Maladies cardiovasculaires : première cause de mortalité chez les femmes

Publié le 29/12/2016 - 15:18
Mis à jour le 30/12/2016 - 08:45

Le décès de l’actrice Carrie Fisher à 60 ans, qui jouait le rôle de princesse Leia dans Star Wars, des suites d’une crise cardiaque est l’occasion de rappeler que les maladies cardiovasculaires sont la 1re cause de mortalité chez les femmes en France. Et en augmentation constante ces dernières années.

28326498-vieille-femme-tenant-sein-en-raison-de-infarctus-du-myocarde-banque-dimages.jpg
Photo d'illustration, libre de droit

Décès de Carrie Fisher

PUBLICITÉ

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez les femmes en France. Elles tuent 8 fois plus que le cancer du sein. Contrairement aux idées reçues, les femmes sont davantage touchées que les hommes par ces maladies : 54 % des victimes sont des femmes. Et les infarctus du myocarde chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces 15 dernières années.

Mauvaise hygiène de vie

L’évolution des modes de vie modifie les choses en profondeur. Les femmes adoptent progressivement les mêmes comportements à risque que les hommes. « Depuis les années 70, les jeunes filles fument plus tôt et plus fréquemment, constate la Fédération française de cardiologie. C’est d’autant plus préoccupant que le risque associé au tabac est plus important chez la femme que chez l’homme et ne dépend pas de l’âge : une consommation de 3 à 4 cigarettes par jour multiplie par 3 le risque d’accident cardiovasculaire. » Sans compter la très mauvaise association tabac / contraception : « Après 35 ans, l’association d’une contraception contenant un œstrogène de synthèse (pilule, patch cutané, anneau vaginal…) avec le tabac constitue un cocktail destructeur qui multiplie par 30 le risque d’infarctus.« 

Les femmes touchées de plus en plus jeunes

Les autres facteurs de risque, de plus en plus développés chez les femmes également, sont la consommation d’alcool, le manque d’exercice physique, une mauvaise alimentation, des problèmes de surpoids, un stress grandissant, la précarité… Autant de facteurs qui réduisent eux aussi l’effet protecteur des œstrogènes naturels. Ainsi, les maladies cardio-vasculaires ne sont plus réservées qu’aux femmes ménopausées. Elles concernent aussi les femmes plus jeunes. Depuis 15 ans, le pourcentage de femmes de moins de 50 ans victimes d’un infarctus a été multiplié par 3 !

1 femme sur 3 décèdera d’une maladie cardiovasculaire

« Mais il n’y a pas de fatalité » pour le professeur Claire Mounier Vehier, cardiologue et présidente de la Fédération française de cardiologie. « En étant actrices de notre santé, nous devons nous mobiliser avec vigueur, sans plus tarder, en particulier aux trois phases clés de notre vie hormonale : 1re contraception, grossesse et ménopause. »

Parmi les conseils à retenir pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires : manger équilibré en prenant son temps, de l’activité physique régulière, ne pas fumer, boire peu d’alcool, moins de stress, réduire le sel, avoir un bon sommeil, rire (pour diminuer la tension nerveuse), pas de contraception avec des oestrogènes de synthèse si l’on fume après 35 ans, et un contrôle médical régulier.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.72
couvert
le 21/05 à 21h00
Vent
0.22 m/s
Pression
1018.6 hPa
Humidité
91 %

Sondage