besançon, a décidé de porter plainte auprès du procureur de la République contre les auteurs de publications malveillantes survenues suite à son intervention lors du dernir conseil municipal de Besançon du 4 avril 2024.

Pancartes brandis par les élus RN en conseil régional : les réactions s’enchaînent…

+ Plainte du MRAP • Suite aux pancartes "Violeurs étrangers dehors" brandis par les élus du Rassemblent nationale en soutien au collectif Némésis durant le conseil régional du 11 avril 2024, les réactions s’enchainent… Pour rappel, Marie-Guite Dufay, la présidente de la Région, a indiqué son intention de porter plainte.

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay veut porter plainte contre des élus RN après des pancartes anti-immigrés en plein conseil

Marie-Guite Dufay, la présidente socialiste du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a annoncé jeudi 11 avril 2024 son intention de porter plainte pour "incitation à la haine" contre des élus du Rassemblement national qui ont brandi des pancartes anti-immigration en séance plénière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.18
légère pluie
le 20/04 à 12h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
84 %