Maladies cardiovasculaires : première cause de mortalité chez les femmes

Publié le 29/12/2016 - 15:18
Mis à jour le 30/12/2016 - 08:45

Le décès de l’actrice Carrie Fisher à 60 ans, qui jouait le rôle de princesse Leia dans Star Wars, des suites d’une crise cardiaque est l’occasion de rappeler que les maladies cardiovasculaires sont la 1re cause de mortalité chez les femmes en France. Et en augmentation constante ces dernières années.

 ©
©

Décès de Carrie Fisher

Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de mortalité chez les femmes en France. Elles tuent 8 fois plus que le cancer du sein. Contrairement aux idées reçues, les femmes sont davantage touchées que les hommes par ces maladies : 54 % des victimes sont des femmes. Et les infarctus du myocarde chez les femmes de moins de 50 ans ont triplé ces 15 dernières années.

Mauvaise hygiène de vie

L’évolution des modes de vie modifie les choses en profondeur. Les femmes adoptent progressivement les mêmes comportements à risque que les hommes. "Depuis les années 70, les jeunes filles fument plus tôt et plus fréquemment, constate la Fédération française de cardiologie. C’est d’autant plus préoccupant que le risque associé au tabac est plus important chez la femme que chez l’homme et ne dépend pas de l’âge : une consommation de 3 à 4 cigarettes par jour multiplie par 3 le risque d’accident cardiovasculaire." Sans compter la très mauvaise association tabac / contraception : "Après 35 ans, l’association d’une contraception contenant un œstrogène de synthèse (pilule, patch cutané, anneau vaginal...) avec le tabac constitue un cocktail destructeur qui multiplie par 30 le risque d’infarctus."

Les femmes touchées de plus en plus jeunes

Les autres facteurs de risque, de plus en plus développés chez les femmes également, sont la consommation d’alcool, le manque d’exercice physique, une mauvaise alimentation, des problèmes de surpoids, un stress grandissant, la précarité... Autant de facteurs qui réduisent eux aussi l’effet protecteur des œstrogènes naturels. Ainsi, les maladies cardio-vasculaires ne sont plus réservées qu’aux femmes ménopausées. Elles concernent aussi les femmes plus jeunes. Depuis 15 ans, le pourcentage de femmes de moins de 50 ans victimes d'un infarctus a été multiplié par 3 !

1 femme sur 3 décèdera d’une maladie cardiovasculaire

"Mais il n’y a pas de fatalité" pour le professeur Claire Mounier Vehier, cardiologue et présidente de la Fédération française de cardiologie. "En étant actrices de notre santé, nous devons nous mobiliser avec vigueur, sans plus tarder, en particulier aux trois phases clés de notre vie hormonale : 1re contraception, grossesse et ménopause."

Parmi les conseils à retenir pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires : manger équilibré en prenant son temps, de l’activité physique régulière, ne pas fumer, boire peu d’alcool, moins de stress, réduire le sel, avoir un bon sommeil, rire (pour diminuer la tension nerveuse), pas de contraception avec des oestrogènes de synthèse si l’on fume après 35 ans, et un contrôle médical régulier.

 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Santé

Cernés par le sucre ? Valentine Caput fait le point sur la présence du sucre dans les produits

Une toute récente étude de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) de mars 2024, vient de livrer ses conclusions concernant l’utilisation de sucres ou de produits sucrants dans quelques 54.000 produits alimentaires transformés de consommation courante. Notre diététicienne bisontine, Valentine Caput, commente ces résultats pour le moins vertigineux...

Pour une “école promotrice de santé”, les académies de Bourgogne Franche-Comté et l’ARS signent une convention

Pour renforcer la coordination entre ARS et rectorats de la région académique, au service de la santé des élèves de Bourgogne-Franche-Comté, Nathalie Albert-Moretti, rectrice de la région académique et de l’académie de Besançon, Pierre N’Gahane, recteur de l’académie de Dijon, et Jean-Jacques Coiplet, directeur général de l’ARS, ont signé une convention de partenariat, ce lundi 15 avril, à Dijon, dans les locaux de l’Agence Régionale de Santé.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.43
légère pluie
le 25/04 à 0h00
Vent
1.95 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
94 %